samedi 1 octobre 2016

Le silence du tapage et des canots sans eau

J'ai quitté ma petite famille du Gard... Tout juste sortie de l'avion, je saute dans mes chaussures de marche pour repartir sur les sentiers réunionnais !
Nous prenons un petit bus pour monter dans les hauts de Saint-Louis : le lieu nommé le Tapage. Pourquoi ce nom alors qu'il y règne un silence reposant...


Au terminus, le sentier s'enfonce directement entre les champs de canne.


Déjà Noël avec du houx ?


Voilà donc où étaient les marches qui manquaient sur le sentier des 4 000 marches !!


Quelques entrées maritimes de l'Est voilent le ciel, il fait une quinzaine de degrés mais en montant, c'est très bien pour cet effort !


Pour l'instant, le sentier Kerveguen ne voit pas le jour...


La vue s'ouvre vers Saint-Pierre et le Sud.




Du beau soleil avait été prévu, pour l'instant on est un peu frustré !


On passe en surplomb du Petit Serré, au début de la route de Cilaos


Puis c'est le tour de la dent pointue de Peter Both, si reconnaissable, avec Palmiste Rouge à droite et Cilaos à gauche au fond...


Devant nous la belle crête qui monte au Dimitile, que longe le sentier Bayonne, l'un des plus durs de l'île.


Et la ville de l'Entre-Deux, située sur son plateau entre deux bras de rivière.


Très peu de marches en fait, mais une montée régulière.


Nous voyons enfin la forêt des Makes.


Nous atteignons une crête qui nous permet de voir vers la côte Ouest aussi.


Superbe, l'ouverture triangulaire de l'entrée du cirque ! Et en plus, les nuages sont de plus en plus petits !!


En plus du mimosa péi qui embaume tout le long du chemin, de nombreuses fleurs de jouvence (boules blanches) et quelques mousses roses et vertes égaient le sentier.


Nous continuons la montée ; nous voyons bien le Piton des Neiges qui domine le cirque.


On ne dirait pas, mais un sentier long et ardu part de la forêt et mène au sommet tout au fond... Nous, ce sera plus cool aujourd'hui !


Petite formation nuagique au-dessus du Taïbit.


Le sentier tourne maintenant dans la forêt pendant un long moment. Les racines remplacent les cailloux.


Mouais, un petit passage délicat et une échelle... délicat, mais pas vraiment difficile.


Cette fois-ci, pleins feux sur Îlet à Cordes que domine le Grand Bénare à  plus de 2 800 m !


Cilaos de gauche à droite, avec ses trois principaux îlets habités.


Ohhh la belle route aux 400 virages... allez, on s'y fait !



Voilà le passage délicat pour les sensibles au vertige, sécurisé par une main courante...




Nous délaissons le sentier en bord de rempart pour entamer la longue descente de Bras Patate vers les Canots, un quartier dans les hauts de St Louis.

 

Gros contraste avec la montée sombre dans la forêt de cryptomérias !


On décide de s'arrêter pour la pause pique-nique, avec vue sur la plaine des Makes.


Il n'est que 10 h 30 mais quand on petit-déjeune à 4 heures du matin pour prendre le bus de 6 h 30 (et oui dans ces coins perdus, il n'y a pas de bus toutes les 5 minutes..) on a forcément faim très tôt !


On remet une petite laine avant de continuer la descente par la Plaine du Bois de Nèfles, un endroit qui ne compte que quelques âmes et sans accès routier.


3 ou 4 familles tout au plus.


Elles cultivent principalement du géranium rosat.


Tite case lontan, tôle sous tôle...


C'est le début des 700 m de dénivelé négatif, à cette altitude (1 200 m) on trouve encore des fougères arborescentes.



Soudain, un petit jardin bien propre et au cordeau...


Ici, des buissons utiles : théiers et goyaviers.




Fin du joli chemin large et bien entretenu ! Les fleurs et la vigne marronne ne tarderont pas à tout envahir.


Ici, deux chemins qui mènent aux Canots. Mon choix : à droite !


Longue descente parfois un peu raide en pleine forêt ; quand on ressort, on voit que les nuages ont bien gagné du terrain !!


Jolie aire aménagée pour une nouvelle petite pause, déserte en ce samedi après-midi.



La cabane au fond du jardin... sans porte, c'est pas très bien !


Superbe franciscea (aussi appelé Hier-Aujourd'hui-Demain car la couleur des fleurs change en quelques jours, du violet au blanc). Ou encore "mauve et blanc" pour le petit jeu de mots "mauvais blanc...).


Ce matin on surplombait le Petit Serré ; maintenant, c'est le Grand Serré que l'on a en face de nous !


Le sentier laisse la place à une voie cannière.


La saison de la coupe bat son plein.


On a une heure avant le passage de notre bus. On cherche un endroit pour boire un coup. Et soudain, en dépit d'une façade tout à fait anonyme...


on trouve "un ti boutik" avec tout ce qu'il faut ; je vais même avoir mon Cacolac !



Rando de reprise sans stress... Une jolie fin de vacances pour moi.


2 commentaires: