lundi 22 avril 2013

La gourmandise n'est pas toujours un vilain défaut

Ben non. Suffit de se dépenser suffisamment à côté !
Hier était donc le jour de ma rando "chocolatanier" (chocolat + Latanier, le nom de l'ilet dans Mafate). Je l'avais prévue pour le lundi de Pâques, mais entorse oblige, je l'avais décalée.
J'étais accompagnée par deux courageuses (et gourmandes !) : Marie-Élise et Petra, toutes les deux infirmières. Oui je sais, on n'est jamais trop prudent !! Je prends mes précautions maintenant !!

Le trajet consistait en la plus longue partie plate à la Réunion : la canalisation des Orangers, mais au lieu de monter aux Orangers, nous allions descendre vers les Lataniers, îlet beaucoup moins fréquenté.

Ce trajet intéresse peu de randonneurs, qui le trouvent monotone et long : 28 km aller/retour et un peu moins de 500 m de dénivelé cumulé, plutôt rare ici !



Sauf qu'il offre des points de vue incroyables sur la Rivière des Galets (on la surplombe à 700 m d'altitude environ, tout du long), et sur Mafate au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans le cirque.
Le sentier est presque plat, et plutôt régulier (bon pour moi !).



Nous sommes parties à 7 h 30 du matin,  une belle lumière inondait déjà le cirque, même si des nuages commençaient à déborder de Salazie.


Passage rafraîchissant (si besoin était) vers la Cascade Flamant, pas très en eau ce jour-là.




Attention, ça glisse...



Bon, pour ce sentier, faut quand même ne pas avoir le vertige !!


On devine quelques cases dans le fond...


Passage d'un petit tunnel bien ventilé, puis le spectacle s'offre à nous.

On distingue le barrage, et la passerelle du bras d'Oussy.


Au centre, notre destination (c'est loin encore ???!!).


 Les bibs, habituelles compagnes des randonneurs (remarquez comme le petit mâle se tient bien à distance de la femelle !).



 Une jolie cascade, inacessible.


Au bout de 3h30 de marche, nous arrivons au croisement.


Il faut franchir une ravine, emprunter des passerelles, descendre des marches, sous un soleil de plomb (et on pense à la remontée, non sans une certaine appréhension !!!)


Au loin, sur le flanc de la montagne, on devine le sentier, bien horizontal, que l'on vient d'emprunter.



Nous arrivons aux Lataniers, il est midi, le ventre crie "Famine, famine !!", il nous faut trouver un site de pique-nique.
On passe d'abord entre deux gîtes.



Au bout d'un champ de haricots, nous trouvons LE site parfait : sous les filaos, en haut d'une crête où une légère brise souffle.



Le repas et le repos nous sont salutaires, on commençait à en avoir plein les pattes !


Et en guise de dessert, nous sortons nos gourmandises : tarte, macarons et chocolats.


N'est-ce pas le paradis sur Terre ?

Avec toutes ces calories engrangées (!), nous pouvons reprendre le chemin du retour d'un bon pas.
Le soleil a la bonne idée de se cacher derrière des nuages pendant que nous remontons les escaliers jusqu'au sentier.
Les paysages continuent de nous ravir.



Nous aurons marché en tout 8 heures ; mon cardiofréquencemètre indiquera 3 716 kcal consommées depuis le matin !! Je reprendrai bien un peu de chocolat, moi...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire