lundi 5 janvier 2015

L'appel de la forêt

C'est la seule solution quand les températures dépassent les 36° dans la journée (et donc la nuit, il fait toujours 28° au moins dans l'appartement)... je précise qu'on n'a pas de climatisation.
Je n'ai qu'une obsession : aller dans les hauts chercher un semblant de fraîcheur !
Le Maïdo étant sous le crachin et dans le vent, je redescends un peu et tourne à droite sur la route forestière des cryptomérias. Et c'est parti, je commence par le sentier Françoise Francia. À sa tête, je vois qu'il est peu emprunté :


Les gouttes d'eau sur les feuilles rafraîchissent les jambes. Le sentier monte, mais on est bien à l'ombre des cryptomérias. Au sol, les longoses continuent leur invasion.


Il n'y en a qu'une seule de fleurie, mais elle embaume à 10 m à la ronde.


C'est pourtant une espèce à éradiquer. Un peu plus loin, j'ai l'occasion de voir le dessus d'une fougère arborescente, ce qui est rare vu qu'elles font toujours plusieurs mètres de haut !


J'arrive sur une petite crête et je constate que les nuages ont disparu.


La forte humidité favorise l'apparition d'organismes variés sur les troncs en décomposition.


Cette partie est plutôt sèche, et c'est tant mieux car les racines seraient très glissantes.


Quelques beaux spécimens de tamarins des hauts, couchés par les vents cycloniques.


Me voilà dans une clairière de fougères.


Au bout de 45 minutes de montée, je rejoins le "sentier Cambour" , je tourne à gauche.


Quelques trouées me permettent même de voir jusqu'à la côte, 1 600 m en contrebas !!


Cette partie du sentier botanique est encore assez sauvage, car peu fréquentée.


Parfois même il faut s'accroupir pour passer sous la vigne marronne.


Nouveau croisement, je choisis le contournement amont pour le point de vue sur Mafate depuis les Terrasses.


Petite vue sur Dos d'Âne et le Cap Noir (Roche Vert Bouteille).



Je ne regrette pas d'être venue par ici... On voit du Port à la Roche Écrite, sous les nuages qui viennent de l'Est.


Une bonne partie de Mafate est finalement sous le soleil ! Les nuages restent du côté de Salazie.

 
 Encore un peu de marche en forêt, quelques passages boueux et me voilà sur le site de l'ilet Alcide.


C'est la saison des hortensias.


Je poursuis la boucle en prenant de la hauteur ; des touristes se paient un survol de l'île.


Dernier panorama avant de m'enfoncer à nouveau dans la végétation. Le soleil est toujours là et commence à taper, vite, à l'ombre !!


C'est pas compliqué, ya qu'à suivre les panneaux !


Mais je ne reviens pas sur mes pas, à l'embranchement suivant, j'emprunte le sentier classique de l'ilet Alcide et passe devant le Roi des Tamarins ; fiche explicative avec en prime une faute d'orthographe :


Après le Tamarin Dodo de samedi (le plus gros tronc), voilà le plus vieux et le plus haut !


Le sentier descend plus ou moins régulièrement dans les racines et est ponctué de faux-plats et de ravines.


La Nature s'offre parfois quelques fantaisies.


Il est 11 h, et toujours ce soleil, on voit même jusqu'à l'océan !


Après 3h15 de marche, j'arrive à la fin du sentier,  il y a même une table, une place pour le feu de bois, et une vue sur l'horizon ! Je l'ai toujours connue sous les nuages, cette vue !


Il ne me reste plus qu'à parcourir quelques centaines de mètres dans cette magnifique allée de cryptomérias.
 

Et à redescendre dans le four... Je reviendrai, c'est sûr !

2 commentaires:

  1. Viens au Cap, tu n'auras pas trop chaud !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'arriiiiiive !!! (zut, encore 3 mois 1/2 !!) ; je crois même que j'aurai bien frais à cette période !

      Supprimer