lundi 4 mai 2015

C'est un jardin extraordinaire

Pour terminer ce weekend de 3 jours en beauté, je me rends au jardin botanique national de Kirstenbosch, l'un des plus renommés au monde.
En chiffres, cela donne : fondé en 1913 mais terrain occupé et exploité depuis plusieurs siècles et racheté au 19e par Cecil Rhodes, grand impérialiste britannique (à l'origine de la Rhodésie) ; 528 ha répartis en zone aménagée, zone des bâtiments (accueil, restaurant, souvenirs...) et zone de forêt et végétation naturelle ; 8 500 espèces de plantes, priorité à la flore exceptionnelle du Cap (4 % de la flore de tout le pays mais regroupant à elle seule 42 % de ces espèces) ; 820 000 visiteurs par an ; classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.


Bien sûr, l'automne peut sembler une saison peu appropriée pour visiter un jardin, mais détrompez-vous. Le jardin recèle de nombreux autres trésors. On commence par remonter l'allée des camphriers où trônent de nombreux arbres centenaires plantés par Rhodes.



Les troncs sont monstrueusement gros !


Et tortueux !


Le jardin est situé sur les flancs de la montagne de la Table, dans la partie la plus aisée de la ville (Newlands). Les paysages valent leur pesant de rands...




D'immenses zones herbeuses s'offrent aux familles pour les pique-niques et chaque dimanche soir en été, les concerts attirent les foules (citons entre autres Johnny Clegg, oui, le Zoulou Blanc, Brian Adams, Michael Bublé et Cliff Richards). Vue sur la scène :


Je tombe sur ces fruits étranges et pas de bol, c'est sûrement le seul arbre à ne pas avoir son nom sur un panneau ! Le mystère reste entier.



Dans la "forêt enchantée", un hallucinant entrelacs de troncs attire mon attention.


L'histoire de la haie d'amandiers sauvages :


Un peu plus loin, la nouvelle attraction du jardin, créée pour son centième anniversaire : un cheminement de 130 m dans la canopée qui nous monte à 11,5 m du sol.







Mon ombre sur la canopée...


Vue imprenable sur les contreforts embrumés



Je continue ma promenade. Ci-dessous un florilège de... fleurs !
 
 


















 

On imagine ce que ça doit donner en pleine saison. Il y a aussi les fameuses cycadées (rescapées du miocène) :




En mars dernier, dans le limpopo, je m'étais justement demandé ce que c'était, avec ce faux "ananas" au milieu :


je le sais maintenant !!
S'en suivent diverses parties à thème : les rocailles, les géraniums, les plantes en voie d'extinction ou en danger, les plantes médicinales, les plantes pour se désaltérer, les plantes pour se nourrir...




Je ne trouve pas devant moi le fameux rooibos, appelé à tort "thé rouge" vu qu'il est totalement dépourvu de théine. Il pousse exclusivement dans les monts Cederberg en Afrique du Sud et peut être bu en boisson chaude, froide, entrer dans la préparation de mets et même être utilisé en compresses ou bains pour traiter les affections de la peau. Tout n'est pas perdu, il y en a à la boutique de souvenirs. Et ça, ça ne pèse pas dans une valise !


Mais à qui peut donc bien appartenir ce gros tronc ?


Qui l'eut cru ? Un aloès ! Le plus grand de tous, pouvant atteindre 15 m de haut et natif d'ici. On en apprend, de ces choses....


Et ça, qui saura me dire ce que c'est ??? Vous donnez votre langue au chat ?


Le fruit du gardénia sauvage, qui doit passer par le tube digestif d'un herbivore pour pouvoir être disséminé, sinon il est condamné à rester sur l'arbre... La Nature nous étonnera toujours.


J'ai passé deux bonnes heures dans ce beau jardin et le monde commence à arriver, il est temps pour moi de reprendre mon bus !! Je mets presque 40 minutes pour redescendre sur la côte. Ici, la plage de Llandudno et sa petite "Lion Head", qui ressemble au Lion Head du Cap.



Le temps parfait pour aller déjeuner à la plage...


Comme demain commence une semaine complète de cours, avant le retour sur l'île intense, je me dis que je ne dois pas me laisser abattre. Je commence par un délicieux cocktail Mai Tai : rhum blanc, rhum ambré, triple sec, jus d'ananas, grenadine et une cerise confite qui donne un goût excellent.



Qui dit front de mer, dit fruits de mer ! J'attaque par des moules de la côte ouest et leur velouté au vin blanc... une tuerie...


Et je finis par des linguine de la mer : poisson, crevettes, moules, supions et calamars.


Je suis repue ! Et tout cela pour même pas 15 euros, ça laisse rêveur. J'attends mon bus le long de la plage de Camps Bay ; un joli panneau sur les requins, et si on mettait les mêmes chez nous ?


En traversant les villes de bord de mer aux riches propriétés les pieds dans l'eau ou presque, on passe devant les ascenseurs privés que les gens se font aménager pour rentrer chez eux sans effort...


Il me reste une paire d'heures à tuer, je fais halte au Waterfront. Il y a tout plein de magasins et de stands pour se nourrir. Je cherche du chocolat sud-africain sans succès, je ne trouve que du chocolat belge ! Ailleurs, un gars prépare des crêpes et des gaufres. Mais je n'ai pas vraiment faim et comme on dîne vers 17h30, cela ne serait pas raisonnable !


Il ne me reste plus qu'à remonter à mon hébergement pour digérer, et être prête pour une dure semaine de labeur !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire