lundi 6 juillet 2020

Sources Manouilh à Salazie

Orgie de randos ces jours-ci pour "compenser" l'annulation du voyage au Kenya...

Après la remontée de la ravine La Plaine, Cilaos, la forêt de Sans-Souci, le sentier de bord de Dos d'Âne à la Rivière des Galets, quittons la sécheresse et la poussière de l'ouest et filons là où tout n'est que verdure, fraîcheur et volupté !!

En plus, ce circuit, je ne l'ai jamais fait ! Et oui, il y en a encore...

C'est donc un départ depuis Hell-Bourg, où il fait bien frais à 8 h du matin. Du genre, 10°.


Il faut longer des habitations puis le stade avant d'entamer le sentier.



Le début, je le connais, pour avoir fait deux fois la boucle Cap Anglais/gîte de Bélouve/Hell-Bourg qui commence par ici.


Le sentier aurait besoin d'un petit rafraîchissement "bien dégagé derrière les oreilles"...


Le piton D'Anchaing domine le cirque et derrière, la Roche écrite est coiffée de nuages...


Les lacets nous font monter assez vite et le panorama se dégage. Les nuages vont-ils être plus rapides que moi ?


On voit très bien le plateau où Hell-Bourg s'est installé.



À partir d'ici on peut enlever la polaire !


C'est alors que commence une longue portion dans la forêt de cryptomérias. Finalement on va peut-être remettre la polaire... fraîcheur, ombre et humidité sont omniprésentes.


Un grand kiosque m'accueille ; mais il faut surtout repérer, à droite, une petite trace dans les longozes...


Elle conduit, en une cinquantaine de mètres, à un autre point de vue sur Salazie !





Les énormes racines sont sèches, la progression est plutôt aisée...




On remonte quelques temps une piste forestière boueuse, mais en marchant sur les côtés on arrive à s'en sortir sans se maculer de boue... Cela est moins garanti en saison des pluies !


Petit aménagement indispensable



L'enchevêtrement de racines est impressionnant !


Sentier pratiquement rectiligne


C'est là que j'attaque la portion jamais faite.



Dire qu'à chaque fois que j'ai fait Cap Anglais j'ai eu le brouillard au bout d'une heure et là... ciel bleu immaculé !



1 heure aller c'est un peu long mais 1 h aller/retour, un peu juste (on voit que le R a été barré) si on veut profiter des panoramas et ne pas tomber aux endroits glissants et boueux...


Reprise d'une petite montée


Des points de vue sous des angles nouveaux !


Cimendef et Roche écrite bien dégagés cette fois !


Quand j'vous dis qu'c'est humide dans l'coin !


On commence à entendre un bruit de rivière... La paroi d'en face se rapproche...



 Et soudain c'est wouahouuuuu ! Je ne m'attendais pas à cela ! En plus l'éclairage est parfait !


C'est la Rivière du Mât.



Les cryptomérias ont disparu et on retrouve un sentier classique de moyenne montagne.


Magnifique !


C'est à partir d'ici que c'est gras, humide et glissant.







Une forte descente commence


Juste en face, je vois les premières concrétions.



La cascade est bien plus grande que je pensais.



Au bout du sentier, un panneau explique l'historique et la géologie :
" En 1916, au hasard d'une sortie dans les bois, un jeune de Salazie, L.E. Lucilly dit "Manouilh" découvrait au pied d'une paroi rocheuse plusieurs sources chaudes entourées de dépôts de couleur ocre. Fortement chargées en calcaire dissous, ces eaux sont pétrifiantes ; les plantes autour des sources sont moulées par des dépôts calcaires successifs. Lorsque la matière végétale disparaît, les empreintes des tiges et des feuilles sont fossilisées."


On peut se rapprocher du lit de la rivière en désescaladant 1 mètre à la fin du sentier.



Il y avait des sources chaudes mais il paraît qu'elles ont disparu sous le gros éboulis.


Je me pose pour un grignotage... Calme parfait et chant reposant de l'eau qui coule... Personne...


Puis je remonte un peu pour voir


Certaines roches sont de vraies savonnettes







Demi-tour pour continuer la boucle.


L'antique échelle en bois vermoulu a été remplacée par une autre en métal accompagnée d'une main courante.


Et voilà, il était temps, les nuages débarquent !


Après un retour sous les cryptomérias, on se retrouve à flanc de rempart mais il n'y a plus de vue...


Pile à l'heure pour le pique-nique !


Un peu plus bas, on voit les cases d'îlet à Vidot.


Et Hell-Bourg !



Le sentier, après quelques lacets serrés, débouche sur une petite route tranquille.



Il faut prendre le "sentier des dauphins" pour raccourcir.


Il nous fait descendre pour mieux remonter de l'autre côté !


 Les chouchoux sont partout...



On passe le gué au niveau des anciens thermes.



Joli endroit pour une promenade digestive, les restos étant à deux pas !


Quelques ruines




 Un dernier petit raidillon, une passerelle pour enjamber les lianes chouchoux envahissantes, et nous voilà arrivés.


Tout est phagocyté par le chouchou, le bananier semble vivre ses dernières heures...


Impossible de revenir de Salazie sans prendre de quoi se préparer de bons petits plats !