dimanche 19 février 2017

Coin de parapluie contre coin de paradis

Alors là, je dis non !!
Après une belle semaine ensoleillée, voilà-t-y pas que la pluie fait son retour juste aujourd'hui où j'avais prévu la rando vers Piton Textor, déjà annulée il y a 15 jours pour cause de tempête tropicale.

Et je n'ai pas du tout, mais alors pas du tout envie de chanter "Toute la pluie tombe sur moi" ni "Une à une les gouttes d'eau me dégoulinent dans le dos..."

Mais comme il est très tôt, que je suis prête à marcher et que mes copains randonneurs sont sur le point de partir vers le départ (ou déjà en train de rouler), il me faut trouver un plan B. Voire un plan C ou D, car les nuages pluvieux s'étalent de plus en plus... Au final, nous ne sommes plus que trois : Martine, Justin et moi. Justin nous propose un petit circuit vers Manapany qui semble épargné... on fonce !

On attaque direct par la descente du chemin des Anglais (remonté lors de la journée patrimoine il y a quelques semaines). J'aime mieux dans ce sens...


On arrive au bord de l'eau, quelques gouttes commencent à tomber... allez on n'est pas en sucre, on continue !


Finalement, c'est eux qui ont tout compris, quitte à être mouillé... en plus l'eau est bonne.


On passe par l'ancien port. Il ne pleut plus mais le soleil est plus que timide.


Quand même une lueur d'espoir, même si on ne va pas dans cette direction...


Quelques beaux rouleaux viennent s'écraser sur les rochers


 Bon signe, il fait beau aussi de l'autre côté !




Ça remue pas mal...



Tiens, un mini-trou dans la coulée de lave !


Si tu crois qu'on ne t'a pas vu...


Après l'ancien four à chaux, on rejoint le champ de thym et on tourne pour longer la falaise.


Et une vue fabuleuse sur la plage de Ti Sable !


On goûte quelques jamblons, qui ressemblent à des raisins noirs, un goût agréable mais une astringence qui gêne un peu dans la bouche.


Nous accédons à la plage Ti Sable, sauvage et qui peut être dangereuse car tombant, courants, vagues, requins et j'en passe...


On se lance après avoir étudié la fréquence des vagues et jusqu'où elles montent






Ne pas tenter de se réfugier là si la marée monte ! Et pour grimper la falaise, il faudra repasser...



Face à la mer... comme dit l'autre.


Nous allons juste au bout voir ce qu'il y a


Un éboulis géant... Vaut-il mieux se faire emporter par les flots en furie, ou périr écrasé par des rochers instables en tentant de les escalader ?? La question reste posée !!


Demi-tour, puis nous emprunterons le sentier qui longe la falaise...


Il fait bien chaud et moite et pas de brise marine, alors qu'ici c'est plutôt coutumier.


Le sentier est agrémenté de chocas verts et autres plantations.


Cela semble enfin se lever vers le volcan...


Ce sentier est en tous points identique au sentier des pêcheurs, de l'autre côté de l'île.


On commence à se demander si on veut vraiment du soleil, car on dégouline alors qu'on ne marche que sur du plat...


Pas grand monde en ce dimanche matin... tant mieux !


Du raisin de mer (Coccoloba uvifera), encore vert. On repassera quand il sera mûr !


Oui, oui le ciel bleu est bien en train de revenir !!


On profite au plus près du bon air marin, des embruns, du bruit des vagues...


D'autres vivent ici toute l'année, vous l'avez vu ?




C'est sûr qu'on est loin de la forêt primaire qui monte au Piton Textor, mais je trouve qu'on s'en sort bien quand on pense au temps sur le reste de l'île !


On voit bien les embruns qui montent de la mer




On alterne constamment entre dalles de lave, filaos, traînasse... pas de monotonie !


On devinerait presque le Morne Langevin.




Nous finissons par quitter le sentier pour un petit bout de goudron. Face à nous, le piton Babet que nous allons gravir... et oui, un peu de dénivelé quand même !!


Franchissement du fameux radier Fusible, qui saute à chaque pluie un peu forte... d'où son nom.


Ici aussi, d'énormes raisiniers de mer ; de dessous, on voit les gros troncs,


De dessus, les jolies feuilles aux couleurs automnales


Le soleil cogne de plus en plus, mais quelle belle luminosité !


Pour nous, ce sera tout droit !!


 Quelques panneaux en trois langues...



Jolie découverte, sentier ombragé, bien agréable...


La vue sympa sur la mer...




Après ces 120 m de dénivelé, on arrive au sommet, pile poil pour la pause grignotage. Face à la mer, il y a pire !


Et derrière nous, pas dégueu non plus, la vue sur le plateau de la Plaine des Grègues à gauche, et Grand Coude à droite...


Le nom du piton vient du maire Raphaël Babet qui a une stèle et s'est fait enterrer ici, debout, au milieu du siècle dernier...


On redescend par un autre sentier sinueux...


Ici ce sont des gros galets, on les entend bien rouler sous les vagues...



Une nouvelle petite partie bien aménagée.


On arrive à une aire de pique-nique, mais il n'y a pas un chat !


C'est ici que nous allons faire demi-tour. Qui veut des galets ??





Pluie + chaleur = champignon ; ici, un bébé cèpe (ils peuvent être beaucoup plus gros). Dommage qu'ils n'aient pas exactement le même goût que ceux de métropole.


Ce ciel bleu... ce n'était pas gagné ce matin !


Une ancienne usine sucrière à l'abandon.


On peut enfin profiter des belles couleurs contrastées.





On repasse près du four à chaux et on s'y arrête pour le pique-nique, à admirer les gerbes d'eau dues aux vagues




Je fais un panoramique juste avant que de grosses gouttes se mettent à tomber.


L'averse est la bienvenue tellement on a chaud, elle nous procure un semblant de fraîcheur pendant quelques minutes. Puis on se remet en route, on n'est plus très loin des voitures.


Martine, à quoi ça sert que je me décarcasse à t'emmener marcher si tu réduis tous mes efforts à néant !!?? Quelle gourmande !


Après cette pause "fraîcheur et calories", on repasse devant le bassin de Manapany.


C'est plus sympa avec le soleil n'est-ce pas...



Il ne nous reste plus qu'à remonter le sentier des Anglais et à se prendre une dernière bonne suée...


Merci Justin pour le guidage, j'ai encore découvert des choses !!

4 commentaires:

  1. Merci pour le plan C... et pour le café frappé! Tiens, rien que pour ça, j'y retournerai bien! Comment ça, moi, gourmande?

    RépondreSupprimer
  2. faites-moi part de vos souhaits de rando et je verrai ce que je peux faire !!

    RépondreSupprimer