dimanche 20 décembre 2015

C'est quoi tout ce cirque ?

Ben, le cirque de Mafate ! Que l'on va parcourir en longueur par tout son côté Ouest !
C'est la proposition de sortie lancée par Martine il y a quelques mois. Traverser Mafate en 3 jours, de Sans-Souci à Marla et en sortant du côté de Cilaos par le col du Taïbit.
Moi, toujours partante ! Même si je sais qu'en décembre, il commence à faire bien chaud. Mais comme plus tard on risque d'avoir trop de pluie ou des fermetures de sentiers, c'est maintenant ou jamais !
Vendredi matin donc, le bus de 7h01 nous passe sous le nez alors nous perdons une demi-heure à attendre le suivant. De quoi laisser le temps à la chaleur de monter encore un peu plus...
Surtout qu'avant de rejoindre la Canalisation des orangers, on a 45 minutes de piste avec le soleil en pleine face !
Dernière vue sur l'océan avant de basculer "de l'autre côté" :


 Voilà nous y sommes. Le plein d'eau, de réserves énergétiques, les batteries chargées à bloc !


Tartinage de crème solaire indice 60... le mercure continue à monter... nous, on continue à avancer...


La cascade Flamand dégouline, ça fait un bien fou mais ça ne dure que 50 mètres. Au bout de 3 minutes, tout a déjà séché...


Ce qui est bien de randonner un vendredi, c'est qu'il n'y a personne ! 


Les jambes sont de plus en plus lourdes. En plus, on n'a pas l'habitude de porter un sac pour 3 jours ! On fait une longue pause dès que l'on trouve un peu d'ombre et un petit air pas trop chaud.


Mais il faut repartir. La réverbération sur la roche noire, le soleil direct sur nos têtes, on a l'impression de se traîner comme des larves ! En plus ça va commencer à grimper...


Ouf ! On arrive au captage Grand'mère, envie irrépressible de faire un plouf... on continue cette série d'escaliers et on se trempe les jambes un peu plus haut, on trempe les bras, on arrose la nuque, le crâne. On revit !


Après un bon raidillon pour atteindre Les Orangers, on arrive à se traîner jusqu'à la table de pique-nique près de l'école et du dispensaire. Enfin !!


On se jette sur notre repas ; c'est le moment que choisit un hélico pour faire une livraison au gîte en face... Qui a dit qu'à Mafate, c'était le calme assuré ?


Je suis abandonnée quelques minutes par ma copine de marche...


Nous entendons le tonnerre gronder au loin, vers le Nord. On s'en fiche, nous on va au Sud ! Direction Roche Plate par la Brèche.


Il nous faut redescendre dans la ravine qui passe à gauche de cette habitation. Les nuages descendent, ça serait pas mal s'ils pouvaient rester le temps de la grimpette ! Parce que la chaleur est toujours des plus étouffantes...


 Là on sait qu'on ne peut plus reculer... derniers sourires encore lucides....


Ohhh les jolies pêches en train de mûrir sur les arbres !!


 En fait, c'est plutôt ça, mon état réel... (randonner par 35° sur la digestion, j'voudrais vous y voir !!)


 Je dégouline, je souffle, je peste, je bois des litres d'eau... et enfin je vois la délivrance... la Brèche !


Derniers virages plein d'escaliers qui n'en finissent pas de monter et on va enfin avoir de la descente.


Oui tu peux être fière !!

On traverse Roche Plate et on continue encore un peu à travers une agréable forêt de filaos.


Nous arrivons au gîte Mahafaty Bé, mais les nuages nous ont un peu devancées. Bah, on aura la vue demain matin !


 Les dortoirs sont répartis en petits bungalows de 6 ou 8.


On se retrouvera avec un couple et leur fils de 8 ans. Tranquille !



Un petit kiosque abrité pour boire une bière et jouer aux cartes ou papoter en attendant la disparition des nuages...


Sur la côte il fait plus de 30° alors on savoure les 18...


Selon l'évolution des nuages, on aperçoit plus ou moins les autres cases de l'ilet.



Dernières lueurs du jour, ça se dégage de plus en plus... Au menu ce soir : punch, salade de chou, carri porc combava et pois du Cap, gâteau banane. On discute avec les autres randonneurs.
Puis on va se coucher... il est 21 heures seulement...!! Tout le monde est à plat...


Le lendemain, fidèle à mon habitude je suis réveillée à 5 h du matin. Petit tour à la fraîche dans le jardin.



Réveil musculaire en douceur par 13°, ça tire un peu dans le bas du dos et sur les trapèzes.


Puis le soleil finit par dépasser les plus hauts sommets et éclairer le rempart du Maïdo au-dessus de nous.


On prend enfin toute la mesure de la magnifique vue de ce gîte !


Après un bon petit-déjeuner, nous entamons notre deuxième jour de marche. Deux fois moins de kilomètres mais encore de bonnes montées. On passe devant la minuscule église de Roche Plate et sa cloche.


En même pas 10 minutes on se retrouve déjà dégoulinantes.... on parvient à un plateau où on ne trouve aucune ombre ; plus loin peut-être ?


En plus, il y a des pièges sur le sentier !


Nous sommes toujours dominées par ce rempart immense.


La vue se dégage et on voit jusqu'au Grand Bénare. Et déjà des nuages en formation !! Ils sont rapides !


Nous retrouvons le GR ; direction Marla.


Je n'ai jamais fait cette partie jusqu'à Trois Roches. Je ne suis pas déçue...


Au fur et à mesure de notre progression se dessine à l'horizon la frontière entre Mafate et Cilaos. Que nous devons franchir demain... Mais n'allons pas trop vite !


Le Morne de Fourche, la plaine des Tamarins, des vues spectaculaires.



Cette partie à flanc de falaise noire nous rappelle la canalisation de la veille avec son chauffage rayonnant intégré...


Mais nous sommes prêtes à relever le défi !

 

 La beauté des paysages arriverait presque à nous faire oublier la chaleur.






L'ombre se fait de plus en plus rare, nous ne faisons donc que quelques arrêts photos rapides.


On entend un murmure d'eau qui coule, le sentier plonge soudain vers ce bruit (pas très évident à voir sur cette photo il est vrai).


Encore d'autres paysages



Voilà la rivière que l'on entend !! C'est la Rivière des Galets.


La petite tache blanche dans la verdure, c'est la tisanerie de Trois Roches. Qui propose, en plus des tisanes, des crêpes, des jus de fruits... à tester !


Après 3-4 montées et descentes, nous voilà au niveau du fabuleux site des Trois Roches... et sa faille de 60 mètres.


Le sentier passe par un gué un peu plus en amont. Très peu de gens en ce samedi. Je pense qu'il n'en sera pas de même pour les réveillons à venir !


Comme on a du temps, on décide de faire une bonne pause dans ce site enchanteur.


Ça, c'est vraiment trop bien !


En fin de matinée, on reprend la marche. Après le plat près de la Rivière des Galets, une partie moins rigolote nous attend !


En attendant, on admire les formations géologiques.


Un peu plus loin, la montée commence dans divers pierriers et éboulis. Par chance, les nuages commencent à apparaître et à atténuer un peu l'ardent soleil ! Nous pique-niquons lors du dernier gué, avant la montée jusqu'au plateau de Marla.


Petite sieste digestive d'un quart d'heure. Le temps qu'il faut aux nuages pour s'amonceler, au vent pour se lever. On va peut-être ne pas attendre la pluie hein !! Alors ho-hisse, un dernier effort...


De nouveau la forêt de filaos, on tient le bon bout...


Nous atteignons enfin le plateau. Au loin, Marla. Heureusement notre gîte "la Miellerie" est bien avant ces cases.
Le coton des nuages sur le rempart et le col du Taïbit est de plus en plus épais...


Nous déposons nos gros sacs au gîte.


Nous repartons, plus légères, vers le bar de l'ilet car nous devons retrouver Nathalie et Véronique ; les pauvres, elles viennent justement par le col du Taïbit, où le gros temps menace...


Le temps de nous attabler au bar, et c'est le déluge ! Tonnerre, éclairs, et des trombes d'eau. Là, on n'a plus aucun doute : nos deux copines quelque part sur le sentier sont maintenant trempées comme des soupes !!


Elles finissent par arriver, boivent une boisson chaude et on file au gîte pour qu'elles se changent. La pluie s'arrête...



Nous pouvons faire le tour du propriétaire. La salle de bains est grande et décorée avec goût.


S'y prendre très à l'avance pour réserver car il n'y a que 8 lits.



Même température que la veille, mais un ressenti plus froid à cause des deux heures de pluie.


Un four solaire


Un bassin magnifiquement aménagé, avec des carpes koï


Le pêcher croule sous les fruits. Dommage qu'ils ne servent pas à faire la confiture du petit-déjeuner...




Deuxième "dommage", le patron n'est pas là (c'est lui qui s'occupe des abeilles et explique la biodynamique) et Madame étant blessée à la main, elle ne peut assurer le dîner. Il est pourtant très réputé. Nous irons chez une voisine mais c'est un peu décevant...





Après une nuit sous deux grosses couettes, nous attendons l'heure du petit-déjeuner et revisitant le jardin, sous une nouvelle lumière.


Oui il fait à nouveau un temps magnifique !






Si c'est pas une vue au top pour le petit-déj ça !!!


 Prête à gravir de nouvelles montagnes !


Bon, une seule montagne suffira ! Soit une heure de marches irrégulières à monter. C'est quand même mieux sous le soleil que sous de grosses gouttes froides non les amies ??



Tu m'étonnes...


En cherchant bien, dans le bas de la falaise, on devine la ligne de la canalisation des Orangers, par où nous sommes passées deux jours plus tôt... Que de chemin parcouru !!


Et nous voilà à la frontière entre les deux cirques. Beau temps des deux côtés !


La "Tête de Chien" presque de face. Le Gros Morne déjà en train de s'ennuager.


Il y a presque 900 m de dénivelé à descendre. Trooooop bien !!!


Il est presque midi, nous sommes à quelques mètres des voitures. Nous aurons même la chance de trouver une table au restaurant "Les sentiers" au centre ville. De quoi nous refaire en matière de calories...


Au total (d'après mon Sports Tracker) : 3 jours, 38 km, 3842 m de dénivelé positif et 3037 m de dénivelé négatif. Et pas plus fatiguées que ça !
Dites, on y retourne quand ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire