samedi 3 décembre 2016

Entre les gouttes

J'avais mis mon réveil à 5h30 ; je me suis réveillée à 4h15.
Beaucoup d'entre vous se seraient rendormis, mais moi je ne peux pas, surtout quand je sais que je dois aller me promener au grand air ! Et au final, cette heure supplémentaire aura son importance plus tard, mais ça, je ne le sais pas encore...

Je regarde le radar météo, il pleut un peu dans le Nord, les prévisions annoncent des pluies pour la fin de la journée, j'ai donc le temps d'aller faire ma marche dans l'Ouest !
6h45, je gare ma voiture en face du sentier de Piton Rouge car c'est là que je vais terminer la rando. Le vent souffle, il fait un peu frais, je marche d'un bon pas sur la route forestière des Tamarins, sans voir une seule voiture.


Je croise un autre petit randonneur...


Vous voulez faire un mur végétalisé mais n'avez pas d'idée ? Regardez dans la nature !!


Une petite vingtaine de degrés, un ciel presque tout bleu, je vais devoir enlever ma polaire et les jambes amovibles du pantalon, car la montée va commencer.


Et oui, je vais tout là-haut... entre autres !


Fuschias taille XXL


Je tourne ici. Le sentier des Tamarins : on l'avait emprunté avec Martine, Kevin et une troisième personne il y a peu...


Sauf que cette fois, je le fais principalement en montant ! La vue est différente aussi.


Pas de différence entre la mer et le ciel...


Le panorama de la montée à avaler...


Pour changer, je délaisse le sentier des Tamarins et emprunte la vielle route forestière qui le coupe à plusieurs reprises.


Quelle bonne odeur de mimosas !!


Je retrouve alors le mirador et emprunte le sentier qui monte tout droit. Direction : le Petit Bénare ! Oui, ce piton que personne n'aime car l'environnement est, disons, des plus... caillouteux !


Mais moi, je n'ai peur de rien, j'ai de nouvelles chaussures à tester alors, quoi de mieux qu'un bon sentier bien pourri ?


Encore quelques bouts larges d'une autre vieille piste...


Euh bon ben je crois que c'est là...


Le sentier coupe tout droit dans la montée, le cardio se fait sentir mais j'apprécie les paysages et le calme absolu !


Mais où sont donc les nuages annoncés ? D'un autre côté, je ne vais pas me plaindre ! 


Je n'en reviens pas, on voit jusqu'à l’Étang Salé les Bains !!


Je repère aussi le mirador sous lequel je suis passée. Il y a encore un effort à fournir, ne lambinons pas !


Les formes caractéristiques des greens du golf de l’Étang Salé...


Moi je continue à souffler... Le sentier est vraiment très peu fréquenté mais comme il ne pleut pas non plus des masses, il ne se laisse pas vite envahir d'herbes...


Dommage, ce n'est pas encore l'arrivée pour moi, au contraire, il me reste le plus dur !


Martine s'en souvient très bien d'ailleurs (ou plutôt, ses pieds et ses genoux !!).


Spéciale dédicace pour vous, Martine et Kevin !! Et j'en ai plein d'autres en réserve !!


J'ai l'impression que les nuages remontent de Cilaos et que je ne vais rien voir. Tant pis, ce n'est pas la première fois ! Et de toute façon, je dois monter pour continuer la boucle...


Je m'arrête 10 minutes pour manger, car c'est vraiment l'heure, il fait faim.


Jolie salle à manger avec vue, sans vis-à-vis. On voit toujours la côte !


On peut se demander si les rochers ont été mis là pour qu'on marche dessus ou pour qu'on les contourne. Le doute est permis.


Ah, enfin !


Dans l'Ouest, toujours aucune trace de ce front froid censé amener de la pluie...


 Me voilà au sommet, il fait beau !!


Enfin, pour la vue sur Cilaos, je repasserai ! Ou je regarderai d'anciennes photos de rando !!


Je préfère me tourner de l'autre côté !


Au Nord, ce n'est pas vraiment mieux. Je ne vais peut-être pas tarder à me remettre en route hein...


On se demande s'il y a plus de végétal porteur ou de végétal porté.


Plutôt pas mal, quand on sait comme ce coin est toujours envahi de brume...


Ah zut, vais-je devoir sortir la veste de pluie ?


Je crois en ma bonne étoile. On voit même le lagon de l'Hermitage !


Je dois passer à gauche de ce piton, ça devrait le faire !


De l'eau ! C'est vrai qu'il a plu en milieu de semaine...


Un joli bassin, mais pas le temps de faire trempette ! Ça bouge pas mal au-dessus de ma tête...


Finalement, c'est encore plus dégagé que tout à l'heure !


On dirait qu'il a été peint à la peinture dorée !


Me voilà au Piton Rouge, 2 400 m, ça cogne.

 
Le sentier va redescendre presque tout droit jusqu'à la route. Sur la droite, je vois enfin les gros nuages annoncés...


Moi, je suis pile poil au milieu des deux masses nuageuses ! J'ai donc bien une bonne étoile...


Grosse attention requise pour cette descente traîtresse ; pour prendre une photo il est impératif de s'arrêter !


Derrière moi, c'est toujours mitigé.


Soudain mes narines frémissent : oui, le mimosa !! J'ai regagné l'altitude de ces arbres et cela signifie que la voiture n'est plus très loin. 


Est-ce que ça serait en train de se gâter en bas ?


Je retrouve ma voiture. Mes chaussures n'ont pas démérité, test concluant !!


J'ai à peine roulé 500 mètres que...


ah oui...


oh que je suis contente de m'être réveillée une heure plus tôt !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire