samedi 9 janvier 2016

Le monde est petit

Après une semaine de travail... me revoilà sur les chemins !
Je décide de faire la reconnaissance d'une partie d'une boucle prévue avec SLP. L'avantage, c'est que ce n'est pas loin de chez moi. L'inconvénient, c'est qu'il me faut quand même une bonne heure pour arriver au départ : route de La Montagne donc on dépasse difficilement le 40, puis piste forestière de la Plaine d'Affouches : on dépasse difficilement le 15 à l'heure !!

Je remonte jusqu'au point kilométrique 7 et m'arrête pour admirer l'océan... Je suis à 1000 m d'altitude, il fait beau et bon !


Cette route forestière est délaissée par les adeptes du pique-nique réunionnais, qui préfèrent l'accès plus rapide de la route du Maïdo ou de la Fenêtre des Makes (routes bétonnées). Les installations sont désespérément vides... au moins, comme cela, ça restera propre !!


On trouve même quelques panneaux !


Je remonte allègrement la piste en terre et cailloux. Et soudain, surgissant de nulle part : une partie macadamée sur 50 mètres !! Quelle idée...


Au détour d'un lacet, plein Nord, je vois la crête qui redescend vers la zone du Colorado, avec sa boule blanche (radar météo).


Un autre lacet, une autre direction : cette fois-ci c'est la ville du Port, la plus à l'Ouest de l'île.


De vieilles bornes jalonnent cette piste. PK 9, je dois remonter jusqu'au PK 13 pour trouver l'embranchement final. Mais nous n'y sommes pas encore.


Silence total, mes pas sur le gravier, les oiseaux qui chantent, un bruissement de feuilles... j'adore !


Un des kiosques qui n'attendent que les marmites et les nappes fleuries...


Un point de vue me permet de voir la partie de la piste qui est fermée, pour cause de chutes de pierre. Un contournement a été créé par l'ONF. C'est cette partie que je dois aller voir.


Normalement, le sentier descend le long de cette crête assez abrupte dont le flanc est encore bien à l'ombre. J'ai prévu de m'arrêter à la moitié de cette crête, on verra bien... selon la forme et la météo !


Tout au fond, la masse blanche de St-Denis.


Une idée de la piste qui serpente...


J'arrive au kiosque vu un peu avant, je monte sur le terre-plein et m'extasie devant la vue : ça doit être sympa de manger avec ce paysage rien que pour soi !


Mais l'heure du déjeuner pour moi est encore loin ! J'arrive enfin à la fin de la piste. Ici débouchent le sentier qui vient de Dos d'Âne (Lataniers) et celui qui vient de la Roche Écrite.


C'est aussi à partir d'ici que la route est barrée et totalement à l'abandon.


Vue sur la crête qui finit de descendre au niveau de l'îlet à Guillaume (pénitencier pour enfants de 1863 à 1879). Les vestiges se cachent au milieu de la forêt.


L'accès plus classique se fait par le Colorado mais le sentier est en cours de réfection.



Je vais faire l'aller-retour sur ce sentier, sans descendre totalement à l'îlet.


Premier vrai effort de la journée...



On s'élève assez vite et avec le soleil de face, on ne tarde pas à transpirer abondamment !


La bonne nouvelle, c'est qu'il y a plein de fleurs sur les goyaviers !


Et ça monte, et ça monte...


C'est joli, mais kossa i lé ?


Ici a été replantée en 2008 une forêt de bois de couleurs. 


En montant, la végétation s'éclaircit.


La boule blanche du Colorado n'est presque plus visible maintenant.


Le sentier passe par quelques ravines étonnamment très humides où règnent mousses et fougères...


Me voilà à la bifurcation attendue.


Une descente terriblement raide commence ici, si bien que le paysage est magnifiquement dégagé jusqu'au Piton des Neiges et le Grand Bénare (à seulement 18 km à vol d'oiseau) !


S'ensuit une succession de marches toutes plus hautes les unes que les autres. Genoux sensibles s'abstenir ! Je suis aussi étonnée de la grande forêt de cryptomérias que l'on voit (le vert sombre). Je voyais plutôt cela à Cilaos, Salazie ou vers le volcan. Comme quoi !

 
 Plus bas, les lacets de la piste forestière que l'on doit retrouver et parcourir sur quelques kilomètres.


Après les hautes marches, le sentier se couvre de feuilles mortes glissantes et finit par déboucher sur la fameuse piste. Quelque part par là...



Je reprends la marche à un bon rythme, c'est large et légèrement en descente !


Régulièrement on trouve des éboulis de ce type... alors, restons loin du côté montagne !


Je m'entraîne pour notre prochain séjour en Afrique du Sud : un chien est passé par là, ainsi que des VTT. Mais l'oiseau ?? Un paille-en-queue ?


La terre a été lavée par les pluies et le vent et découvre une belle roche multicolore.



Je ne rencontre qu'un couple installé au kiosque avec une glacière. Faut le savoir qu'il y a un beau kiosque tout neuf ici !


 La forêt de cryptomérias du Japon.

La rivière St-Denis prend sa source là-haut...


Petit rappel à l'ordre, si besoin était. Keep left, comme disent les Anglais !


Mélange de forêt primaire et de forêt plantée par l'Homme.


Du haut de ces fougères arborescentes, combien de siècles nous contemplent ? Au bas mot, 200 millions d'années, faites le calcul...


Merci pour l'info !


Un panneau d'âge canonique dont le nom "Bras Chinois" est à peine visible... Ce nom figure bien sur la carte IGN.


Je commence à douter. Je devais trouver le croisement au PK 13 et je l'ai déjà dépassé depuis 5-10 minutes... aurais-je loupé quelque chose ?

 

Comme si elle m'avait entendue, une borne surgit de l'herbe : PK 14 !!


Mais simultanément, mes yeux aux aguets repèrent quelque chose dans ce fouillis végétal... là... vous voyez ou pas ??? Mais si !!!


Regardez mieux !! Un joli panneau dont on ne voit que la tranche !! Certes il est correctement placé dans le sens du sentier "Roche Écrite <=> îlet à Guillaume" (perpendiculaire à la route), mais pas du tout visible pour ceux qui viennent de la piste forestière !


Dans le bon sens, ça donne : 


Je ne sais pas qui a raison, de la borne ou du panneau : 13 ou 14 km ? Moi, du moment que je trouve le chemin... Ce dernier s'enfonce justement dans la belle forêt. Racines moussues, branches pourries, attention où on met les pieds et à quoi on essaie de se rattraper !


Une marque blanche, enfin !! Et à peine visible elle aussi... Heureusement maintenant il n'y a plus d'occasion de s'égarer.


Me voilà en train de descendre la fameuse crête repérée au tout début de la sortie. Et ça descend sec, heureusement il y a quelques faux-plats pour reposer les cuisses. Et quelques points de vue...



Celui-là me permet même de repérer les ruines de l'îlet à Guillaume !


La partie la plus marrante arrive, mais elle est de courte durée. Deux échelles vraiment très raides mais bien solides.


J'entends maintenant le bruit de l'eau et repère, dans le rempart d'en face, une chute d'eau.



Les deux côtés du sentier se resserrent de plus en plus, deviennent de plus en plus raides... Pas de doute, je suis sur la crête ! Une partie a même été sécurisée. Mais on ne se tient pas longtemps à la rambarde : ça brûle à cause du soleil !


Cela fait un peu plus de 3 heures que j'ai commencé. Les nuages commencent à faire leur apparition mais j'ai bien pu profiter des paysages.



Je repère une deuxième cascade, à plusieurs niveaux.
Sûrement le Bras Guillaume et le Bras Sec qui, du coup, ne mérite pas son nom.



Je descends encore un peu mais pense aussi au retour et décide de faire ici ma pause pique-nique (au moins partiellement). Les nuages s'amoncellent partout, sauf sur moi. Je cuis...


Tout là-haut on distingue la partie de route interdite et les plaques de grillages sensées retenir la roche...


Ma pause est un peu gâchée par quelques mouches obstinées qui me tournent autour. Je décide de remballer et de terminer le repas plus haut, sûrement au premier kiosque. C'est donc sous un soleil de plomb que j'attaque le 2e effort de la journée... pas ce que je préfère, mais ai-je le choix ? ;o)

 
Que ceux qui trouvent que faire un aller-retour n'est pas intéressant car on repasse aux mêmes endroits lèvent le doigt !! Moi je n'ai que des contre-exemples... comme ici, où je découvre un nouveau de point de vue sur les cascades précédentes, mais cette fois, avec toute la hauteur de chute, et le bassin !!


Il était temps que je fasse demi-tour : les nuages deviennent sérieusement présents !


Je remonte d'une traite jusqu'à la piste, puis reprends à droite, alors que j'entends des voix venant de la Roche Écrite. Un groupe de randonneurs qui profite comme moi des beaux sentiers de la Réunion...


Le brouillard s'épaissit au moment où j'atteins le kiosque ; je vais finir mon pique-nique tranquillement, à l'écoute des seuls bruits de la forêt...


ou pas !! Le groupe de randonneurs m'a rattrapée et il s'avère que j'en connais certains, soit d'OVS, soit de SLP !! D'où mon titre "le monde est petit" hein parce que pour se retrouver ici sans le savoir...


Après une très longue pause pleine de chocolats, macarons et blagues plus ou moins grivoises, on reprend notre marche mais on se sépare vite : ils repartent vers Dos d'Âne et moi j'emprunte très rapidement la portion de route fermée ;  la taille de certains blocs par terre est impressionnante, je ne m'attarde donc pas pour prendre des photos ! En plus, la pluie me rattrape, heureusement, par intermittence.
Je retrouve vite la piste forestière. La crête où j'étais 2 heures plus tôt est à la limite du brouillard.



Le reste du trajet n'est qu'une formalité et il n'est même pas 14 h quand je retrouve ma voiture laissée au croisement avec le sentier du Colorado, là où nous déboucherons lors de la boucle complète dans quelques semaines...


 J'ai hâte d'y être !

1 commentaire:

  1. Sympa ta sortie!Je suis pressée de reprendre les randos, parce que 3 semaines sans sport, c'est pas bon ;(
    A bientôt!

    RépondreSupprimer