lundi 29 juin 2015

Mafate à pattes...

...mafatigué... c'est bien connu, 20 km à pied, ça use les souliers mais dans Mafate, la fatigue est vite oubliée !
Je retrouve 4 acolytes ovésiens, des courageux et motivés, qui ont préféré me faire confiance, plutôt qu'à Météo France :o)
C'est vrai qu'avec de la pluie dans le sud et de la pluie dans le nord-est, les débordements nuageux annoncés, les averses et la farine sur le trajet, il fallait une bonne dose d'optimisme pour faire les 2 heures de route nous menant au Col des Bœufs... Une fois sur place, on continue à y croire. La descente vers la Plaine des Tamarins est, disons, brumeuse...


Il fait frais, mais moins froid que l'an dernier, où du givre tapissait le sol. On avance avec précaution sur les rondins usés et humides.


Petit replat à l'arrivée dans la magique plaine des tamarins.


Sans soleil, cela a aussi son charme !


On tourne de suite à droite, direction Marla. Quelques vaches et veaux profitent de la bonne herbe verte.




C'est le moment de la rude descente. On arrive sous la masse nuageuse et l'horizon se dégage enfin !


Des cascades un peu partout, alimentées par les nombreuses pluies de l'été passé.



Les cases de Marla au loin.


Quelques cours d'eau à franchir.


Plus le temps passe, et plus la luminosité grandit. C'est bon signe !


Sur cette partie de sentier, on croise beaucoup de randonneurs pressés de remonter au parking, sûrement inquiétés par les prévisions météo...


Vers l'ouest, ça se dégage, cool, c'est justement là que l'on va !





Seule dans son champ et au pied de son rempart, la petite église de Marla et sa cloche juste à côté.


Nous sommes dans l'ilet le plus élevé du cirque : 1 645 m, et le plus au sud.



C'est l'heure de la première pause, halte au snack, déjà ouvert et déjà en train de diffuser une petite compil' des années 80, digne d'un soir de réveillon !!


Ça a le mérite de donner la pêche pour la suite !


Coup d’œil à l'intérieur... la Réunion lé la !


On reprend notre circuit. Il y a encore pas mal à faire alors, ne traînons pas...


On descend maintenant directement dans le fond de la rivière, par une partie abrupte, caillouteuse, pleine d'éboulis. Le ciel voilé nous évite un gros coup de chaud, ouf !





 Nous voilà au gué. Ça glisse sur les rochers, il y a un peu plus d'eau que les autres fois.



Coup d’œil en arrière sur le chemin parcouru... Les nuages restent bien accrochés aux sommets.


On monte...


et forcément, après, on redescend !




Le soleil se fait plus franc. On lit dans les falaises comme dans un livre de géologie ouvert, l'histoire de l'île.



Derniers mètres de plat, avant notre site de pique-nique. Au-dessus de nous, les remparts du Maïdo presque sans nuages. Les gens au point de vue peuvent enfin profiter du paysage !


Après les trois grosses roches,


on s'approche du gouffre de 60 m.



Quelques visiteurs inattendus, qui ont bien compris ce qu'ils avaient à gagner à s'approcher des touristes en goguette...


Le petit dernier, trop mignon ; je pense que beaucoup de monde a dû rêver de l'emporter, celui-là !


Un bon soleil juste pour le pique-nique, ça réchauffe, ça fait sécher les T-shirts...


Je fais un tour sur la grande dalle de lave.




Comme des vaguelettes figées, ou des dunes de sable...


Les nuages reviennent. Ça tombe bien, car on doit entamer la dure et longue remontée et autant ne pas avoir trop chaud !


Et c'est parti pour... +800 m de dénivelé à gravir... allez courage !


Au bout de 45 minutes, du vrai plat, avec la Plaine aux Sables.


C'est bien gris par là-bas...


Ensuite, atteindre La Nouvelle...



On remet une épaisseur d'habit, on prend une dernière fois de l'énergie, on se motive et on attaque la dernière partie...


Deux heures plus tard, nous avons franchi le Col des Bœufs et son vent glacial, nous redescendons du côté de Salazie, qui commence enfin à se dévoiler.


On prend enfin la mesure du relief qui nous entoure.


Cela fait 9 heures que nous avons quitté la voiture... on commence à en avoir plein les pattes, il fait froid, alors quelle joie de voir au loin le soleil qui éclaire le parking !



Mission accomplie. 3 700 kcal brûlées pendant ces 20 km montagneux. Super ambiance que seul un petit groupe peut offrir !
Un bon thé brûlant que tout le monde apprécie à sa juste valeur... Puis vient le moment de se dire au-revoir. Abdel, bon déménagement en métropole et bon courage avec la vie parisienne... Yvon, bonne fin de vacances. Nous, on continuera à randonner à la Réunion pour vous !!



2 commentaires:

  1. Bravo pour tout ce chemin en 1 jour! Heureusement que tu travailles assise dans la semaine ;)

    RépondreSupprimer
  2. oui c'est exactement ce que je me disais hier, quand ça chauffait dans les jambes sur la fin... :o))

    RépondreSupprimer