lundi 23 février 2015

Entre les deux, mon corps balance...

« Cette courte mais difficile randonnée permet de relier la route de l'Ilet à Cordes à l'Arête des Salazes, endroit très escarpé et dangereux qui domine de plusieurs centaines de mètres, d'un côté Cap Bouteille (Cilaos) et de l'autre le Plateau de Kerval (Mafate). Cette arête est surmontée de trois rochers hauts et pointus qui se distinguent de très loin dans les cirques et servent de repère. »
 www.randopitons.re

Je ne l'aurais pas mieux résumé...
En ce samedi 21 mars, la météo nous laisse un peu de répit. La veille il est tombé plus de 100 mm en une paire d'heures, on n'y croyait plus mais ce matin, quel beau ciel ! Depuis la mairie de Cilaos on voit bien la fameuse arête qui se détache sur fond bleu.


Zoom sur ces 3 Salazes (on s'arrêtera un peu avant).


Le Gros Morne et le Piton des Neiges.


Il faut d'abord se rendre au point de départ en empruntant les virages d'Ilet à Cordes. Ne pas avoir l'estomac sensible...


Preuve des bonnes pluies passées, une immense cascade.


Le parking semble au milieu de nulle part. Bon, c'est un peu ça en fait !!


On est même dans l'axe pour voir jusqu'à St Louis et le rivage !


Quelques dizaines de mètres sur le bitume,


Et la montée commence. La première partie est commune au sentier qui va à Mafate par le col du Taïbit.


Nouvelle vue de la cascade de tout à l'heure.


"Tête de Lion" (mais sans canines !).


Bonne nouvelle, l'asso "Les 3 Salazes" a repris du service et comme c'est samedi, c'est ouvert.


Petite parenthèse écolo-bio


Toutes les infos :

 

Pour prendre le temps de prendre son temps, découvrir (redécouvrir) des plantes oubliées... déguster une tisane...


faire une pause technique,



nous avalons notre tisane "ascenseur", composée de fleurs jaunes (millepertuis endémique de la Réunion), citronnelle et géranium Rosat, sensée nous donner un coup de fouet ; on va bien voir !!


Petit tour dans leur jardin


On devine à peine la tente ; ce campeur n'a pas dû être trop dérangé par ses voisins...


Au réveil, il a la vue sur le sommet de la Réunion, mais dommage, les nuages sont bien en train d'envahir le ciel...



Après cette longue pause revigorante, il faut tester pour voir si la tisane tient bien ses promesses ! On continue à monter.


À ce niveau, on prend sur la droite.


De nombreux eucalyptus, avec le tronc spongieux.


Certains prennent même des formes bizarres, en chandelier.


Nous atteignons une partie légèrement humide mais qui n'en est pas moins glissante. Nous progressons donc prudemment.


L'équipe de choc de SLP !!


Un peu plus loin, des prunes jonchent le sol, elles n'ont pas résisté aux dernières pluies, quel dommage !! Tant pis, c'est pas cette année qu'on gagnera Top Chef avec notre tarte !!


Le sentier "normal" tourne à droite, donc nous on va aller où ?? À gauche bien sûr !! Mais nous avons pris soin d'avoir avec nous un expert en sentiers marrons...


Un joli mur végétalisé et ses mini-ruissellements.


Ici, un faham en fleur.


Cet étrange tire-bouchon, c'est une fougère qui se déploie.


Nous voilà partis pour 30 bonnes minutes pendant lesquelles nous allons utiliser autant nos bras que nos jambes... mais la vue en vaut la peine ! 


À partir de là, on se dit qu'on prendrait bien une seconde tisane ascenseur !

 

Les bâtons de rando ne servent plus à rien.


Ça grimpe, mais on se marre bien quand même !



Une dernière trouée dans les nuages pour voir l'océan, et reprendre son souffle, et on repart.


Bon alors là, on passe à gauche ou à droite de l'arbre ?? Bah, ça ne change pas grand'chose au final...


Cette partie un peu dégagée nous permet de voir le reste de la falaise au-dessus de nous, il reste encore un bout alors ne faiblissons pas !


Voilà que des arbres se mettent en travers de notre chemin maintenant !



Ho, hisse ! Victoire nous y voilà...


Nous avons atteint le Col Choupette (ça ne s'invente pas), à 1 990 m d'altitude et nous découvrons le plateau Kelval, 300 m en contrebas.


Les nuages ont bien envahi la place...



Comme il monte de Mafate un vent glacial, on continue un peu sur l'arête pour atteindre un endroit plus à l'abri. Ne pas avoir le vertige hein...


La petite mare du plateau Kelval ; je ne vois pas les vaches habituelles qui y paissent.


Les nuages font ressortir le côté bien conique de l'arête.


Il faut continuer à faire des enjambées de géants.


Puis soudain on se croirait sur l'alignement de Carnac...


Voilà sur quoi on marche, ça bouge et c'est tranchant...


Une éclaircie nous permet de distinguer les cases de Marla


Une autre dévoile une partie des contreforts du Gros Morne, dans notre dos.


Le plafond reste désespérément bas...


Nous déjeunons là, en profitant du silence (les nuages empêchent la circulation des hélicos). Ça ne sert à rien de continuer sur l'arête alors nous entamons la descente, toute aussi folklo que la montée, voire plus ! Petit concours de glissades et de chutes... mais nous nous en tirons sans bobo !
 

Plus bas, il fait encore plus brumeux qu'en haut.


Ce n'est qu'à hauteur de l'asso les Salazes que l'on recommence à voir un peu au loin. On a eu beaucoup de chance de ne pas avoir de pluie sur ce type de rando !


Le reste du parcours se fait sans encombres, motivés que nous sommes à l'idée de boire le thé et le café qui nous attendent dans la voiture...


pour ma part, j'ai bien quelques courbatures aux bras (c'est ça, de se pendre aux arbres) et un bleu sur la fesse gauche, mais je suis ravie d'avoir refait cette rando hors normes, même si je sais qu'on aurait pu voir ça (mes photos de 2010) :





Raison de plus pour y retourner, jamais 2 sans 3 !

1 commentaire:

  1. Fallait oser y aller, samedi, après les pluies qu'on a eues! La prochaine fois, je viendrai!

    RépondreSupprimer