dimanche 10 juillet 2016

Le froid de canard, ça conserve (de canard)

Ce weekend, je ne m'occupe de rien, Pat s'occupe de tout : c'est mon weekend surprise d'anniversaire !
On nourrit bien le Matou avant de partir...;o)
 

Je ne sais pas où on part, mais je sais qu'il va faire froid et quand on dit froid, même à la Réunion, ça peut être très froid : je prends donc tout ce que j'ai de plus chaud (et je n'ai pas beaucoup de choix) :


Rien que de voir ça, Matou se précipite dans un endroit douillet... désolée mais il va falloir sortir !


Nous roulons une heure et demie et arrivons au crépuscule, juste le temps de voir les environs...


Nous sommes à la ferme-auberge "Le pêcher gourmand", ça promet !! Il fait moins de 10° et le radiateur n'était pas allumé. Le temps que la chambre chauffe... Pat se planque sous la couverture !! Les Bretons, c'est plus ce que c'était !


19 h, l'occasion d'aller vérifier que ce qui est dans l'assiette est aussi bon que l'odeur qui flotte dans l'air.
Qui dit ferme-auberge, dit produits faits maison et juste derrière la porte :  des tas de conserves à base de canard (d'où le titre avec froid de canard, ha ha ha). Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, enfin plutôt, dans l’œil d'un aveugle...


Une belle flambée mais elle ne chauffe pas assez la grande salle, ce n'est pas grave, on compte bien sur l'apéro et le repas pour nous réchauffer...


Nous prenons forcément l'apéro maison (vin blanc dans lequel ont macéré des feuilles de pêcher, très bon) ; en amuse-bouche, un beurre de magret fumé... miam !!


Nous prenons le repas "à la carte" (il existe aussi une formule "chambre d'hôtes", un peu plus classique). Une entrée pour deux, qui comprend des magrets fumés en lanières, des gésiers finement coupés et un morceau de foie gras. Un sans faute...


Vient le plat principal, je me jette sur le cassoulet de canard (avec une cuisse confite, une tranche de magret fumé et une saucisse de volaille), vraiment très très bon, et Pat prend une cuisse confite et patates sautées... Quel repas !!



Pour digérer (et non, on fait attention à notre ligne, pas de dessert !!) : une infusion de citronnelle du jardin, ça passe tout seul.

Le lendemain matin, on constate que la brume de la veille au soir a complètement disparu mais a laissé beaucoup d'humidité derrière elle...


Une jonquille qui me ramène beaucoup d'années en arrière, dans l'Est de la France...


Non n'insistez pas, on ne mangera pas dehors ! Il fait moins de 10° je précise...


L'aire de jeux et les petits bungalows.


Le petit-déjeuner est plus que complet : des œufs que l'on va se fait cuire (dans une machine où des petits paniers tiennent l’œuf dans l'eau chaude), du gâteau maison aux pépites de chocolat, des céréales, des confitures maison (tangor, papaye et chouchou), du miel, et un hallucinant yaourt maison à la vanille, crémeux et fondant...


Après ce solide petit-déj, direction la première activité de la journée : on va marcher !!!


Et oui, pour me faire plaisir, Pat rechausse ses chaussures de rando !!


Comme c'est samedi, il n'y a absolument personne... On va aller voir les Trous blancs, monter au point de vue du Nez de Boeuf et redescendre par l'autre côté.


Dès qu'on sort de la forêt, on arrive sur les prés noyés de soleil...


Le sentier monte tranquillement, histoire de nous réchauffer. On découvre derrière nous le Piton des Neiges qui dépasse des nuages...


Au soleil, il commence à faire bon, Pat enlève la polaire, moi j'attends encore un peu !


Un panoramique pour prendre la mesure du paysage...


On n'est pas bien là ??!!


Aïe, on voit que des nuages commencent à se former... restons optimistes pour l'activité de l'après-midi !



Le sentier monte doucement, mais sûrement... On entend les vaches meugler.


On contourne par le haut un des trous blancs. C'est tout blanc dans le fond (givre).


On se rend compte que l'offensive nuageuse n'est pas qu'une impression !! 


On se fait cerner de toutes parts !


Pour une fois, l'Est est complètement dégagé et l'Ouest, sous les nuages !

 


On traverse la route du volcan pour rejoindre le dernier croisement :


On surplombe ainsi l'aire de bivouac mais un samedi matin, il n'y a encore personne...


Et voilà le superbe point de vue sur la Rivière des Remparts !! Le temps est bien moche tout là-bas, il pleut !!


Il y a 6 mois, j'étais au fond pour une grosse rando et il faisait une de ces chaleurs...


Pour l'instant, il fait bon et c'est vraiment le pied pour randonner !


Les nuages arrivent du sud-est maintenant...


Encore un rayon de soleil pour cette époustouflante vue :


Nous revenons sur nos pas, puis prenons à droite pour terminer la boucle.


Passiflora mollissima... "passion banane" !


La preuve par les fruits :


Un peu avant de rejoindre le parking, on s'arrête pour voir le Tamarin Dodo, le plus gros tamarin de la Réunion. Le tronc est en effet énooooorme !!



Avant de redescendre à Bourg-Murat, on a un peu de temps à tuer. Pat propose d'aller voir la Plaine des Sables. Quand on voit le temps, on se dit qu'on risque fort de faire le trajet pour rien...


Si c'est pas du bol, ça !!




Puis halte au cratère Commerson. On passe toujours à côté, sans prendre le temps de s'arrêter (pour ma part, je n'y étais pas allée depuis 2005...). Il faut marcher deux minutes et se diriger vers le belvédère...


Et là, vue plongeante dans le cratère ! Un trou de presque 230 m.




 Le brouillard nous rattrape...


Il est temps de descendre pour le déjeuner.
On opte pour un resto qui a une belle cheminée.
Enfin, pas que...


La nourriture est également réputée. On a déjà testé et on s'était promis de revenir
Pat prend un cari patte cochon !


De mon côté, je me laisse tenter par le filet de taureau, en souvenir des délicieuses gardianes de toro qui me manquent : et il y a même une tranche de foie gras poêlé dessus !


Une fois notre plat avalé, nous nous rendons sur le lieu de la seconde activité surprise du jour... un centre équestre !! 


Nos Merens arrivent.


Oui, j'ai toujours ma polaire et j'ai même sorti les petits gants... c'est que le temps s'est couvert.



Quelques réglages...

Notre circuit de deux bonnes heures va nous amener à gravir trois pitons (Darid, Desforges et Villers), en alternant les petites routes et les sentiers en pleine nature. 



Oui, maintenant il faut mettre une charlotte sous la bombe...


Nos juments ne sont pas très rapides, mais elles ont le pied sûr, même au milieu des caillasses, dans la boue ou lorsqu'il faut grimper.




Quand des génisses regardent passer les chevaux...


A l'assaut du dernier piton...


C'est là que se trouve un vaisseau spatial la station météo du coin.


Notre balade se termine juste avant l'arrivée du crachin, quelle chance ! Il ne nous reste plus qu'à rentrer nous mettre au chaud.

Le dimanche matin, le ciel est à nouveau dégagé, et il fait 2 degrés !! Bon, on est à plus de 1400 m d'altitude aussi ! Dans les bas, il fait chaud, mais nous on va attendre encore un peu avant d'y retourner !


Pour ce dernier jour, on a décidé de passer par les Plaines pour aller voir s'il restait quelques goyaviers... La météo est de nouveau avec nous.



Nous voilà dans les virages du col de Bellevue, avec la Plaine des Palmistes en ligne de mire et l'océan qui brille...


Quel ciel limpide !


Par là-bas, un sentier boueux permet de remonter jusqu'au Piton de l'eau, pas loin du volcan.


Nous dépassons les exploitations privées de goyaviers et continuons jusqu'au Col de Bébour, à 1414 m. Voilà la magnifique forêt primaire et ses bois de couleurs, ses fougères arborescentes, le tout dominé par le piton des Neiges... 


Nous redescendons à pied et trouvons assez de goyaviers pour remplir deux bidons de 5 litres !! Mais c'est vraiment la fin...


Atmosphère ensoleillée et calme pour la cueillette...


 On peut retirer les polaires... le weekend au frais prend fin.




Heureusement, dans pas longtemps ce sera à moi de promener Pat !

3 commentaires: