lundi 9 décembre 2013

I'm a poor lonesome cowboy...

Promenade de 2h30 en forêt dans les hauts de la Chaloupe St Leu. Mais cette fois, on se laisse porter !


Après d'innombrables virages, nous arrivons à la ferme équestre située à environ 1 200 m d'altitude. Nos montures nous attendent.

Des camargues,


et aussi des Mérens, connus pour leur pied sûr. Le mien s'appelle Vigor, mais comme son nom ne l'indique pas, il lui manquera un peu de vigueur !!


Cela fait 15 jours que les chevaux n'ont rien fait (leur patronne étant en congés). Direction le manège, pour une petite remise en "pattes" en douceur pour commencer :




 Notre groupe est composé autant de cavaliers expérimentés que de grands débutants, mais finalement cela ne pose aucun problème.


Puis les choses sérieuses commencent : direction la forêt !


Le ciel plutôt nuageux nous empêchera de profiter de la belle vue sur l'océan, mais au moins on ne mourra pas de chaud !


 Nous remontons le long des routes forestières,


des chemins herbeux pour le plus grand plaisir des chevaux gourmands, plus enclins à se jeter sur une touffe bien verte qu'à presser le pas,


quelques troupeaux de vaches et veaux nous regardent passer,


nous atteignons la route forestière des cryptomérias, où la brume fait quelques apparitions,


mais le chemin béton ne dure pas très longtemps : nous avons plusieurs fois l'occasion de tester le galop et le trot, selon l'envie de chacun.


Quelques passages sont vraiment magnifiques, entre les acacias en fleurs, les fougères, les fleurs de pissenlits...


Il ne manquerait qu'un rayon de soleil, mais cela retirerait l'atmosphère un peu étrange de cette forêt qui avait largement brûlé en 2010...



Nos fessiers commencent à se faire douloureux, nos genoux commencent à se raidir, nos vertèbres commencent à être bien tassées... cela fait plus de deux heures que l'on est en selle...


Nous entamons la dernière descente pour rentrer à la ferme où le repas nous attend !


D'abord un ti apéro...


Puis un bon carri poulet aux tomates arbustes et gros piments, riz, grains et une fondue de citrouille,


le tout, à une grande table avec nos hôtes et à 10 m des écuries !


C'est marrant, nous étions assis tout ce temps et pourtant, en descendant de selle nous étions tous fourbus et affamés comme si c'était nous qui venions de crapahuter 3 heures en montagne !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire