samedi 17 mai 2014

Sentier oublié (sauf pour nous !)

Aujourd'hui je retrouve des ovésiens et notre guide Makatia, non pas pour une rando de 9 heures comme la dernière fois, mais pour emprunter un itinéraire que vous ne trouverez nulle part dans les guides et dont une partie n'est plus empruntée depuis une trentaine d'années... En gros : on grimpe, on glisse, on traverse de l'eau, on crapahute, on se fait griffer, on se gave de goyaviers, on fait notre marché... Tout cela dans le décor grandiose du cirque de Salazie, mais d'un côté peu fréquenté.

On commence par s'équiper : bâtons et chaussures qui ne craignent pas l'eau


Il faut descendre près du pont de la rivière Fleurs jaunes ; le panorama est à la hauteur de nos espérances :


 On passe sous le pont pour gagner la rivière


Nous marchons ainsi 45 minutes en alternant passages rocheux,


franchissements dans une eau fraîche (surtout en bain de siège...)


passages sableux avec filaos


Les parois laissent apercevoir des mouvements de lave bien tranchés


En plus, les nuages ont complètement disparu et la chaleur du soleil commence à compenser la fraîcheur de l'eau


Puis nous arrivons à un très bel endroit où deux cascades se font face : à gauche la cascade de la ravine Mathurin, puis l'ancienne passerelle abandonnée,


 et de l'autre côté, une cascade qui vient de la pente Carozin

 

La première, de face :


Nous devons traverser une dernière fois la rivière et changer de chaussures.


C'est là que commence le sentier marron, envahi de galaberts, de chocas verts, branchages divers et variés qui nous griffent les bras et les jambes...


Ca monte bien, le paysage s'élargit



Parfois il faut user du coupe-coupe pour avancer...


Nous finissons par nous extraire de ce fouillis végétal...


Pour déboucher sur un petit sentier tout mignon, nettoyé il y a peu ; admirez la taille de ces bambous !


Le sentier poursuit l'ascension jusqu'à Mare à Martin, en attendant, nous avons droit à de nombreux points de vue


Maintenant on voit même (sortez vos loupes), sur le rempart d'en face, le gîte de Bélouve


Vue inhabituelle sur le piton d'Anchaing, que l'on admire généralement de l'autre côté ; le piton des Neiges et le Gros Morne sont dans les nuages


Le sentier est vert, moussu, frais, ombragé, que demander de plus ?


Des chouchous bien sûr ! Nous longeons une exploitation et les lianes chouchou ignorent allègrement les limites du champ, pour notre plus grand plaisir !


Ils viennent même par deux ou par trois...


Et ce n'est pas fini ; après quelques fruits de la passion, nous sommes cernés par des goyaviers !
Il y en a de plus en plus au fur et à mesure que nous montons... Nos sacs sont pleins...


Ca monte encore un bout


Puis arrivée dans le minivillage, bien entretenu avec ses cases colorées ; ça me donne envie d'avoir, moi aussi, ma case "changement d'air" ici !!! Pas vous ?


Les jardins sont magnifiques




Nous n'aurons pas le temps d'aller voir la mare où se reflète ce paysage magique, tant pis, je refais un panoramique ! C'est vraiment trop beau...


Détail d'un éboulement plutôt récent ; ça bouge dans le coin !


Nous dépassons une exploitation ; comment ces vaches peuvent-elles tourner le dos à un panorama pareil ? Elles n'ont même pas de train à regarder passer !


Il faut tourner à gauche avant la ravine ; nous entrons dans le paradis du chouchou !


L'invasion verte a commencé...


Il n'y a qu'à se baisser pour faire son marché... mais comme dit plus haut, nos sacs sont pleins (et lourds !)



Une poule n'y retrouverait pas ses petits (seuls ceux qui ont participé à la rando comprendront :o))


Puis nous regagnons le sentier marron, les herbes folles, les branches cassées, les caillasses, les canalisations...


Le soleil cogne toujours autant, de ce côté, et est toujours aussi abrupt :



Avant d'atteindre la rive, petite séquence "bravons les interdits" : mais où nous emmène-t-il donc ?


Sur la vieille passerelle pardi !


Juste pour le fun...


De retour sur le plancher des vaches (vous savez, ces bêtes qui tournent le dos au beau panorama), nous avalons notre pique-nique puis remontons un peu la rivière jusqu'aux cascades vues le matin.


Alors qui c'est les courageux qui vont se baigner ?



Presque tout le monde en fait...

  

Vous la sentez la fraîcheur de l'eau ? Vous l'entendez, son chant riant ?


Vous les voyez, les pierres qui nous tombent dessus ?


En fait non, j'avais déjà rangé l'appareil photo quand les pierres sont tombées, mais Angie en a la marque sur le bras... Certains ont échappé de peu à un retour express en hélicoptère... quoique c'est pas mal aussi, un tour en hélico !

Nous préférons donc quitter ce lieu à haut risque ;o) et reprenons le chemin inverse, sans encombres... jusqu'à nos voitures et la civilisation. Merci pour la visite atypique !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire