dimanche 14 mai 2017

Mousse qui mousse n'amasse pas mousse

J'ai failli attendre...
Cela fait trois fois que je reporte cette randonnée, à chaque fois il tombait des cordes juste le jour prévu ! Et comme elle se passe dans l'Est, vers la Plaine des Palmistes, un endroit déjà réputé pour son humidité excessive...


Alors quand j'ai vu cette semaine qu'il faisait beau, je l'ai mise sur OVS. Et quand j'ai vu que les prévisions météo changeaient pour du moins beau, j'ai commencé à penser à une malédiction ! Mais c'était sans compter sur ma ténacité !
Pour une fois, la météo fait mentir les prévisionnistes ! Petite pause au centre de la Plaine des Palmistes.


Le début du sentier est bien indiqué sur la route. Nous voilà près de l'aire de pique-nique aménagée.


Il fait frais, on commence en douceur. D'abord, une forêt de cryptomérias.


On longe le cratère du Piton Doré.



Ensuite, on s'enfonce dans la forêt et on commence à monter tout droit dans la montagne. Rien que ça.


Il ne faut pas trop penser à la descente.


Il ne faut pas non plus s'appuyer sur les branches, elles sont toutes pourries et ne tiennent qu'à un fil !


Seulement 5 km, mais 900 mètres de dénivelé quand même... Et pas du tout roulant...


Entre l'humidité ambiante et le soleil qui n'arrive ici que l'après-midi quand les nuages ne sont pas présents (ce qui est très rare), les mousses s'en donnent à cœur joie !


La jungle mais sans la chaleur moite.


Inutile de dire que l'on ne croisera pas âme qui vive ni à l'aller, ni au retour... Ce sentier n'est pas dans les guides habituels, pourtant il est bien matérialisé sur les cartes si on cherche un trajet pas classique.


Parfois les troncs et la mousse prennent des formes étranges... on laisse divaguer son imagination.


La montée est plutôt régulière sans grosses marches, mais cela ne va pas durer.


OK on a compris.
L'ennui c'est qu'on a perdu la trace du sentier juste après !! ;o)


On a continué à monter tout droit dans la forêt sur un sol jonché de troncs coupés, branches vermoulues et fougères, puis on a finit par retomber sur le vrai sentier qui lui, est au soleil. On ne déplore aucune victime par balle !


Je suis fascinée par le travail de la mousse sur les vieux troncs ! Elles ont créé de vrais gangues végétales...


Là commence la partie la moins sympa : ça grimpe de plus en plus, il y a de plus en plus de boue, les marches sont de plus en plus hautes...


On regarde où on met les pieds (pas toujours en fait) sans oublier de regarder ce qu'il y a juste au-dessus de sa tête, le bois gagne toujours à ce petit jeu !


Symbole de la forêt des bois de couleurs, la fougère arborescente.


Oh mon dieu mais quel soleil encore !! Ça ferait presque sécher les chaussures, pour ceux qui ont lamentablement pataugé dans une sournoise flaque de boue qui ressemblait à de la terre solide...


C'est un peu aussi pour cela qu'on est venu :


Aïe aïe Aïe va-t'on arriver à temps ? Ces foutus nuages !


Voilà enfin cette fameuse antenne du Piton Textor ! On n'est pas encore arrivé...


Et toujours ces formes étranges de troncs phagocytés


Après une bonne volée de marches, le sentier devient plus plat et moins boueux. Quel plaisir !


On arrive au sommet, beau ciel, beau soleil mais un petit vent qui nous oblige à sortir une épaisseur de plus.


Toujours l'antenne...


Les nuages montent vite... une vraie course contre la montre s'engage alors !


Pour avoir déjà repéré cette partie il y a quelques temps, je sais qu'on n'est plus très loin du but. Allons !



Nous passons près du Piton de Caille et au loin, non nous ne rêvons pas, des voitures ! Nous voilà tout près de la route du volcan, et du cratère Commerson.


Comme c'est toujours dégagé, j'emmène mon groupe pour le pique-nique avec vue "vous m'en direz des nouvelles"...


Une drôle de petite clairière-savane à traverser


Le contraste total avec la montée boueuse dans la forêt, n'est-il pas !?


D'ailleurs on n'entend plus personne râler ;o)


Allez, un dernier effort... c'est pour votre bien !



Un petit bout de route du volcan...


Qu'ils restent au loin, ces nuages !




Attention, préparez-vous à faire des "oooh" et des "aaaahhh"...


Ooohhhh que c'est booooooo !


La Rivière des Remparts ouaaaaahhhh !


Et vas-y que je te fais des tonnes de photos...


On s'installe pour pique-niquer ; mais soudain le vent forcit, on sent des petites gouttes, on se dépêche de finir de manger, on sort les vêtements de pluie mais comme ce n'est que de la petite farine, on est récompensé par cette vision plutôt rare :
on est au bon endroit au bon moment !


Mais à cette altitude on commence à se refroidir sans bouger, dans le vent et la farine. On emballe tout au sec et on repart faire le chemin inverse. L'avantage c'est qu'on est du bon côté, protégé du vent et on a vite fait de ranger les épaisseurs.


Un peu de brouillard parfois pour avoir une ambiance mystérieuse renforcée par les formes végétales étranges...


Nous revoilà dans la partie délicate... Concentration à son paroxysme ! Certains marchent carrément dedans... moi j'ai choisi de rester propre ! Et je ne suis même pas tombée :o)



On se marre en descendant, oui il y a de la boue mais ce n'est pas bien dramatique...




On recommence à voir au loin...





On entend les bruits de la civilisation...


Nous revoilà au Piton Doré...


Bel effort, les amis !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire