dimanche 6 novembre 2016

Distraits s'abstenir

La boucle qui remonte la coulée de 1986 et qui redescend par le sentier du Tremblet. Depuis le temps que je voulais la faire... et à chaque fois, la météo capricieuse nous faisait renoncer. Aujourd'hui c'était la 4e fois que nous la proposons sur SLP. Avec le secret espoir d'enfin pouvoir la faire, avant le début de la saison des pluies.
Quand nous arrivons sur les lieux, nous sommes juste à la frontière nuages/soleil...


Commence une longue montée sur la coulée qui a eu lieu hors enclos, c'est-à-dire là où on ne l'attendait pas... Mais en 30 ans, la Nature a repris ses droits. On peut ainsi observer comment une coulée est recolonisée par la végétation.




Au début, ce sont les fougères et les lichens.


Le sentier n'est pas balisé et peu fréquenté, il n'est pas toujours bien visible. Il faut regarder au loin pour tenter de ne pas perdre la trace.


Bon, on sait qu'il faut monter "toujours tout droit" dans la montagne mais au milieu des grattons, autant choisir la partie un peu tassée.


Pas mal d'alizées ce matin. Soit on a de la chance et il va faire beau, soit on n'a pas de chance et on va galérer toute la journée car le sentier annoncé difficile comporte des zones plus que délicates qui vont se transformer en cauchemar en cas de pluie... J'opte pour le positivisme !


Je surveille du coin de l’œil si la limite ciel bleu/nuages a tendance à partir côté gauche (plus de nuages) ou côté droit (plus de ciel bleu).


Pour l'instant, le voile nuageux nous protège de la chaleur. Marcher sur une coulée, c'est très éprouvant car celle-ci remonte du sol et vient s'ajouter à celle du soleil qui nous tape sur le système !



Je me trompe peut-être, mais il me semble que le gris recule face au bleu...


La montée est régulière, mais assez dure et surtout, c'est le sol constitué de scories et grattons qui nous épuise, alors qu'on marche depuis moins d'une heure.


Je ne suis pas contre une ou deux pauses pour immortaliser ces paysages qui sont les 3/4 du temps dans le brouillard ou la pluie...


On trouve même les premières orchidées sauvages de la saison.


On commence aussi à voir le bord de mer.


J'en ai rêvé, le vent l'a fait ! On se prend un coup de chaud par la même occasion...



On a rarement l'occasion de se promener dans ce secteur et d'avoir ce genre de vues... Ici, les cratères à l'origine de la coulée.


Les fanjans sont de plus en plus présents.


Petite rencontre inattendue, et il ne doit pas être habitué à l'Homme car il ne fuit pas... un jeune tangue (ou hérisson malgache).



Heureusement, le sentier contourne ce piton par la gauche, je ne me sentais pas de monter tout droit, ici le sol de scories plus petites se dérobe sous nos pas et j'ai l'impression de faire un pas en avant et une glissade en arrière  !

 
Les voitures sont tout en bas... on marche bien.


Je vois qu'un sentier horizontal permet d'accéder au sommet. Suivez-moi, vous ne le regretterez pas !


Qu'est-ce que je disais ?!!



On voit de Bois Blanc au Tremblet, soit toute la zone "réservée" aux coulées de lave, où personne ne vit.


Sur ce promontoire, le vent est fort et froid, on ne traîne pas.


Ça y est, il n'y a plus de nuages ! Bingo !


On est un peu surpris de traverser soudain une zone de sous-bois humide, mais ce n'est que le début d'une longue série...


Le sentier a commencé à bifurquer vers l'Est ; la pente est moins raide mais comme on traverse des dizaines de petites ravines, on n'arrête pas de monter et de descendre. Les bras et les jambes sont mis à rude épreuve... Il faut dire que le sentier n'est pas des plus propres... la Nature à l'état brut !


On a régulièrement des vues saisissantes sur la côte.



A partir de là, il faut rester concentré. On ne cherche plus la trace, on cherche à ne pas se blesser, ne pas se tordre le pied, ne pas se cogner la tête aux branches basses, ne pas glisser sur la mousse, ne pas patauger dans les flaques ou la boue...


C'est la jungle !


Les bâtons, dans ce cas de figure, sont autant utiles qu'inutiles : ils apportent des point d'appui supplémentaires non négligeables, mais s'enfoncent aussi dans la boue de 10 ou 20 cm ; avec la rondelle en plastique, ils ne s'enfoncent plus mais s'accrochent à tout ce qui dépasse...



Inutile de préciser que nous sommes les seuls sur ce parcours...



Cette large ravine à sec sera l'endroit pour notre pique-nique avec vue imprenable sur la côte, 1 220 mètres en contrebas...




Tiens, une marmite en formation...


Nous avons fait une pause de presque une heure. Il nous faut bien cela, car on a encore beaucoup d'efforts à fournir...


Comme franchir une ravine en s'accrochant aux arbres...


Éviter de se faire assommer par un pinpin...


Tenter de deviner où passe le sentier...


Enfin une indication ! Nous retrouvons le sentier du Tremblet qui remonte jusqu'à la Plaine des Sables et le volcan, mais il faut avoir de la motivation (6 h 30 à continuer de grimper...).


Nous, on redescend vers la nationale...



Toujours ce gros soleil et ces paysages...


La portion qui commence s'annonce raide et glissante, alors il faut une fois de plus rester concentré.


Dans 2h30, on devrait être en bas...


On devine même la tache brunâtre des coulées les plus récentes...


et les voitures des visiteurs qui s'y arrêtent.




Les deux cratères que nous avons contournés tout à l'heure, de l'autre côté...


Parfois une passerelle métallique facilite un franchissement de ravine.



Mais dans 99 % du temps, c'est une horreur de caillasses, mousses, flaques, eau suintante, feuilles glissantes et boue !


Un peu de douceur dans ce monde de brutes !



Et c'est reparti... Il n'y a plus de vues maintenant, on entre dans une forêt de bois de couleurs ; belle forêt, mais sentier qui laisse à désirer !


Il faut s'asseoir parfois tellement les marches sont hautes...



Essayer de ne pas s'empierger dans les racines


Les corps commencent à fatiguer... on prend la pause, on grignote un bout, on boit un coup et on repart... courage !



 Au royaume de la chlorophylle, le vert est roi...


Un ficus étrangleur ?




On n'y croyait plus... Fin de la rando !! Sentier exceptionnel... mais vigilance et attention de tous les instants !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire