lundi 8 décembre 2014

Au royaume des lentilles, le soleil est roi

En ce dimanche 7 décembre, je retrouve 6 copines de SLP pour la dernière rando de l'année avec l'asso. L'été est bien là, même à Cilaos (1200 m d'altitude), il fait déjà chaud. Après 1h30 de bus... (faut ce qu'il faut !), nous nous tartinons de crème indice maximal et hop ! nous entamons la descente vers la rivière Bras Rouge.


Ce sentier est aussi celui qui permet de se rendre au site dit "la Chapelle" (pour voir cette rando, cliquer ici).


Nous coupons plusieurs fois la ravine Dijoux, pas mieux lotie que ses consoeurs de Mafate pour ce qui est du débit...


Un ananas sauvage ; drôle de couleur !



Après l'ombre des filaos, quelques passages à flanc de colline.


Il est grand temps que les pluies salvatrices arrivent pour nettoyer tout ça...


Nous entendons l'eau, c'est bon signe !


Des bassins aux couleurs improbables sont parsemés ici et là


Nous devons gravir cette paroi au premier plan, avec sa crête déchiquetée, ça va cogner !




Le premier passage à gué se fait sans encombres, le niveau de l'eau est tellement bas...


Le Piton des Neiges commence à s'habiller de nuages


Des motifs basaltiques témoignent du passé géologique tumultueux du cirque :


Deuxième franchissement de gué, pas plus difficile que le premier.


Une passerelle qui a dû connaître des jours meilleurs avant de subir le passage d'un cyclone...


Nous entamons LA difficulté de la journée, une heure de grimpette en plein cagnard, mais les panoramas valent le détour !

 






La chaleur est écrasante, le sentier est instable, vertigineux, on progresse avec précaution.



On imagine aisément qu'à la première forte pluie, cette partie devient impraticable...


Lumière aveuglante du soleil presque au zénith...


Petit soulagement à l'approche d'une miniforêt, mais les arbres aussi ont soif...


Cette partie ombragée, avec une légère brise, nous offre un agréable moment de répit, même si ça continue à monter !


Nous voyons en face Cilaos que nous avons quitté il y a moins de 3 heures. Heureusement, les nuages restent accrochés aux remparts d'en face.


Et soudain, on change de planète ! Après la sécheresse des rocailles et la végétation rabougrie et cramée par le soleil, nous voilà dans le "jardin potager" d'Ilet à Cordes !



Nous marchons un petit quart d'heure sur la route. Tout est d'un calme olympien... On longe des champs de haricots.


Ici, une concentration de choux !


Il y a aussi des lentilles, du maïs, de la vigne, des salades...Quel contraste avec ce que nous venons de traverser !



 Les classiques nuages de convection


Nous profitons de quelques arrosages automatiques pour tenter de nous rafraîchir...


Il est midi 30, on a faim, une pause s'impose. Le snack fermait à midi, mais en nous voyant, le monsieur a tout rouvert pour nous ; l'esprit commerçant, ça existe encore... À nous les boissons fraîches !


On profite ainsi des tables, chaises et surtout de l'ombre !! Pique-nique 4 étoiles !


Après avoir rempli les gourdes, on reprend la route jusqu'au début du sentier du Reposoir. Espérons qu'il porte bien son nom !!



On traverse les derniers champs ; superbe point de vue sur la sortie du cirque et, tout au bout, St Pierre !


Dernier petit coup d’œil sur cet havre de paix : 


Commence une longue, longue descente pour retrouver à nouveau le fond de la rivière (on aime bien faire les montagnes russes...). Cette partie est sûrement la plus désertique et aride que l'on ait traversée.


 


Cela commence par un sentier en crête.


Toujours les cases de Cilaos au loin.


Quelques lacets bien serrés annoncent une descente abrupte, restons vigilantes !


Je suis bien contente de la faire en descendant, celle-là !


On découvre des points de vue insoupçonnés, et surtout invisibles si on ne délaisse pas la voiture pour explorer un peu...


Si j'avais le don de téléportation, j'irais tout de suite là !!!!


Ce n'est qu'une succession de paysages somptueux.


Soudain, changement d'altitude, changement d'ambiance : on est entouré de chocas verts.


Nous apercevons enfin les filets d'eau du Grand Bras de Cilaos. Nos jambes et nos pieds chauffent, il va falloir s'arrêter...



Nous décidons de nous arrêter un peu plus loin, juste avant la dernière remontée. Nous marchons donc encore une vingtaine de minutes, à admirer le travail de l'érosion.



Quelques fleurs échevelées


Nous y sommes ! L'heure du rafraîchissement a sonné !


Je n'en reviens pas, l'eau n'est même pas froide !! Elle est même étonnamment bonne !


Certaines en profitent à fond... Après toute cette chaleur et cette sécheresse, on apprécie vraiment cette dernière halte.


Mais bon, on a un bus à prendre, et il ne faut pas le louper car le prochain c'est 1h30 d'attente ! On quitte ce joli endroit et on entreprend la dernière petite montée.


Quand enfin à travers les arbres nous apercevons la route avec sa file de voitures à la queue leu leu derrière un bus, on sait qu'on est presque arrivées...


7 heures après le début de la rando, nous ne sommes pas fâchées de poser nos fesses dans des fauteuils confortables et de nous laisser reconduire jusqu'à la gare routière... des paysages plein les yeux !




2 commentaires:

  1. En voilà une bien belle balade à Ciloas! Combien d'heures et de dénivelé au final?
    Et vivement les pluies quand même

    RépondreSupprimer
  2. 7 heures pauses comprises - 14 km
    Dénivelé -1200 et +550 m...

    RépondreSupprimer