lundi 2 mars 2015

Merci Glenda !

Mais qui est donc Glenda ??!!!
C'est cette perturbation tropicale qui est passée à un millier de kilomètres à l'Est et qui a donc aspiré tous les vilains nuages de pluie, nous donnant l'occasion d'aller au volcan sous une tempête de soleil ! L'été n'étant pas la meilleure saison pour bénéficier d'un ciel pur sur ce site...
Le départ est donné juste après la Plaine des Sables, sur le même parking que celui qui était bondé il n'y a pas si longtemps, à cause de l'éruption !
L'éruption étant finie, le parking est vide...


Il fait à peine frais alors que nous sommes à 2 333 m d'altitude, je sens que je vais regretter d'avoir mis un pantalon et non un short...


Nous longeons un peu la piste avant de rejoindre le GR qui vient de la Plaine des Sables.




Nous passons de l'autre côté de la piste et le sentier s'en éloigne un peu.


 


Environ 1 km avant de passer devant le gîte du volcan, le relief devient légèrement plus chaotique.


Puis la vue sur le fond de la rivière de l'Est se dévoile, grandiose.



Quelques vestiges des pluies abondantes des dernières semaines.



En face, le Rempart de la rivière de l'Est, balafré d'un éboulis récent.



Au niveau du gîte, nous avons la vue sur la Savane Cimetière et au bout, le Cassé de la Rivière de l'Est, si difficile à avoir dans ces conditions idéales !


À partir de là, une petite montée dans le ciel azur, direction le Pas de Bellecombe.


Nous avons rejoint le croisement avec le sentier qui vient du parking.


Passage du portillon et début de la descente des 500 et quelques marches... Soleil i pouak !


Pourtant, d'après cet arbre, c'est déjà l'automne !! On m'aurait menti ?


Une fois en bas, nous prenons tout de suite à gauche, direction les cratères Kapor et Payanke. Et déjà ces nuages qui montent ! La convection habituelle...


 Le sentier commence par longer le rempart sur les grosses dalles de lave.


On se rend vers la petite bosse, là.


Le rempart qu'il faudra remonter tout à l'heure... bien au soleil...


Beaux spécimens de lave cordée, on la dirait presque "faite à la main" !


Sensation de sérénité sur ce parcours assez peu fréquenté des randonneurs, qui privilégient le sommet de la Fournaise.


Arriverons-nous avant les nuages, contrairement à la précédente sortie vers les Puys Ramond ??? La réponse dans quelques instants...


Cette étrange cratère qui a été enveloppé par une coulée plus récente, c'est le Puy mi-Côte.


Juste derrière, le Piton Célimène.


Le marquage par points blancs tous les mètres laisse imaginer la densité du brouillard qu'il peut y avoir par ici. Espérons éviter cette situation aujourd'hui !


Nous voilà en contrebas du Piton de Partage. À son sommet, le sentier mène jusqu'au Nez coupé de Ste Rose.


Mais pour nous, le sentier commence à bifurquer vers la droite et le terrain change :


Nous arrivons sur des scories.


Une autre vue du Puy mi-côte, qui ressemble à un présentoir pour collier...


Les nuages se font plus présents et remontent de la Plaine des Osmondes.


Sculptures minérales.


Un autre cratère plus orangé. Non, il ne fume pas ! C'est un léger nuage juste au-dessus !


Maintenant, le sentier monte perpendiculairement au rempart.


Nous nageons dans une mer de roches volcaniques.



Le Piton Kapor sort de l'ombre. Nous sommes presque arrivés au terminus du sentier.


Le même cratère Kapor, vu d'un autre angle.


Il se compose en fait de deux cratères, datant de l'éruption la plus longue du XXe siècle : 196 jours !!  Et pour mon plus grand bonheur, j'y étais (en vacances à l'époque) ; bon, il faisait moins beau ce jour-là mais super souvenir :


De nos jours, nous ne pouvons qu'admirer de loin ces phénomènes ou en profiter après la fin de l'éruption. C'est pas mal quand même !


Le sentier s'arrête ici et il vaut mieux ne pas trop s'aventurer, car le sol est plus qu'instable :


Par contre, au niveau couleurs et formes minérales, on en prend plein la vue :





 





C'est là que nous mangeons notre casse-croûte, même s'il n'est pas encore 11 heures (le petit-déj pris à 5 h est déjà aux oubliettes)...


En plus, les nuages semblent ne pas vouloir nous dépasser, on reste donc au chaud !


L'heure est venue de rebrousser chemin. On prend son temps car une chute dans les scories, ça griffe bien la peau, n'est-ce pas Nicole ?!




 Comme pour nous pousser à avancer, les nuages remontent inexorablement de l'Est.


On commencera la montée sous leur ombre, mais les derniers mètres se feront en plein soleil, histoire de nous donner un bon coup de chaud ! 


12 à 15 minutes de montée plus tard, nous reprenons notre souffle ; des zoizos blancs, peu farouches, s'approchent au cas où il y aurait des miettes à grapiller...


Il ne reste plus qu'à redescendre au gîte.


Une petite boisson réconfortante... et il reste moins d'une demi-heure avant de rejoindre les voitures. Mais on n'est pas pressé !


Après le ciel bleu du matin, nouvelle atmosphère au retour sous un ciel plus gris.


Au loin, la Plaine des Sables, mais nous, on tourne à gauche.



Derniers instants hors du temps, où on a l'impression d'être seul au monde...


...Et dur retour à la réalité !


La forme massive du Piton Chisny nous signale la fin de la randonnée.


Le volcan, plus j'y vais, et plus j'ai envie d'y aller...

1 commentaire:

  1. Magnifique !
    Autant les photos que les commentaires.
    Merci beaucoup ;-)
    Pascale ZJones

    RépondreSupprimer