dimanche 6 août 2017

Au bon lait des hauts !

La météo avait annoncé du beau temps au-dessus des 1 800/2 000 m et j'avais jeté mon dévolu sur le morne Langevin et la Plaine des Sables.
Mais après 1 heure de route, voyant des nuages au loin, j'ai consulté les webcams pour voir que les nuages n'avaient que faire des 1 800 mètres... Un peu plus tôt, vers les Plaines, il faisait beau, j'ai donc rebroussé chemin et me suis dirigée vers l'endroit où le GR R2 coupe la nationale pour continuer vers le Sud. Le parking se situe au lieu bucoliquement nommé "chalet des pâtres".
Belle vue sur le Piton des Neiges qui se fait phagocyter par des nuages...


Ça, c'est quand tout va bien...


Je suis déçue, je pensais prendre de belles photos de givre, mais pas du tout, il fait 9 °C ! Il y a plein de rosée et j'ai les pieds mouillés en quelques minutes...


Le sentier file tout droit, il y a un sacré vent froid qui vient de gauche, vite il faut que j'arrive au niveau de ce piton !


Les vaches n'ont pas du tout l'air d'être gênées, elles sont habituées !


Un petit bout du Piton des Neiges !


Le soleil est encore bien bas et je vois bien les nuages tout au loin...


Je prends la première à droite, une variante du GR qui passe par les sommets des pitons. Je me souviens d'être passée là dans l'autre sens il y a bien longtemps, la descente avait été délicate, le sentier n'était pas balisé... maintenant c'est bien indiqué.


Bizarre cette "ombre de nuage" qui arrive par la droite...


 Et face à moi, ce n'est pas terrible non plus, mais avec le vent, tout bouge très vite...



Comme c'est étrange ! Une feuille de platane, ici ??!!


Je regarde autour de moi, ce ne sont que mousses, branles, arbres des hauts de la Réunion... mais alors ??


Ah ben si, le voilà :


Ils sont même plusieurs et ont fait un sacré beau tapis automnal...


Je continue la montée progressive, motivée par le ciel bleu que je vois devant moi :


Parce que je ne peux pas dire que le sentier soit motivant : c'est boueux, ça glisse et ça colle en même temps...


Aaaah vivement que j'arrive au soleil ! J'ai pourtant mes deux polaires et mes gants mais ce vent est assez pénétrant.


Droit devant, l'antenne du Textor que je dois rallier ; et derrière, l'invasion de nuages qui arrive à toute vitesse... et zut....


Petit coup d’œil de l'autre côté pour voir s'ils ont plus de chance


Bof bof, il est super tôt et il y a déjà des nuages... c'est mal barré !


Le seul moment de la journée où j'ai vu jusqu'à la mer !


Special effects !


Je surplombe la région, je risque fort de raccourcir mon circuit si je ne peux rien voir ; mais pour l'instant, je dois suivre le seul et unique sentier...


Quelques belles images néanmoins


Alors à partir de là commencent les deux kilomètres les plus boueux de la création et pourtant j'en ai vu... et brusquement un flash oui je me souviens qu'on avait galéré à descendre... ben là je vais galérer à monter !


Heureusement que la forêt est superbe !


Deux solutions : petit a : marcher en mettant un pied de chaque côté de la partie boueuse, même si les pieds doivent s'écarter de près d'un mètre, et se balancer d'un côté à l'autre ; efficacité garantie contre la culotte de cheval, mais épuisant au bout de plusieurs centaines de mètres !
Petit b : finir par mettre le pied dedans, à l'insu de son plein gré, essayer de ne pas perdre sa chaussure, et se donner du courage en chantant quelque chose ou en mangeant un peu de lait concentré sucré, et attendre en serrant les dents que la situation s'améliore !!


Rassurez-moi, ça va bien finir par s'améliorer hein ?



Alors que j'arrive à m'extirper de cet enfer brun en ayant limité les dégâts (un seul pied enfoncé de 20 cm), et que le sentier devient plus classique, les éléments se liguent contre moi : un bon brouillard arrive... Je me promets de prendre immédiatement le sentier du retour pour arriver à la voiture vers midi et manger à l'abri, avec mon thermos de thé !


Non mais franchement !!


Ah, c'est pas encore fini...


Pour être venue ici par beau temps (oui, c'est possible !), je sais que j'arrive près du petit lac Argamasse où le Piton des Neiges se reflète nonchalamment. Mais aujourd'hui, je ne suis pas d'humeur à chercher le lac !!


Après avoir croisé 4 personnes qui cherchaient à faire "une boucle", et leur avoir conseillé de ne pas trop chercher, dans ce brouillard, un raccourci qu'ils ne trouveront jamais, je poursuis mes 20 dernières minutes de trajet et miracle, l'antenne surgit et il y a même du ciel bleu ou j'ai la berlue ???


J'ai bien cru que je n'y arriverais jamais et que j'allais être engloutie par le sentier...


Ouaouh, je vois même à plusieurs centaines de mètres devant moi !


Mais arrêtez-moi tout ce soleil, c'est trop !


Je repère la suite du sentier. Mais l'envie est trop forte et par ce beau temps, il faut que j'aille voir plus loin !


Je traverse la route pour grimper en face...


Deux kiosques et personne en train de pique-niquer ?


La Mare à Scorie un peu en manque d'eau (toute l'eau est sur le sentier que je viens de prendre !)...



Inexorablement attirée par le bleu !


Qui peut devenir du gris très vite...


La route du volcan et la piste qui va au Piton de l'eau.

 

Le cratère Commerson, complètement dégagé maintenant


Voilà le but de la marche, la vue sur la Rivière des Remparts.


Je fais le tour du sommet qui redescend en pente douce vers le lac.


Je vais m'installer là pour manger, à l'abri du vent...


L'occasion ou jamais de faire sécher le bas de pantalon et les chaussures...


 Je sais bien que je vais finir la marche dans les nuages, mais pour l'instant, je suis à la limite !


Il fait même super bon et le sentier est sec...


Rien à voir avec la partie atroce de ce matin !


Le soleil disparaît une fois pour toutes et le sentier entame la descente entre les verts pâturages.



Pas beaucoup de randonneurs à regarder passer...




La descente est assez régulière, roulante...


Manque de bol, les derniers kilomètres sont aussi gras, glissants, poisseux, traîtres que ce matin ! De nouveau je manque de tomber vingt fois... pour finir par m'étaler en douceur dans l'herbe mouillée ;o) oui parce qu'il s'est mis à pleuvoir...


Pour finir sur une note plus gaie, j'ai quand même eu droit à une belle dernière éclaircie, avant la voiture et le thé chaud !



J'avais juste oublié les chaussures et chaussettes de rechange ; n'oublions pas que je devais randonner sur la Plaine des Sables où il n'y a jamais de boue 😜

1 commentaire:

  1. Ça y est, j'ai rattrapé tout mon retard : je suis bien contente de voir que tu as amplement profité de tes vacances. Courage pour la reprise !
    Allez, nartrouv' très bientôt !

    RépondreSupprimer