dimanche 8 novembre 2015

Sentiers à ne pas mettre sous tous les pieds

Après le passage en milieu de semaine d'un front froid actif assez inhabituel en cette saison, on se demandait si on allait pouvoir randonner. Nos prévisionnistes préférés nous ayant fait un petit topo plutôt encourageant, c'est pleines d'entrain qu'on a pris la route .
C'est que le "morceau" du jour était plutôt pas mal et il fallait des conditions optimales pour en profiter au max :



Sauf que j'avais envie d'en rajouter un petit bout, histoire de faire de cette boucle une rando 4 étoiles : on a donc fait un détour par Bord Bazar avant d'arriver à Aurère. Forcément cela rallonge la distance et le dénivelé, mais vous m'en direz des nouvelles...

On arrive à 8 h au petit parking, il fait 16° et presque pas de nuages, que ce soit dans Mafate :


ou du côté de Salazie :


On se gare à la fin du sentier Augustave, pour deux raisons : on réveille ainsi les muscles en parcourant les quelques centaines de mètres sur la RF jusqu'au début du Scout, et on est trop content d'avoir la voiture juste là, quand on a fini l'interminable montée en fin de rando !!
Et oui, chaque détail est important !!


Le sous-bois est frais, le sentier à peine humide, on s'en sort bien !


Le Piton Cabri, tel un phare, nous indique la direction à prendre. Tout au fond, la ville du Port.


Très peu de randonneurs à cette heure un samedi. On se régale !


Premier passage avec point de vue époustouflant...


Puis commence la longue descente dans la forêt. Les cuisses travaillent bien, attention les aiguilles et les racines, ça peut glisser... Flexion... extension....


Il y a parfois quelques remontées après une ravine. Histoire de garder le rythme cardiaque à un niveau intéressant !


Juste avant de traverser Ilet à Malheur, détour par le panorama. Pas mal, non ? On pourrait profiter de la table de pique-nique mais on n'a pas spécialement faim et on va continuer jusqu'au second point de vue.


Traversée de l'îlet. Ici, on croise quelques randonneurs quand même.


Puis la descente reprend.


Nous ne prenons pas le raidillon pour Aurère, mais à gauche, par la passerelle sur le Bras Bémale.


Il suffit de passer le pont....


Un premier raidillon, puis une partie plate avec quelques cases : l'ilet Sud. Deux vaches regardent passer les papangues...


Deuxième raidillon (pffffiouh il commence à faire faim et chaud !!) et hourrah !!! Nous atteignons Bord Bazar. C'est de là qu'arrive le GR-R2 depuis Deux Bras.


Nous, on s'arrête au bord et on contemple...


On peut aussi rejoindre les Lataniers. D'ailleurs, on devine la Canalisation des Orangers, dans le rempart d'en face.




Nous redescendons de notre perchoir. J'avais réservé la meilleure table... :o) C'est l'heure du pique-nique !!


Il ne nous reste plus qu'à rejoindre Aurère par un sentier pratiquement plat.




On croise des randonneurs qui attendent l'ouverture de leur gîte. Il est à peine 13 heures...


Voilà c'est ici que les choses sérieuses commencent. Nous c'est Bord Martin... Allez courage...


Avant, il y avait un panneau "Randonneurs expérimentés". Il a disparu et pourtant, l'info n'est pas usurpée. Il ne faut pas avoir le vertige... et il faut le pied sûr !


Cela fait 7 fois que je le fais mais je suis toujours aussi émerveillée...


Eh, les copss, déconnez pas hein !! Regardez où vous mettez les pieds !


Vue magique sur le Bras des Merles. J'espère qu'ils rouvriront ce sentier un jour...


Ici, quand on veut prendre des photos, il est vivement conseillé de s'arrêter ! Le faux-pas ne pardonnerait pas...


Par temps humide, cela doit être vraiment galère. Et dans le sens de la descente, je n'y pense même pas...


La main-courante est la bienvenue...


Nous voilà enfin à la longue passerelle qui a été retapée après les pluies de l'été dernier.


S'en suivent les nombreuses traversées de la ravine Savon. Le débit est normal, c'est-à-dire facilement franchissable.


Le ciel s'est couvert, mais les nuages restent haut dans le ciel et on échappe à la traditionnelle farine sur cette dernière portion. On n'a donc pas trop chaud pour attaquer les 550 derniers mètres de dénivelé !!


Nous retrouvons les voitures à 16 heures. Bel effort ! Salazie commence à disparaître sous les nuages.


Pour me faire pardonner d'avoir rallongé le trajet, j'avais prévu une boisson chaude ; aaaaah ça fait du bien !!


Sur le retour, petit coup d’œil au Voile de la Mariée...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire