lundi 13 octobre 2014

De la mer à la Lune...

Une fois de plus je constate que l'appellation "l'île intense" pour la Réunion n'est pas usurpée.
Il est possible de côtoyer les poissons et les coraux, et juste après de tutoyer les nuages et de marcher dans un univers 100 % minéral, pour se retrouver dans deux mondes tellement différents, et pourtant si proches (moins de 2 heures de route).
C'est comme ça que j'ai utilisé mon premier weekend de vacances. J'avais besoin de refaire une plongée avant le départ jeudi aux Seychelles, histoire de me rappeler comment on fait (la dernière date d'avril !). La température est encore trop fraîche pour moi (26°...) mais un petit effort ! Au moins je me serai rendu compte que mon masque était trop grand et fuyait...

Voilà ce que l'on a pu admirer, même si le soleil manquait au rendez-vous ce matin-là :

des idoles des Maures


un baliste olivâtre


des coraux de formes variées

 




un nudibranche, 


des oursins avec parfois des piquants de 20 cm


deux Bernard l'Hermite bien planqués


Homo Monitor Plongeii


nous passons par une zone un peu désertique où la houle a dessiné de belles vagues sur le sable


une rascasse volante


un poisson-pierre bien camouflé


 une tortue très furtive cette fois-ci


des coraux bien colorés


d'autres formes de coraux



les bulles d'autres plongeurs


plein de poissons papillons


deux poissons coffres


un très gros banc de gros-yeux


  l'espace d'un instant on voit ce que c'est que vivre en poisson


Pat a même l'occasion d'en décrocher un d'un fil de pêche qui traîne, les autres sont curieux et s'approchent au cas où il y aurait quelque chose à becqueter...


Ça, c'était samedi. Il faut attendre 24 heures ensuite pour pouvoir monter en altitude ou faire un effort. Et dimanche, on change du tout au tout car je retrouve SLP pour une rando dans la zone du volcan... Attention, beaucoup de panoramiques car paysages grandioses !!


La marche commence au Piton Textor ; on est au-dessus des nuages, pourvu que ça dure !


La météo annonçait 7° le matin, mais le soleil tape déjà et on n'a pas l'impression qu'il fasse si froid.


On grimpe la pente Zézé et on découvre de plus en plus le panorama sur le Piton des Neiges et la mer de nuages.



Cette stèle rappelle qu'un guide est mort de froid en 1887 en allant chercher des randonneurs perdus... Restons groupés !


Au niveau de l'oratoire Ste Thérèse, vue imprenable sur la savane Cimetière et le cassé de la rivière de l'Est un peu embrumé.


Sur la droite, le Piton de la Fournaise et le Piton Chisny.



À partir d'ici, on redescend dans la Plaine des Sables.


L'oratoire bien propret et fleuri.



En contrebas, le sentier rectiligne dont on empruntera une partie.




Le sentier descend un peu abruptement par ici.



Les nuages remontent de l'Est, ne traînons pas trop non plus !


On part carrément de l'autre côté, direction le cassé de la Rivière Langevin.


Pour cela, on traverse intégralement la Plaine des Sables et son ambiance lunaire (ou martienne, c'est selon).




Les lapilli prennent de belles teintes.


On traverse la piste et on continue.


Le ciel est immaculé.


 Mais trop tard, les nuages ont atteint le bord du cassé et on ne verra rien. Dommage !!


On se dirige alors vers le rempart pour trouver un endroit pour pique-niquer.



 On pourrait se croire sur la croûte d'un gâteau géant au chocolat... :o)





Comme en plein Sahara, un mirage...


Cette fois-ci, l'option choisie était "pique-nique partage"...


Tout le monde se régale et en plus, le soleil fait de nombreuses apparitions.


Le piton Chisny sur fond bleu




Rencontre des nuages de l'Est et de l'Ouest...



Nous remontons par les rampes du Pas des Sables


Parfois on n'y voit plus à 10 mètres...


Mais ce n'est que de courte durée !


On passe au-dessus du sentier emprunté le matin.


Dernier coup d’œil avant de redescendre dans la brume,


où nous attendent des remontants très... chocolatés !


Le randonneur est gourmand et il sait se récompenser de ses efforts !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire