mardi 25 juillet 2017

Un tour à Mafate les Hauts

C'est bien beau de prendre l'apéro tous les soirs et d'aller au restaurant un jour sur deux mais... le corps réclame aussi un peu d'exercice (et le foie un peu de répit) !!
Je choisis une longue boucle dans les hauts de Mafate qui me fera passer à La Nouvelle, Maison Laclos et le plateau Kerval.

Pour cela, il faut se rendre au Col des Bœufs. Une petite demi-heure d'échauffement entre le parking et le col, et une fabuleuse vue sur Salazie pour se mettre dans l'ambiance...


La silhouette du Piton d'Anchaing se découpe sur la ligne bleue... du cirque (les Vosges sont un peu loin !).


La forêt de la Plaine des Merles au pied du Gros Morne.


De l'autre côté du parking, la vue plonge déjà dans Mafate, avec Le Port dans le fond, et la crête d'Aurère qui émerge tout juste au soleil...


Je ne prends pas le Col de Fourche, ça va rallonger et je dois être au Kelval pour le pique-nique où je vais retrouver un groupe d'Ovésiens. Peut-être au retour, si j'ai le temps et qu'il fait beau...


Je me dis que j'aurais aussi pu faire la "boucle de Camp Pierrot", qui serpente dans cette vallée, car pour l'instant j'ai toujours eu un temps mitigé quand j'ai voulu la faire. Une autre fois !


Oh ben ça alors ! Un 4x4 à hélice ??


En fait il s'agit de l'hélico de ravitaillement de Mafate qui va effectuer xxx rotations (ça a duré plus d'une heure dans nos oreilles...). Les sacs sont prêts à être déposés dans les gîtes pour les randonneurs, nombreux en cette saison.


Début de la descente sur la Nouvelle...




Les rondins sont usés, tordus, en fin de vie, mais il n'y a pas vraiment de boue et on peut marcher à côté. Me voilà déjà à la Plaine des Tamarins...




La descente est régulière, parfois un peu raide (une pensée pour ceux qui remontent !).


Je prends la bifurcation par le Plateau Chêne, j'aime bien les chemins détournés !


Il est frais, très propre, désert et presque plat !


Il permet aussi un point de vue sur les premières cases de la "capitale" de Mafate...


Si un jour je dois remonter de la Nouvelle, je penserai à cette portion qui permet d'éviter une bonne succession de marches (comme le chemin Charrette mais en plus court).


Un fruit de passion-banane, malheureusement pas assez mûr.


Petite pause tranquille mi-ombre mi-soleil et je poursuis...


Il suffit de longer l'îlet, direction Marla.


Tout d'abord, une bonne partie plate ou en descente, à l'ombre et au frais. Puis comme un fait exprès, de bonnes montées en plein soleil sur une roche déjà surchauffée !


Cela permet de voir un peu au loin.


La tête de Chien et le col du Taïbit, et Marla en-dessous.


Un ou deux gîtes perdus dans cette partie du cirque écrasée par le rempart...


Le Piton Maïdo, où des dizaines de visiteurs doivent être en train de profiter du panorama sans nuages !


Je continue plein Est pour retomber sur le sentier de Marla dans quelques minutes...


De nouveau, un promontoire permet une jolie vue sur le rempart.


Nouveau changement d'ambiance : forêt de filaos et pente douce !


Puis on entend le chant d'une rivière : le sentier va passer à gué.


On aurait envie de rester des heures là à écouter le clapotis de l'eau...




Comme pour me faire regretter de ne pas avoir suffisamment profité de la rivière, une succession de marches arrive pour me donner un coup de chaud...


La vallée se resserre, je ne dois plus être très loin du croisement.


Mais il y a encore un gué avec de jolis bassins !


Cela aurait pu constituer un endroit fort sympathique pour la pause déjeuner, avec petit bassin pour les pieds et rive pour la sieste, mais ce n'est pas ce qui est au programme aujourd'hui !


Le seul arum rencontré sur les 20 km de la rando...


Me voilà au lieu-dit Maison Laclos. Je retrouve le GR.


Pratiquement en face, un début de sentier, le beau panneau en bois gravé de l'ONF a été enlevé. Il subsiste quelques traces blanches, et autrement il faut chercher les cairns.


Après un bout dans la ravine, un replat pour reprendre son souffle.


Alors normalement, c'est par ici...


J'entends des voix !


Me voilà sur le plateau !


Encore deux ou trois cents mètres...


Et voilààààà !


Nous voilà tous réunis et le ventre vide, alors n'attendons pas plus longtemps ! Bon appétit :o)






Il est 13 h et il faut déjà penser au retour car le chemin est long... Dernières prises de vues...


Les Trois Salazes nous dominent...


C'est parti !


Coup d’œil sur la vue avant de s'enfoncer dans la ravine et la forêt...


30 minutes plus tard, je laisse mes compagnons de rando qui repartent de l'autre côté et j'attaque la remontée... 45 minutes de bons escaliers 😣 et une bonne suée...


Je vois que les cols sont dans la brume, pas la peine de tenter le col de Fourche !


Soulagement quand j'arrive sur la plaine des Tamarins ! Petite pause de 5 minutes histoire de grignoter un bout pour la dernière partie...


La traversée de cette plaine est assez magique, entre l'ambiance brumeuse et les nombreux troncs couchés par les cyclones mais qui sont repartis au niveau des branches...





L'exemple-type : l'arbre déraciné mais toujours vivant !


La dernière heure, celle où on arrête de réfléchir et on ne fait que se concentrer sur son effort et sa respiration...


Il est 16 heures, j'ai enfin fini la montée et le brouillard est tellement épais et froid !! Vais-je arriver à retrouver ma voiture ??!!


1 commentaire:

  1. Merci pour le petit clin d'oeil vosgien....en tout cas moi je vous suis avec plaisir des Vosges. Bonne continuation.

    RépondreSupprimer