samedi 13 janvier 2018

Entre les gouttes

Il a plu tous les jours depuis mon retour d'Australie, parfois il a plu jour et nuit !
On n'est que le 13 et ce mois de janvier est DÉJÀ le troisième plus pluvieux depuis 1960. Ah ben cette pluie ce n'est pas une impression alors !

Autant dire que les marches rapides, marches nordiques et autres randonnées sont annulées les unes après les autres...
Sauf... ce matin, Dame Nature a bien voulu nous gratifier d'une petite période sèche. Je ne pouvais pas manquer cela !
Certains sentiers sont déjà fermés ou dégradés, les ravines débordent, il y a des risques d'éboulis alors il faut éviter la haute montagne, les fonds de cirques, les cascades et bassins... bref cela nous laisse peu de choix.

Ça tombe bien, je dois faire des recos pour mes randos SLP à venir, dans le coin de la forêt du Maïdo, aucun risque de me prendre un rocher sur la tête.

Il est 7 heures et je suis déjà à 1 700 m d'altitude.


Non c'est pas possible ! J'ai froid !!


Mon parcours me fait emprunter quelques pistes forestières ; celle-ci n'est pas vraiment entretenue et avec l'eau qui vient de tomber, ça va pousser encore plus !


Certains arbres n'ont pas résisté avec les sols détrempés et un coup de vent.


De même, au niveau des radiers, on devine que beaucoup d'eau est passée par ici : l'herbe est comme peignée dans le sens du courant.


C'est agréable de voir un ciel bleu !



Vue sur la côte ouest



Je cherche un petit sentier marron qui me permettra de rejoindre le sentier du rempart de Mafate.


La trace est bien là.


Deux cents mètres environ à remonter tout droit



Ce sera la partie la plus sauvage du circuit ; j'adore !



On retombe rapidement sur le sentier classique. Et voilà la récompense :


Le sentier alterne entre forêt et bord de rempart


Il continue à remonter la crête, au point qu'on voit de l'autre côté (côte mer)


Roche écrite et Cimendef sont parfaitement dégagés !


Le sentier est pratiquement sec, étonnant ; mais l'herbe mouillée est omniprésente et je finis quand même avec les pieds humides...





Je redescends par la sommière Tête dure, une large piste herbeuse hyper roulante.


Puis je retrouve la route forestière Oméga, et son calme forestier.


J'ai bouclé le circuit en 3 heures, ce qui conviendra à une randonnée "tous marcheurs".
Comme j'ai encore du temps, j'en profite pour aller reconnaître un autre bout de circuit, pour une autre rando.
Au niveau du "bar" près du parking du Maïdo, je cherche un autre sentier oublié. Euh, serait-ce là ?


Ou là ? J'opte pour celui qui n'a pas d'indications (vu que c'est un sentier oublié !).


En plus, la tour de guet me donne la direction à suivre.


Pour l'instant, cela correspond exactement à la trace sur mon GPS. En plus, je vois qu'on traverse la route pour continuer de l'autre côté, exactement comme sur la carte.


Ici c'est un peu moins évident, à moins d'avoir repéré les deux poteaux en bois, vestiges d'un panneau ONF...


Je m'engage et hourrah, voilà même une vieille trace blanche de sentier !!


Il y a aussi des traces rondes blanches et parfois, des flèches peintes au sol.


Les buissons à épines n'ont pas encore refermé le sentier, tant mieux car ils piquent terriblement.


Je finis par déboucher sur la piste de la Glacière ; j'ai vu ce que je voulais voir, je fais demi-tour. Les nuages font une timide apparition...


Je redescends en voiture au niveau de la piste des 1 800 pour trouver un endroit de pique-nique sympa.
Il faut marcher un peu et quand on entend un clapotis, on part à l'aventure !



Cette libellule est tellement fine qu'on ne la verrait pas si elle n'était pas d'un beau bleu turquoise.


Ses ailes, par contre, sont totalement transparentes.


Minicascade éphémère.



Il fait bien gris à présent, je ne poursuis pas plus loin et m'arrête pour manger. Quel silence apaisant...


Fini, le soleil et le ciel bleu !


Ce soir, la pluie est revenue. Il est prévu du mauvais temps jusqu'au 20 !! Avec cyclone à la clé... Espérons que les prévisions se trompent car pour l'instant, le passage au plus près, c'est jeudi 18, à seulement 25 km de l'île !
(Mtotec)
analyse de surface

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire