lundi 24 août 2015

Mafate sur un plateau

Ce dimanche, direction un petit lieu hors du temps et loin de la frénésie humaine. Mafate est déjà un endroit assez préservé, mais on peut y trouver un site encore plus reculé qui respire la plénitude. Il s'agit du plateau Kelval.
Mais tout cela se mérite... Debout à 4h30, direction Cilaos puis Îlet à Cordes (2 h de route et sans circulation...). Dans un virage, je m'arrête pour photographier la crête que je vais franchir (tout à gauche de la photo). On devine les 3 petites dents des Salazes.


Au sortir du dernier tunnel, le soleil a déjà réveillé le Grand Bénare.


Le Piton des Neiges se réchauffe aux premiers rayons du soleil. Il a fait des températures négatives là-haut cette nuit...


Il est 7h30, il fait froid mais le ciel est bleu !!
Je trouve une petite place pour me garer et j'entame direct. Je dois retrouver un groupe "de l'autre côté". Voilà une partie du descriptif de la rando :


Sauf que le circuit total aller/retour jusqu'au plateau, c'est 16 km et +1 600 m. Heureusement, j'ai mes réserves de barres énergétiques et boisson magique faites maison !!
Dès les premières marches, le ton est donné :


Très vite on surplombe la route entre Cilaos et Îlet à Cordes.


Premières lueurs du soleil rasant sur Cilaos


Quelques minutes plus tard, pleins feux, allez debout !


Moi je continue mon petit bonhomme de chemin. Je marche avec la polaire sans aucun problème... Il fait frais en sous-bois !


Cerisiers roses et pommiers blancs... ici, je ne pense pas quand même. Mais quoi alors ?


Je dépasse la cabane de l'asso des 3 Salazes. C'est trop tôt. Tant pis, je n'aurai pas leur fameuse tisane ascenseur !


Je suis doublée par plusieurs coureurs qui s'entraînent. Dommage pour eux, ils ne prennent pas le temps d'admirer les alentours.


Soudain, une bouffée d'air glacial me saisit : j'arrive sur la Plaine des Fraises et il y a des taches de givre un peu partout !


Heureusement il suffit de faire quelques mètres pour retrouver le soleil.


 Au-dessus de ma tête, un hélico survole les Trois Salazes.


Très agréable ce petit faux-plat...


Puis on replonge dans la forêt. Un très beau spécimen de bois maigre se contorsionne sur le bas-côté.


Ici il refait froid, j'ai les doigts gourds, j'accélère un peu le rythme pour me réchauffer ! Sinon je ne pourrai plus appuyer sur le déclencheur de l'appareil photo !




Au-dessus de la cime des arbres, on devine le col.


La végétation s'écarte pour que je puisse faire ce beau panoramique


Petit passage délicat juste avant le col


Évitez de regarder en bas !


Voilà, c'est fait. Beaucoup moins évident quand il pleut, comme on pourra le tester au retour (la corde est plastifiée donc vraiment glissante et je doute que l'on puisse s'y retenir en cas de glissade)... Vigilance donc !


Le petit passage à la Vierge


Me voilà en haut de la montée !


Il n'est pas encore 9 heures et je peux profiter d'une vue totalement dégagée sur Mafate.


Et sur toute la ligne de crête qui relie le Grand Bénare au Piton des Neiges, en passant par la "tête de chien", les 3 Salazes et le Gros Morne.


Sur ma gauche, le rempart qui rejoint le Maïdo.


Et au fond, Marla, l'îlet le plus haut du cirque.


Encore dans l'ombre, je devine le plateau où je dois me rendre


On en a une vue plongeante quand on monte aux 3 Salazes et qu'on est au Col Choupette (photo prise en 2010) : tamarins blancs des hauts, petite mare aux têtards... J'ai hâte d'y être !


Mais pour l'instant je dois redescendre ! Le sentier est très roulant.


Je croise de nombreux randonneurs qui ont passé la nuit dans le cirque.



Une demi-heure pour arriver en bas, je m'octroie une petite pause pour reposer les articulations. C'est que je n'ai pas fini de crapahuter...


La Tête de chien vue de l'autre côté maintenant.




 Je traverse Marla puis Maison Laclos. On entend les oiseaux, les vaches, les coqs, les chiens. Mais aussi un groupe électrogène...


C'est ici que les chemins se séparent...


On change tout de suite d'ambiance. Le sentier "boulevard" laisse la place à une discrète trace dans la végétation.


Finalement, il n'y a plus de sentier du tout ! Il faut remonter la ravine en cherchant les cairns pour savoir où passer.


Mais il n'est pas toujours facile de trouver des petits tas de cailloux au milieu de gros tas de cailloux !!


C'est le printemps comme en témoignent ces "zerbes tension". Les abeilles bourdonnent, en plein travail de butinage.


Je finis par perdre la trace en remontant encore et toujours la ravine. Une fois devant un mur infranchissable je reviens sur mes pas et le sentier apparaît évident entre les fleurs. Ce n'étais pas le cas dans le sens de la montée...


Je suis aussi guidée par les appels de ceux qui sont en haut et qui m'attendent. Je touche au but !! Je commence à en avoir plein les pattes, vivement la pause !


Me voilà enfin sur le plateau !!!!



Ambiance à part


On n'entend plus les bruits de la "civilisation".


Le point de vue du Maïdo là-bas, sous son petit nuage.


 Le sentier est totalement plat maintenant, bien moelleux sous les chaussures.



Une photo de moi, tiens ce n'est pas si courant ! Merci Geneviève !


Il est un peu plus de 11 heures, quelques nuages commencent à se former mais nous, on reste sous le chaud soleil des tropiques.


Mais je n'ai pas encore tout vu...


Passée la ligne d'arbres, voilà enfin la petite mare !


Usnée barbue sur fond de 3 Salazes


Cet endroit est très prisé pour les bivouacs, on s'en serait douté.


Quelques paisibles vaches et veaux de l'autre côté



Plein de petits poissons noirs et quelques rouges au milieu



J'ai faim mais je ne peux m'empêcher de faire toutes ces photos !



Finalement je me pose et attaque mon pique-nique dans ce cadre enchanteur. Presque tous les autres entament la descente, ils ont laissé leur repas au gîte. Mais moi j'ai trop faim et surtout cela fait 3 h 30 que je marche, j'ai besoin de forces :o)


On se dit qu'on n'aura peut-être pas si chaud que cela à la remontée finalement...




Un peu avant midi, on se met en route. Les nuages grossissent vite sur les sommets.




Dernier point de vue avant de s'enfoncer dans la végétation et retrouver les grosses caillasses de la ravine.



Puis on remonte à Marla


La photographe photographiée !


On retrouve le reste du groupe en plein repas.

 
Vers 13h30 on se remet en route. Au fur et à mesure de la montée on rejoint la brume. Et le froid dès que l'on franchit le col...


Et même la pluie fine en redescendant !!


Nous serons aux voitures un peu après 16 heures. Une très belle journée !! Et une rando de plus à mon tableau de chasse !!! Merci Gene pour la sortie !

1 commentaire:

  1. Super, bravissimo! Et tu as vraiment de la chance avec la météo!

    RépondreSupprimer