mardi 8 janvier 2019

Mafate depuis Ti Col, chemins buissonniers

Ou comment éviter au maximum la processions de marcheurs sur cette portion du GR1 appelée "l'autoroute"... surtout un dimanche et en pleines vacances scolaires !

Je profite d'une belle journée annoncée pour retourner à Mafate. Peut-être aurai-je la chance d'échapper à la chaleur qui sévit dans les bas (nouveau record de 35,4 degrés à la Saline les Bains...).

7 h 30 me voilà au parking de Ti Col. Short et T-shirt, même pas besoin d'une couche supplémentaire, il fait déjà bon... et beau : on voit le Piton Cabri et même jusqu'au Port par là-bas !


J'ai 2 litres d'eau dans le kamel back et 300 ml dans une petite thermos supplémentaire, de plus à La Nouvelle on trouve des robinets, au cas où ! Je suis parée !
Direction le Col de Fourche par la Plaine des Merles. J'adore cette portion, trop courte à mon goût !


À l'endroit où les chemins se séparent...


Un peu de brume, quelques nuées timides... je devrais avoir la vue au Col !


Peu de gens le savent, mais c'était le seul et unique accès à Mafate avant la construction de la piste forestière qui s'arrête au Col des Bœufs...


Après un bout de piste en descente, on marche sur du plat dans une atmosphère intimiste...


Les cryptomérias dépassés, on entame quelques lacets qui offrent un sublime panorama !


Un dernier croisement et la montée plus raide commence, avec ses hautes marches en béton, mais ne dure qu'une dizaine de minutes, tant mieux pour moi !


Et hop, derniers mètres dans Salazie...


avant de basculer dans Mafate ! Le Grand Bénare se dresse face à nous. Quel ciel !


Une petite descente pour retrouver le GR pas très loin.


Après avoir logué deux géocaches, j'arrive à la Plaine des Tamarins. On n'est même pas obligé de marcher sur les rondins, c'est sec de chez sec !


Comme toujours, ici, des petits groupes font une pause, je ne m'attarde donc pas trop (mais non je ne suis pas asociale...)...


Je préfère juste savourer en silence !



Les habituels nuages tentent d'envahir le cirque mais ont du mal à dépasser le col... qui sait, peut-être que les averses prévues dans l'après-midi n'auront pas lieu ?


Après la plaine des Tamarins, un premier point de vue avant une nouvelle portion de descente.


Mais moi je vais tourner là, par le Plateau Chêne.


On voit toute de suite la différence !


De nombreux pieds de passions-bananes, mais une fois de plus, les fruits ne sont pas mûrs ; je n'en ai jamais vu de mûrs !



Après le plat, la descente s'amorce avec un lacet serré sur la gauche mais une sente vers la droite mène, en une vingtaine de mètres, à un autre point de vue sur La Nouvelle, 200 m en contrebas. Pause photo et grignotage...


Ce matin, il y en a eu un certain nombre ; sûrement qu'en période de vacances, les gîtes sont pleins et ont donc besoin de ravitaillement constant !


Après une petite descente un peu raide, on retombe vite sur le GR et on entre dans La Nouvelle.


Quand il n'y a pas d'hélico, c'est très calme, pas de musique, pas de compresseur...



Me voilà au belvédère, fabuleuse vue sur le Bronchard et la Rivière des Galets...



Je logue la géocache qui se trouve dans les parages. Derrière moi, les nuages sont toujours coincés là-haut, il commence à faire chaud, je sors le chapeau !


Dernière vue avant de revenir sur mes pas.


Je retraverse l'îlet. Il fait beau aussi du côté de Cilaos !



Invitation au farniente !



Avec une vue pareille, on comprend mieux !


Le Bistrot des Songes, j'ai eu de bons retours, il faudra venir tester leurs petits bungalows sur pilotis !


Je ne prends pas tout de suite le GR1 mais suis la direction "chemin Charrette". Il serpente agréablement sur 4 km environ, traverse une belle forêt et permet de gagner plus de 200 m d'altitude sans s'en rendre compte ou presque !




Un léger vent souffle et il fait donc super bon. Je m'arrête là car j'ai trop faim ; ben oui j'ai petit-déjeuné à 4 h 30 du mat' alors à 11 heures j'ai l'estomac dans les talons !


Ici aussi il y en a un peu, que c'est joli.


Merci au vent qui empêche l'envahissement nuageux ! Je me repais de ces vues fantastiques...



Toute la longueur de la randonnée "du Maïdo au Grand Bénare", environ 7 km et 900 m de différence entre ces deux points...


Généralement on ne le voit plus, perdu qu'il est dans la brume...


Le tamarin blanc des hauts et sa faculté à repartir coûte que coûte, quel que soit le sens...



L'arrivée à cette petite cabane est le signe que je retombe sur le GR1... J'en profite pour cacher une boîte.


C'est la case à Gouzous, en 2017 on pouvait y louer des VTT pour descendre le chemin Charrette, mais c'est fermé maintenant. Il nous reste la jolie fresque de Jace.



Un peu de montée plus dure maintenant ; dernier coup d’œil sur Mafate...


Le Col des Bœufs toujours au soleil... ça va chauffer !


Encore beaucoup de monde qui remonte au parking ou qui descend aux gîtes. Difficile de faire une photo sans personne, mais j'y arrive !



Finalement je décide de remonter par le col de Fourche emprunté le matin car le GR est trop bruyant ! Surtout aussi parce que la montée est deux fois plus courte (même si elle est plus raide) ; j'aime pas les montées !
De gros nuages restent bloqués à Cilaos.


Dernier gros effort, me voilà sur la ligne de crête, ouf ! Il y a du vent et de la brume mais il ne fait même pas froid !


Voilà pourquoi : il fait encore beau à Salazie aussi !


On voit même jusqu'à St André sur la côte Est.


Je n'ai plus qu'à remonter la piste empruntée quelques heures plus tôt...


Le parking au soleil en milieu d'après-midi, c'est si rare...


Après cette longue boucle de presque 19 km, j'ai faim et sur le retour je m'arrête acheter une main de petites bananes. Juste là où il faut pour voir la Cascade Blanche. Pas beaucoup d'eau mais 600 m de haut.


Superbe journée, encore ! Je suis regonflée à bloc !