dimanche 13 août 2017

C'est une forêt extraordinaire

Nouvelle sortie SLP ce samedi : dans les hauts des Makes, après une petite demi-heure de bus. La rando débute dans les ruelles.


C'est calme, il fait bon malgré l'altitude (plus de 900 mètres). Ce n'est pas un "vrai" hiver !


On serait bien tentées de soulager ces agrumes surchargés mais trois molosses les défendent à grand renfort de décibels et toutes canines dehors...


On sort du village.



Il y a une aire de pique-nique, un sentier d'interprétation et un sentier de découverte en plus de celui que l'on va emprunter.


Les classiques capucines oranges, dont on fait les beignets mais qui n'ont pas de goût particulier...


Les platanes sont complètement dépouillés.



Ce sont de beaux camélias bicolores (rose/blanc).


Nous suivons encore un peu la route bétonnée.


Avec SLP, bonne humeur assurée !


Ce n'est pas ce genre d'indications qui va nous faire peur !


Plongée immédiate dans la forêt. Quelques centaines de mètres et déjà je repère un étrange tronc, sûrement un ficus étrangleur dont le support a fini par dépérir et disparaître... Assassin !!


Beaucoup de bois maigres aussi dont les troncs/racines torturés prennent des formes cauchemardesques.


La caractéristique du sentier Malbar mort, c'est la succession de descentes abruptes et de montées ardues, mais courtes, correspondant généralement à une ravine. Ici, c'est aménagé et en plus ou moins bon état, avec échelles métalliques et rambardes en bois.





Ravine à sec mais qui peut être glissante sur certains rochers...


Dans une forte montée où on s'aide des mains (merci les racines posées là par Mère Nature), on ne peut que s'extasier devant cet arbre (à moins qu'ils soient plusieurs ??) au tronc atypique.


Une partie verticale puis l'arbre part horizontalement des deux côtés, on ne sait plus où est le début ni la fin !


On continue notre crapahutage...


Rebelote ! C'est quoi ce fouillis d'arbre ?


Il est toujours vivant et repart dans tous les sens.


Largeur du tronc couché : aussi grand qu'Ariane !


Le soleil dans le sous-bois ne gâche rien...


Puis soudain notre guide du jour, Danielle, s'écarte du sentier et nous guide vers... incroyable !! Quel arbre ! C'est un affouche... oui, un seul arbre avec cet énorme tronc triple !


Je me glisse dessous pour vous donner une idée de la taille...


C'est absolument époustouflant !


On ne peut que regretter qu'il ne soit pas du tout indiqué et sûrement de nombreux randonneurs passent à côté sans même le remarquer (il est à environ 30 m du sentier, il faut repérer, à gauche quand on arrive, ce tronc horizontal qui sert de siège, et chercher l'arbre sur la droite...).


Forcément, après la rude montée, voilà les échelles de descente...


On s'amuse bien...


Sept échelles en tout, cela reste raisonnable.


Une nouvelle ravine qui commence à être envahie de vigne marronne et de jouvences...


Et c'est reparti : nouveau rempart à gravir !! Et nouveaux troncs étranges.



Et nouvelle descente facilitée par l'échelle...


Ah tiens, on va de nouveau mettre les bâtons de côté pour se libérer les mains...


Ne pas se prendre les pieds dans les racines qui n'attendent que cela...


Oh mais qui vois-je, dans la montée en face ??! Laurence :o)


Si c'est pas du fractionné, ça ! Une autre montée bien cardio...


On ne voudrait pas avoir à le faire dans l'autre sens... ça glisse sous les pieds pourtant il n'y a pas du tout de boue, mais les feuilles mortes et les petits cailloux ne tiennent qu'à un fil...


On a l'impression de ne plus en finir quand soudain, une éclaircie, et on voit un peu autour de nous ; mince, c'est un peu embrumé !


Un peu plus haut, finalement on se rend compte que ça va, les Makes sont encore bien dégagés.


Quand est-ce qu'on mange ?


Ici, au croisement !


Vu qu'il ne fait que 17 °C, personne n'a envie de faire la sieste alors on repart assez vite. Le sentier est désormais plus plat, légèrement descendant...


Vue sur le grand St Louis...



Encore une belle forêt, même si les arbres y sont moins remarquables.


Quoique !! N'est-il pas terriblement bizarre celui-là !?


Et soudain, nous voilà cernés ! Des goyaviers de toutes parts...


Et une azalée blanche du plus bel effet !


Mais l'azalée, ça ne se mange pas alors que les goyaviers...


Le sentier s'élargit fortement, nous ne devrions plus tarder à retrouver la voie cannière en béton...





On voit bien la ravine avec sa végétation vert plus foncé que les champs de canne en vert clair.


Franchement je ne pensais pas pouvoir faire un panoramique, mais le vent limite la formation des nuages habituels...


Bon alors, elle est où cette route en béton ?


Bon là on voit qu'on se rapproche de la civilisation !!


Euh mouais.... vous êtes sûres ?


Ok, on vous fait confiance...


C'est que ça coupe ces saletés de cannes !


D'après ViewRanger et GPXViewer, on n'est pas très loin, mais pas très loin de quoi ??!


Une courgette digne d'un conte... Sophie et les courgettes géantes (au lieu de Jack et les haricots magiques !).


On serait bien tentées, mais non c'est vraiment trop lourd !!


Et ici, les capucines sont jaunes...


Ouf ça y est on a retrouvé la voie cannière !! Bon, on n'était pas perdues non plus hein...


Pêchers en fleurs... c'est le printemps...


Ils sont sympas ils ont fait de grandes saignées rectilignes dans les champs de canne pour nous éviter les lacets...


On retrouve les premières cases et leurs jolis jardins ; une rose de porcelaine !


Des bégonias en veux-tu, en voilà...


Nous sommes un peu en avance pour le bus alors nous avançons en espérant bien tomber sur un bistrot ou au moins un ti boutik !



Après les cannes, les ananas, les piments verts et piments cabris, les artichauts...


Oui nous aussi on a pensé une demi-seconde que ces ananas mûrs seraient mieux dans notre sac, mais on a trop craint le coup de fusil...


Pour finir en beauté la série des arbres incroyables, voilà sur quoi on tombe au détour d'un virage :


Et ses fruits : qui pourrait dire ce que c'est ?? Moi je n'en avais jamais vu...


Avec Claire à côté pour voir la largeur du truc... Cet arbre c'est un kapokier, oui celui qui donne la fibre végétale "kapok" !!


Voilà ce que ça donne en saison : marrant non, du coton qui pend des branches ! (source  http://biassev.free.fr/kapok.htm pour voir les différents stades)


Nous finissons par trouver un ti boutik ouvert, chacune a pu commander sa boisson (qui une Dodo, qui une Fischer... et moi, un Cacolac !). Et le bus est arrivé à l'heure !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire