dimanche 7 mai 2017

Bassins des hauts du Maïdo

Encore beaucoup de pluie un peu partout sur l'île... aura-t-on une saison sèche cette année ? En attendant, je dois rivaliser d'imagination pour me trouver des circuits "agréables", à savoir, où mes pieds resteront secs le plus longtemps possible.

Cette fois-ci j'ai choisi la "piste des 1 800 - sud" qui comme son nom l'indique, est à 1 800 m d'altitude (si ! si ! c'est dingue non).
C'est une piste forestière fermée à la circulation ; la garantie de ne pas être dérangée par les voitures, ni polluée par les pots d'échappement !
Je me gare juste avant la barrière et je laisse le bitume pour la piste de cailloux.


Le soleil, masqué par la montagne, ne me réchauffe pas encore, j'ai mis ma polaire et ma softshell...



Je suis 1 800 m pile au-dessus de Saint-Paul !


La preuve qu'il pleut depuis des semaines... les ravines sont en eau ! Bon, pas un torrent impétueux, mais de beaux bassins !


Je fais quelques écarts pour découvrir ce que la Nature me réserve...



On entend quand même un mini écoulement d'eau mais pas de quoi venir troubler ces beaux miroirs.


L'eau suinte de partout...


Toujours à l'ombre, je regarde mon thermomètre et ohhhhh stupeur !


Après quelques virages, tout s'éclaircit. Les oiseaux l'ont bien compris, c'est là qu'ils viennent se réchauffer aux premiers rayons du soleil !


Ça "cui-cui-te" dans tous les sens.


Je regarde vers le Nord, pas joli joli... je suis au bon endroit youpi !


Cette piste est vraiment agréable : large, sèche... et plate !


J'ai régulièrement des vues sur la côté ouest.


La savane du Cap la Houssaye




La tour de guet contre les incendies, au piton Bernica. C'est à ses pieds que passe la piste qui mène à la Glacière...


Je passe près d'une clairière où des arbres ont été coupés il y a bien longtemps.


La vue sur la côte est de plus en plus large : Boucan Canot, St Gilles...


De nouveau, un radier avec de l'eau. Je n'en avais jamais vu ici...


Malheureusement, aucun risque de trouver une truite ou un camaron !





Encore un bel effet miroir...


Maintenant que le soleil donne, je sens tout de suite la différence. J'enlève la softshell.


J'arrive près de la zone incendiée en 2010.


Encore un bassin !



Piste large, sans boue, ensoleillée... que demande le peuple ?





Zoom sur ce qui me semble être la passe de l'Ermitage... je pense à tous ces gens entassés sur la plage dans le bruit, les cris, la musique, la chaleur, le sable qui colle... Je suis trop bien dans ma forêt !



Et un de plus !




 Le lagon dans toute sa splendeur


C'est à partir d'ici que la piste commence à descendre vers le gîte des Tamarins (situé sur la route forestière du Tévelave). Je décide de poursuivre presque jusqu'au bout.


Rando en solo dans les hauts, yo !


Je me pose pour grignoter un bout et profiter du soleil et du calme. Puis quand les chiens du gîte se mettent à aboyer et que le coq leur répond, je me dis qu'il est temps de me remettre en route !


J'ai le soleil en pleine face maintenant !


Je marche d'un bon pas, je n'ai plus trop de raisons de m'arrêter pour prendre des photos et les nuages finissent par boucher la vue... la température, qui avait atteint 24, flirte plutôt avec les 17 maintenant !


Mais je finis par repérer de nouveaux bassins. Je remonte le long d'un d'entre eux.


Je pense que c'était plus spectaculaire avec plus d'eau et plus de soleil !



Il est très facile de remonter la ravine, ici ce ne sont que de grandes dalles de lave et peu de végétation.


Dès qu'il y a une faille dans la roche, la végétation s'y engouffre !



Il ne me reste plus que 3 km avant de retrouver la voiture et mon bon thé chaud... pas envie de redescendre en ville !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire