vendredi 28 juillet 2017

Petite virée à Mafate-les-bas

Il me fallait cette fois-ci trouver une rando sur deux jours, accessible aux jeunes et "moins jeunes", aux sportifs et moins sportifs, et permettant d'atteindre un îlet où le calme règne encore en maître (et oui il y a des gîtes où on fait du karaoké jusqu'au bout de la nuit...).

Mon choix se porte sur Grand-Place-l'école où le gîte de l'ancien facteur de Mafate (celui qui faisait l'équivalent d'un Grand Raid par semaine pour sa tournée) a été repris par deux couples de trentenaires optant pour un mode de vie simple et authentique.

Après avoir laissé nos voitures au parking surveillé et prix un taxi 4x4 pour les 12 km de piste rébarbatifs, nous voilà sur le sentier qui traverse une quinzaine de fois la rivière. Les gués ont été refaits !


Il ne fait pas du tout froid, aurais-je une fois de plus encore emmené trop de polaires avec moi ?


Enfer et damnation ! Il a dû pleuvoir la veille dans les hauts car deux rochers sont submergés et impossible de passer sans se mouiller ou sans déchausser... Pour éviter la glissade, on préfère traverser carrément à pied...


Je décide donc de prendre tout de suite le sentier qui monte, ne sachant pas si tous les autres gués seraient hors eau ou sous l'eau ! Donc forcément, il ne faut pas longtemps avant de commencer à suer et à souffler car ce sont immédiatement des marches !


On peut néanmoins respirer en admirant les paysages...


Nous allons passer sur la passerelle d'Oussy.


On n'est pas bien là ??




Même pas le vertige sur ce petit passage !


Ensuite, une bonne montée soudainement en plein soleil nous stoppe dans notre euphorie quelques instants... Puis arrive une succession de faux-plats et de petites montées...


Je tente de motiver mes troupes en leur parlant du petit bistrot à Cayenne, mais si, la bonne Radler bien fraîche ! Un peu plus loin... On devine les cases...


On arrive à Cayenne, le bistrot n'existe plus, c'est juste pour les clients du camping ! Déception ! On se pose néanmoins pour avaler notre pique-nique car on a trop les crocs.


Après Cayenne, il y a à nouveau un sacré raidillon de marches et de lacets qui coupent les pattes, surtout sur la digestion ! Mais nous voilà enfin arrivés, les râleurs, réjouissez-vous, vous allez l'avoir votre bière !


Oui, le gîte que j'ai choisi fait également boutik d'alimentation !


On prend possession de nos chambres (dortoir de 4 pour la petite famille et chambre double pour Pat et moi, le top !), on se douche (eau chaude au panneau solaire svp !), et on visite les lieux.






Au moins, on ne mourra pas de soif...


On prend possession d'une table pour l'apéro et les jeux de cartes. Qu'est-ce qu'on est bien !


Plénitude de milieu d'après-midi


Plusieurs activités possibles pour toute la famille : nous, nous avons testé le Mölki, le tir à l'arc et la slackline.


On ne peut pas dire qu'on soit à l'étroit !



Pat-Robin des Bois




On s'amuse au milieu des avocatiers chargés


Beaucoup d'agrumes aussi



 Du French cancan sur la slackline, pourquoi pas ?


Le soleil finit par disparaître derrière les hauts remparts. On se dirige vers la table où nous attend un punch et où nos hôtes s'affairent pour le dîner.



L'air nous amène des fumets plus appétissants les uns que les autres... Que va-t-on manger ?


Un civet canard, un shop-suey de poulet (fameux), des lentilles-chouchous, du riz (forcément) et une salade verte avec papaye verte et avocat. Vite, à table ! Nous sommes rejoints par 4 randonneurs métros qui font la traversée de l'île.


Pour digérer, une "grolle" version réunionnaise : avec du géranium et de la citronnelle. Sans oublier les plus classiques rhum faham et rhum 44 (orange-café).
Puis au lit !

Réveil quand on veut... ça change des réveils très tôt pour aller randonner... je savoure la vue sur le Piton Maïdo qui se détache dans le ciel...


L'endroit est encore désert...


Nous prenons notre savoureux petit déjeuner, l'occasion de goûter une confiture au jamblon et d'autres aussi exquises (goyave, pêche, goyavier...) sur un pain très bon qui change des baguettes décongelées plus répandues dans les gîtes.
Puis nous prenons congé.


Comme nous étions montés par la passerelle d'Oussy, nous allons descendre par le fond de la rivière.


Des escaliers, encore et toujours...



Le rempart où se trouve la canalisation des Orangers surchauffée (on a chaud aussi et pourtant on est à l'ombre !).



Le piton des Calumets va bientôt disparaître derrière nous.


Sur le versant en face, on devine le sentier qui remonte péniblement jusqu'aux Lataniers et on compatit avec les marcheurs que l'on voit peiner dessus...


Parce que pour nous, à ce moment-là, c'est hyper fastoche !!


Au-revoir Mafate !



On commence à entendre l'eau...


On garde le même rythme !!



Et nous y voilà !



Il n'y a plus qu'à longer la rivière ou emprunter les gués.


Le niveau de l'eau a baissé imperceptiblement, mais cela suffit pour qu'on n'ait plus à se déchausser jusqu'à la fin du sentier...


Le chapeau ou la casquette sont de rigueur !



La pause pique-nique se fera avant le dernier gué pour profiter au maximum du site avant de retrouver le 4x4.


Quand est-ce qu'on y retourne dis ??

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire