dimanche 7 septembre 2014

Les randos du coeur

Une asso file un rencart à ceux qui aiment marcher,

Se lever aux aurores sans crainte de se les geler,


On n'vous promettra pas qu'vous n'en aurez pas marre,



Allez c'est pour Mafate, à manger et à boire !!


 Mais pas que...

 

Sous la houlette du Paris-St-Germain Réunion, nous voilà donc dès 6h30 au Maïdo... 4°C... Quelques nuages et un bon petit vent à (presque) vous faire regretter votre lit chaud !


Après avoir rempli nos sacs des divers produits destinés aux Mafatais, histoire de leur faire économiser une rotation par hélico à plus de 400 euros, c'est plein d'entrain et transis que nous nous mettons en route. Le soleil est bien timide en ce début de matinée, ça empêchera à nos genoux de trop chauffer dans cette raide descente...



C'est tout juste si on distingue les sommets environnants.Par contre on voit bien le sentier, ce fameux "kilomètre vertical" (pente à 18 % en moyenne...) ne pensons pas à la remontée sinon...


Une grosse masse nuageuse dans l'Est hésite entre rester dans son coin et déborder dans le cirque.


Avec le vent, les nuages bougent vite, on aperçoit soudain le Piton des Neiges.


Beaucoup plus bas, l'ilet des Orangers se réveille aux premiers rayons de soleil.


Des gens bien intentionnés ont fractionné le parcours. Ça peut aider mais ça peut aussi plomber le moral !!


C'est le printemps...


 Petit crochet par le point de vue, on est ébahi devant le spectacle ; on voit jusqu'à Marla, le col du Taïbit, Tête de Chien, le Grand Bénare, etc.


Toujours cette chape de nuages sur l'Est.


Notre destination : Roche Plate


Jusqu'ici, tout va bien !


On distingue bien la Crête des Orangers.


Chance, les nuages se dissipent lentement, il commence à faire bon. La descente se poursuit tranquillement, on n'est pas pressé !


Dans notre dos, au sommet de l'imposant rempart, le Piton Maïdo, juste au niveau du belvédère à 2200 m.


Nous voilà à l'endroit qui rejoint le GR R2-R3 en provenance des Orangers. Le plus éprouvant pour les genoux est fait !


Ici, un nouveau superbe panorama s'offre à nous.
Faut juste ne pas avoir le vertige.


Le reste n'est qu'une formalité : descente tranquille, ombragée sous les filaos.


 Puis on arrive dans une partie beaucoup plus sèche.


Nous voyons les premières cases.



Nous avons déposé nos sacs devant l'école de l'ilet. On regroupe les produits par nom.


Certaines familles sont venues récupérer leurs courses.


Il n'y a pas eu de casse, même les œufs ! D'ailleurs c'est bizarre, les poules de Mafate ne pondent pas ? Ou alors elles finissent trop vite en cari ?




 La "distribution" se poursuit.


Les copines, faites pas cette tête, vous allez l'avoir votre barquette de cari !!


Quelques adhérents de l'asso qui a organisé cette journée de sport-solidaire.


Trop mignonne. Le métissage Réunionnais dans une petite Mafataise.


Elle m'a vue, c'est encore mieux avec un sourire !


Il reste les denrées de certains gîtes, on regroupe tout, il faut maintenant les leur amener.


Allez, plus que 10 minutes de marche !


On se rend dans un gîte qui bénéficie d'une vue incroyable.


C'est là qu'on va récupérer nos barquettes pour midi.



Pas de voyage à vide ! Chacun porte des barquettes. C'est qu'on est 65 !


Une autre vue de l'ilet au pied de son impressionnant rempart.


Nous retrouvons tout le monde pour déjeuner. On a faim, on se jette sur nos barquettes !! Laissez-en pour les autres quand même !


Mais avant tout, une bonne bière... ou deux pour certaines !! (Comme quoi, on peut faire dire ce qu'on veut à une photo !!)


Aaaah ça fait du bien...


Petit jeu : cherchez l'intrus(e) :o))


Le groupe d'OVS, dans toute sa splendeur... à fond la forme !


Pour retarder le plus possible le moment de la remontée Pour profiter encore un peu plus de l'ambiance, on va dans un gîte pour boire un café ou un thé. Tranquillité garantie. Le soleil tape fort.
Plus un seul petit nuage sur nos têtes !


Il y a même une boutique pour les besoins vitaux (bon je vous l'accorde, le rhum n'est pas sur la liste des besoins vitaux, mais il a son utilité quand même) :


Puis c'est le moment tant redouté du départ ; quand faut y aller, faut y aller. Derniers instants à l'ombre...



Puis à partir de la Brêche, on constate l'ampleur de la tâche : soleil de plomb et dénivelé de malade !! Et sur la digestion en plus.
Certains inconscients ont encore le sourire aux lèvres...


À partir de là, c'est chacun pour soi...  On débranche le cerveau, un pied devant l'autre... On lève le nez de temps en temps, pour voir où on en est. Quoi, c'est tout ???


Ah ben oui, il y a encore tout ça. Pouf pouf...


Ah là c'est mieux déjà. En plus c'est super dégagé.


Zut il reste encore 33 % !


On sent bien la fraîcheur plus on se rapproche des 2000 m d'altitude.


Et voilà, c'est fini. Un dernier panoramique en récompense...



Ça valait vraiment le coup ! Même si j'ai les mollets et les trapèzes raides ce matin...

3 commentaires:

  1. Et une super choucroute pour se remettre d'aplomb ;)

    RépondreSupprimer
  2. c'est ça qui m'a fait avancer sur la fin !! ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Super initiative, bravo! et merci pour les panoramiques, c'est magnifique!!!

    RépondreSupprimer