jeudi 12 novembre 2015

Sur le fil


Grand beau temps à Cilaos ce matin du 11 novembre. 14 °C au thermomètre, mais au soleil on n'a pas besoin de couche supplémentaire.
Certains ont bivouaqué près du parking du départ de la rando, sur la route d'Îlet à Cordes.


Aujourd'hui je marche avec OVS mais pour cette fois-ci, je me laisse guider !


C'est que pour s'attaquer aux 3 Salazes, il vaut mieux être avec des personnes qui connaissent le chemin comme leur poche.
On attaque donc la montée un peu après 8 heures du matin.


Le massif du Gros Morne et du Piton des Neiges se détache sur fond azur.


Presque toute la rando se fait en sous-bois, ça évite de suer à grosses gouttes dès le début !! On garde cela pour plus tard...


Après une brève halte à la tisanerie de l'îlet des Salazes, on repart. Il ne faudrait pas que les nuages arrivent avant nous ! Au-dessus de nos têtes, le rempart à gravir...


La traversée de cette végétation luxuriante est toujours très plaisante.


Au milieu, le piton "Tête de lion" et derrière, la ville de Cilaos. On continue la grimpette.


Puis la grimpette se transforme en escalade ; rangeons nos bâtons, on a besoin de nos mains pour nous accrocher aux branches et aux roches !


11 heures, nous voilà au col Choupette ; on est gâté !


Cette fois-ci, Mafate est aussi dégagé que Cilaos. Juste à nos pieds, le plateau Kerval et ses paisibles vaches.


On avance un peu sur la crête pour trouver un endroit plus large pour caser tout le monde.


Pas un souffle de vent... 


Quelques passages délicats mais tout le monde s'aide.


Nous voilà installés pour un pique-nique aérien. Le Morne de Fourche et le Col des Bœufs commencent à être couverts de nuages. Pour nous, c'est toujours le gros cagnard !


On est étonné du nombre de personnes que l'on peut rencontrer sur cette arête !! Un vrai boulevard !


Les nuages finissent par arriver par le sud-ouest mais restent accrochés aux remparts. On se prépare pour la redescente, vigilance accrue...


Depuis mon dernier passage en février, le sentier s'est assez dégradé (grosses pluies en mars). Il a rétréci, est en dévers, glissant...


La descente se passe (presque) sans encombres. Un des randonneurs nous fait une chute de 4 mètres, heureusement à un endroit rempli seulement de mousses et d'herbes. Même pas une égratignure.... mais redoublons tous de vigilance !
20 minutes avant la tisanerie, rencontre insolite avec un gros tang, plus occupé par ce qu'il peut trouver à manger, que par notre présence. On se demanderait presque s'il n'est pas apprivoisé ! J'ai donc tout le loisir de le photographier de près :



C'est à peine s'il réagit quand on le "titille"...


Nous nous arrêtons cette fois plus longtemps à la tisanerie. Petit tour à l'arrière, où on peut planter la tente, et où vivent quelques personnes.
Plutôt rustique...


L'abri des chèvres


La salle de bain du "camping"


et les toilettes ! De vrais WC avec une chasse d'eau, mais évacuation...  juste en contrebas !


Deux chevreaux curieux mais peureux


On prend la tisane "descendante", celle qui aide à détendre les muscles après l'effort, avec entre autres de la menthe et des fleurs jaunes


De là, il ne reste plus qu'une vingtaine de minutes pour retrouver les voitures. Merci Jacky d'avoir proposé cette sortie un jour où j'étais dispo :o) !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire