samedi 8 avril 2017

La boucle des goyaviers

Après "la boucle du curcuma" et "la boucle des margosiers", nous venons d'inventer "la boucle des goyaviers" !!

Nous n'avions pas prévu de marcher au début... Nous voulions simplement cueillir nos premiers goyaviers.
Pour ce faire, direction la Plaine des Grègues dans le sud-ouest, où Martine en avait repéré il y a 15 jours.

Nous arrivons au bout de la route, nous sortons l'attirail : gaulettes de 2 mètres avec crochet, et bidons de 5 litres.


Il fait un temps de malade !! Le petit souci, c'est que je ne vois pas de goyaviers bien rouges autour de moi... Ils ont peut-être déjà tous été cueillis vu que l'accès est aisé ?


La tête du panneau montre que ce passage n'est pas hyper fréquenté par l'ONF !!

il

Après quelques dizaines de mètres très boueux, nous débouchons sur le sentier "la boucle des margosiers". Il nous faut marcher un petit moment avant de voir les premiers fruits, tout en haut des arbres. C'est là qu'on est content d'avoir la gaulette !


Les parties plates avec quelques fruits rouges alternent avec les abruptes descentes en sous-bois. Les seaux se remplissent lentement ; on profite du bon air et du calme ambiant...


On se dit que c'est bien de descendre encore et encore, le but étant d'atteindre l'aire de décollage de parapente, mais l'idée de remonter toutes ces marches avec deux seaux chargés à ras bord nous fait tiquer...

boucle des margosiers

On profite des jolies vues, il fait souvent nuageux quand on arrive à cette partie de la rando et qu'on est parti du centre du village...


Le vert et le bleu, le duo gagnant !

plaine des grègues


Après une nouvelle série de grosses marches en rondins, on passe deux ravines ; et forcément, on doit remonter à chaque fois, avec notre chargement de plus en plus lourd... allez courage !


Un petit coup de cardio sur terrain glaiseux et moussu hyper gras, sinon c'est trop facile... ne pas tomber, surtout...


Nous finissons la dernière succession d'escaliers pour déboucher enfin sur cette fameuse aire de parapente. Ici, les arbres sont à hauteur de cueilleur, il reste tout juste de quoi remplir le dernier seau.


Petite pause grignotage, on se repère avec nos GPS pour rejoindre la route. On n'a vraiment pas envie de se coltiner les centaines de marches en montée, surtout que j'ai laissé mon pique-nique dans la voiture alors ça ne va pas le faire ! On admire encore quelques minutes la vue, puis c'est le départ tranquillement.


Nous revoilà sur la route (zéro circulation) ; on traverse, en plus des champs de curcuma, des vergers de tangors (vivement la saison !) dont les allées sont remplies de songes aux énormes feuilles.


Ce dernier kilomètre nous semble long... on ne sait pas trop comment porter les seaux sans se faire mal aux épaules ; tentative en nous aidant de nos gaulettes, façon baluchon pour moi (j'ai l'autre seau dans mon sac à dos), ou façon porteur chinois pour Martine, un seau de chaque côté des épaules !


Pour pique-niquer, je propose de redescendre du côté du centre équestre du Relais de Petite-Île que nous aimons bien avec Pat ; il y a plein de kiosques !

On s'installe dans un champ avec vue... Les nuages s'amusent à prendre des formes mouvantes...


Retour au bercail.
Au boulot ! Pour aujourd'hui, 4 kilos de jus et pulpe récupérés ! Et en deux temps, trois mouvements grâce à l'épépineuse Supernovaaaaaaaaa !!


1 commentaire:

  1. J'ai 4kg400 de jus et pulpe! Voilà pourquoi je trouvais ça plus lourd! Merci pour cette journée.

    RépondreSupprimer