dimanche 24 juillet 2016

Motivés, motivés

Ô rage, ô désespoir,
ô nuages ennemis,
n'ai-je donc tant marché
que pour voir tout ce gris ??
Bon j'exagère un peu... :o))

Le plan A, la montée au volcan pour voir le fond du cratère Dolomieu, est tombé à l'eau pour cause de pluie justement ! J'avais un plan B, la montée Kerveguen au fin fond de Cilaos, sauf que le mauvais temps de l'Est et du volcan arrive à passer par-dessus le rempart...


On y croit, on a l'impression que ça se lève (ou l'inverse ??), on se dit que les prévisions optimistes de MF (amélioration en milieu de journée) arriveront peut-être plus tôt que prévu...


En tout cas, le Grand Bénare et le col du Taïbit sont bien ensoleillés, eux...


Nous entamons donc la montée, et pas n'importe laquelle : tout juste 3 km pour monter 812 m de dénivelé (plus dur que le fameux Bloc qui monte au refuge du Piton des Neiges), autant dire qu'il y a des marches et des marches et encore des marches...


et des rondins...


et des cailloux...


et encore et encore... mais bon, on le savait !


 On sent de minuscules gouttes mais on voit toujours au centre du cirque...


Vers la mer, c'est même tout bleu !


On prend notre temps car le sol est glissant. Et puis il y a les échelles, avec au moins 50 cm entre chaque barreau !


Au fil de la montée, on sent bien que les gouttes sont plus fournies, plus grosses...


Après les échelles, les marches taillées à même la roche... heureusement qu'il y a la main courante !  Ne pensons pas à la redescente... tout va bien se passer !


Ici c'est carrément démoli, la boue ne tenait plus les planches, tout s'est effondré, un tronc en travers donne un semblant de solidité mais il vaut mieux le contourner, la terre est trop meuble autour... non, ne pensons pas à la redescente !


Le cirque est de plus en plus ensoleillé et nous sommes de plus en plus mouillés...


On est contraint de sortir la veste de pluie... La montée continue dans une végétation luxuriante. C'est tellement humide sur ce côté qui ne voit pas beaucoup le soleil !


Un dernier effort, nous arrivons au sommet au bout de deux heures. Il souffle un vent terrible, froid, fort et il pleut ; aucune vue sur le volcan, les plaines ou le Piton des Neiges, inutile de s'attarder ! En plus on se les gèle !


On est quand même à 2206 m...


On redescend de quelques mètres pour se planquer à l'abri du vent glacé et manger un bout. La descente va nécessiter toute notre attention et toute notre maîtrise...
Je ne ressors l'appareil photo que lorsque l'on commence à revoir dans le cirque...


On croise un sportif, déjà vu dans l'autre sens, qui fait un repérage pour le Grand Raid et a choisi ces conditions exécrables en se disant que ça ne pourrait pas être pire le jour de la course... chacun son kif !


Après des mètres et des mètres de descente, on distingue la forêt près de Bras Sec où se trouve la voiture.
Preuve que le temps s'améliore, on devine même un arc-en-ciel !


Je peux enfin faire un panoramique !



Ça y est on distingue le parking et la voiture ! Mais bon il y a encore de la descente.


Il y a des nuages dans les hauts de Mafate...



On remballe nos vêtements de pluie.


Il y a même un peu de soleil, qui nous fait percevoir la forêt tout à fait différemment de ce qu'on a pu voir à la montée.


C'est le paradis des plantes épiphytes !


Un seul regret : pas de champignons pour l'omelette de ce soir !


 On entend les sources couler, signe qu'on s'approche de la fin.


Nous revoilà descendus.


Mais c'est qu'il fait chaud en plein soleil !


On se boit un petit thé chaud en regardant d'où l'on vient... les nuages sont en train de disparaître petit à petit... mais on ne va pas remonter, faut pas abuser des bonnes choses !


Ce sera l'occasion de revenir une troisième fois, avec la vue à 360° par contre !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire