dimanche 11 juin 2017

Mafate du levant au couchant

La semaine passée, petite perturbation pluvieuse qui a bien arrosé la zone où on devait randonner avec SLP (plus de 150 mm de pluie en 3 jours dans un endroit déjà connu pour sa boue...). Pourtant dans l'Ouest, des nuages mais pas une goutte et même, un super beau temps dès samedi !
Je ne peux faire autrement qu'aller mettre mon nez dehors... et profiter de la nature !

Samedi, c'est dans les hauts de la Montagne que je vais aux goyaviers. Je suis stupéfaite quand, le plus simplement du monde, un papang vient se poser à deux mètres de moi alors que je finissais mon thé :


Il reste une bonne minute, l'air de rien, avant que deux coureurs un peu bruyants le fassent s'envoler... Quel moment intense !

Dimanche, c'est parti pour une rando vu que la météo est de nouveau annoncée fabuleuse ! Je retrouve Clarinette pour un grand classique de la Réunion, mais arrangé à ma sauce... forcément !

Départ des hauts de Saint-Paul, direction la canalisation des Orangers. On remonte pendant 3/4 h une piste terreuse défoncée, avec de beaux points de vue.



Le vieux panneau erroné a enfin été remplacé par quelque chose de plus correct.


Ici commencent les premiers kilomètres qui vont nous permettre d'entrer progressivement dans Mafate. Cela fait déjà 2 mois que je n'y ai pas remis les pieds, il était temps !


Les hauts sommets sont bien ennuagés ; le vent souffle sur le sentier, il fait vraiment bon.


La piste et la rivière dans le fond sont encore très à l'ombre.


Le cheminement est très aisé, terrain presque plat et les derniers éboulis ont été tous nettoyés.


Il y a quand même quelques nouveaux passages délicats, comme ici où ce n'est pas bien large mais sécurisé par un câble.



Mais crois-moi si je te dis qu'on voit le kiosque de Cap noir en face, c'est qu'on le voit ! Regarde :


Après un nombre indéfini de virages, Mafate s'ouvre de plus en plus...




Une fois de plus, on admire le travail de l'ONF...


Mais on admire surtout les paysages !


Une idée de la suite du parcours : atteindre les Lataniers, à droite, descendre traverser la rivière et remonter presque jusqu'à Cayenne, à gauche, avant de reprendre le GR R3.


C'est ici qu'on tourne ! Enfin un peu de descente !


On ne croise que 3 ou 4 personnes... tranquillité absolue !


Belle descente sur les Lataniers ; en face, le sentier que l'on vient de parcourir... déjà 15 km dans les pattes...


Nous voilà en vue de l'îlet. Un sentier part à gauche, mais je préfère traverser l'îlet.


Cette vue qu'ils ont !


Ici, il vaut mieux avoir une basse-cour, un potager et un champ de maïs ou de haricots, car la première supérette est loin et l'hélico, c'est 400 euros par rotation !


Impossible de se perdre, comme dans les autres cirques et au volcan d'ailleurs !



On longe quelques cases en tôle, on traverse un champ, on n'entend pas un bruit... si ce n'est le vent qui souffle toujours pas mal...


Sous l'ombre de quelques filaos, on s'arrête pour le pique-nique. On en prend aussi plein les mirettes accessoirement...


Le sentier est en crête sur quelques dizaines de mètres. Le soleil commence à bien taper alors que nous entamons l'abrupte descente.



Dès qu'il y a quelques mètres carrés à peu près plat, les habitants les exploitent avec arbres fruitiers et plantations de base... des conditions difficiles...


La belle pyramide du Piton Calumet, acérée comme une canine


Toujours à droite pour nous...


Zoom sur les cases colorées de Cayenne ; pas de sono tonitruante aujourd'hui...


Tous les 20 mètres, on trouve de nouveaux points de vue, de nouveaux angles pour mitrailler à tout va...


En entrant dans la forêt, le sentier devient plus délicat car les marches sont recouvertes de gravier provenant d'éboulis plus haut...


On commence à avoir bien chaud, mon thermomètre indique 28° ! Mais on va pouvoir se rafraîchir à la rivière, car la passerelle est fermée.



Une déviation a été mise en place, matérialisée par ces marquages oranges.


Normalement on aurait dû poursuivre le long de la rivière, mais les gués n'ont toujours pas été refaits et il y a au moins 15 franchissements de rivière ; alors j'ai opté pour une version "sèche", mais pour cela, il faut remonter de l'autre côté...


Il faut quand même faire trempette pour passer là... mais l'eau est moins froide qu'à Cilaos, et il fait si chaud dehors !


Malgré les crocodiles et les anacondas, nous traversons la rivière avec le sourire !


Ce petit détour figure en pointillés sur la carte IGN. Abandonné depuis l'installation de la passerelle, il a dû être débroussaillé et nettoyé. Impossible à manquer avec toutes ces flèches !


C'est maintenant que le plus gros effort est à fournir, il faut monter 😓


La fameuse passerelle, dont les fondations commencent à battre de l'aile.


On se prend une bonne suée mais on est récompensées par le piton Calumet et le Grand Bénare en fond, avec tout ce bleu !


On délaisse Cayenne, même si on rêverait de boire une bonne Radler bien fraîche... mais on a encore de la marche... et un rendez-vous avec un 4x4 !



Quelles merveilles autour de nous...




Ça y est, on voit la passerelle d'Oussy (cherchez bien) !


C'est plus évident ici :


D'abord, un passage en flanc de falaise...


Yahouuuuuu !


Ouh là mais c'est que c'est haut !


Pas mal de baigneurs en bas dans ce cadre idyllique


Deux ou trois petits rapides donnent une petite cascade, mais il faut mouiller le maillot si on veut la voir...


On descend de plus en plus mais il y a quand même quelques montées pour nous permettre de ne pas nous endormir sur nos lauriers...


Les journées sont plus courtes, l'ombre du rempart est déjà bien imposante.


Un robinet péi :


Une bonne série d'escaliers plus tard, nous atteignons la Porte, et après 3 passages à gué mais les pieds dans l'eau, nous rejoignons le parking pour attendre le 4x4... au bout de 22,6 km quand même !


Et même pas mal... hein tu vois Clarinette que finalement, c'est bien, les descentes !

2 commentaires:

  1. Belle rando, bravo les filles !
    Ah oui, bien nettoyée ,plus d'éboulis au milieu de la cana !
    Impossible de se perdre .........c'est pour moi que tu dis ca ??? ,je te dirai dans une semaine ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette belle virée canalisationnnelle ! Y'a pas à dire, Mafate sous le soleil, c'est le plus bel endroit du monde ! J'espère avoir autant de chance avec la météo dans trois semaines...
    PS1 : euh... non, mais vraiment... la descente... je déteste toujours autant...
    PS2 : Impossible de se perdre, dis-tu Sylvie ? Eh bien, pour moi, c'est toujours possible !!! J'ai un don particulier pour cela ! ;-D

    RépondreSupprimer