dimanche 13 novembre 2016

Vive le vent...

Vive le vent, vive le vent, sur la Réunion,
Qui s'en va, sifflant, soufflant, et chasse tous les nuages.... !!!

Je n'aime pas le vent, mais quand il dégage le ciel et me permet de pouvoir ENFIN tenter la rando du cratère Dolomieu (pas refaite depuis 2010 !), je reconnais qu'il est utile !

Vers 5 h du matin, la webcam montrait beaucoup de nuages, puis vers 6 heures, le soleil commençait à gagner la partie alors je me suis décidée !! Une fois à la Plaine des Cafres, j'ai revérifié la webcam et c'était tout bon... Et effectivement... La Plaine des Sables toute dégagée...



Une Fournaise inondée de bleu...


Où que l'on regarde, il fait beau !


Je commence la marche un peu avant neuf heures. Comme quoi, pas toujours obligé d'arriver super tôt au volcan pour avoir beau temps !


Même à l'Est il n'y a pas de nuages. Par contre, ça souffle !


J'aurais aussi pu faire le Cassé de la Rivière de l'Est...


Il y a de nombreux touristes et randonneurs qui descendent comme moi dans l'enclos.


Ici, pas de vent, ça chauffe déjà.


Hop ! Me voilà en bas des escaliers. C'est parti, à l'assaut du Dolomieu !


Je délaisse le Formica Leo, pris à l'abordage par les visiteurs, et joue au Petit Poucet en suivant les points blancs.


Une petite pause pour 2 panoramiques : le rempart, côté parking...


Et l'étendue entre le rempart et le volcan.


Le vent souffle sans discontinuer, de gauche à droite. En vue de la Chapelle Rosemont (édifice de lave), j'oblique à gauche.


Le parcours est bosselé, mais on commence à sentir la montée.


On se rapproche de coulées récentes (plus sombres).


Celle-ci s'est arrêtée là, comme ça !


Le sommet de l'île domine tout le monde. Le rempart semble minuscule maintenant...



On commence à voir le Nez Coupé de Ste Rose, à l'Est.


Je dépasse des groupes de marcheurs pas à l'aise sur ce type de sol. Et oui, les grattons, les scories, ça change des sentiers de grande randonnée !


La lave s'est bien amusée en refroidissant !


Toujours ce vent...


On arrive au niveau du Nez Coupé de Ste Rose (le petit pic à gauche), juste à l'endroit où commencent les Grandes pentes, jusqu'à la mer. Vous me croirez si je vous dis que je n'avais jamais vu cet endroit dégagé ??!


Ici, le cratère et la fissure d'où la lave a jailli il y a deux mois...


Alors là, les bras m'en tombent ! On voit la côte Est, Ste Rose etc.


C'est tout simplement fabuleux !


Le sentier continue la montée et contourne le cratère ; un dernier raidillon, une dernière vue sur l'Est...


C'est le panneau le plus pourri que j'aie vu sur l'île ! Navrant...


On a assez tourné autour du cratère pour maintenant voir l'autre côté de l'enclos, lieu-dit le Tremblet (oui, comme le sentier du Tremblet qu'on a descendu dimanche dernier !). Cette partie est aussi les trois quarts du temps dans les nuages alors, j'en profite...


J'ai mis moins de deux heures pour arriver en haut. Il y a au moins cinquante personnes... et un vent de fou.


Voilà l'intérieur depuis l'effondrement en 2007. On pourrait y mettre la Tour Eiffel !


Et ça continue de bouger ; la preuve, des cailloux qui dévalent la pente forment un petit nuage de poussière. Alors, pas trop près du bord !


Je descends un peu pour tenter de me mettre à l'abri du vent pour une pause grignotage. C'est pas gagné ! Mais au moins, les nuages restent bloqués et j'ai toujours la vue.


Après avoir enfilé mes deux pulls, je commence la descente.





Faut que je trouve un coin protégé du vent et loin des hordes de marcheurs... J'ai ma petite idée...


La Réunion, sous son plus beau profil ! De gauche à droite, le Grand Bénare, le piton des Neiges, le Cimendef, la Roche écrite.


De là, je vois mieux la fissure éruptive d'où jaillissaient des fontaines de lave il y a deux mois.


Me revoilà descendue à la Chapelle Rosemont. Devant moi, le Formica Leo et la jolie remontée au Pas de Bellecombe, qui donne toujours un bon coup de chaud et fait monter le palpitant... Mais ce n'est pas pour tout de suite ! Je prends à gauche en direction du Château Fort / Cratères Rivals.


Je marche un petit quart d'heure jusqu'à ce croisement. Je n'ai pas croisé âme qui vive, c'était le but !


Un petit bois de rempart apporte une touche colorée dans cet univers grisonnant.


Je trouve un endroit abrité et me pose pour manger. Tiens, un autre cratère récent, celui qu'on pouvait voir depuis le piton de Bert...


Le piton de la Fournaise à ma gauche...


Et le rempart à ma droite ! Tout cela, les cheveux dans le vent !


Des nuages se forment à toute vitesse et me survolent en quelques secondes.


Il y a même une langue nuageuse ondulée qui traverse l'enclos, d'où sort-elle ?


Puis le ciel redevient bleu immaculé. Je me remets en route. Tiens, une bulle de gaz prisonnière a retrouvé sa liberté quand sa gangue de basalte s'est cassée.


Le sol bouge toujours... une mini tectonique des plaques !


Après la remontée des 400 ou 500 marches, je rejoins le parking où m'attendent un bon thé et un bout de brioche (faut savoir trouver les bonnes motivations !).
Comme s'ils avaient attendu que je sois arrivée, les nuages choisissent alors ce moment pour envahir le ciel !


Merci Dame Nature pour toutes ces beautés.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire