dimanche 31 août 2014

Ça fait du bien au cœur et au corps

Dans tous les sens du terme : on a fait une bonne action et on a fait du sport !
Samedi j'avais donc organisé ma sortie "marchons utile". Je n'ai pas déplacé les foules (en tout cas, pas autant que si ça s'était appelé "sortie pour manger et boire plus que votre estomac ne peut accepter") mais l'important c'est la qualité, pas la quantité !
Nous étions donc 7.
Au bout d'une demi-heure, tous nos sacs étaient déjà pleins.


On les videra plusieurs fois, heureusement que la municipalité a rajouté des poubelles un peu partout. Les parties près des plages fréquentées étaient correctes, mais on ne peut pas en dire autant des coins plus "sauvages" et des zones de pêche à la gaulette ! Band'cochons...

En tout cas, on a marché 2h30 avec le sentiment du devoir accompli ! Même si c'est une poussière dans l'univers...

Et ce matin, rien de prévu, il fait bon, je décide alors de refaire un peu de marche en montée (en prévision de la sortie de samedi prochain). Direction donc notre chemin de prédilection pour les goyaviers.
Il est 8 h, le soleil brille déjà pas mal mais il y a un petit vent bien frais, j'active le pas pour me réchauffer. Pat, lui, est sorti en bateau pour faire la sécu surface pendant que des amis plongent. Il espère se mettre à l'eau près des baleines. On verra...


Ben ça alors, un rescapé ! En fait, j'en trouve un peu sur  quelques dizaines de mètres du sous-bois, les pluies de mardi dernier ont fait tomber ces fruits tenaces !


Les pluies ont aussi redonné un coup de fouet à la nature. Ici des bosquets entiers de "zerbe tension" ou jouvence, utilisée contre l'hypertension (entre autres). Ça bourdonne de toutes parts, les abeilles ont du taf.


Oh mais ça alors, que vois-je ??!! Ben oui, ils n'avaient pas disparu après le cyclone, ils étaient simplement beaucoup plus haut que ce que je pensais... Je reviendrai vers novembre-décembre... Cette fois j'ai bien repéré l'endroit.


Des fleurs vraiment bizarres


J'ai bien monté, je sors de la forêt et la ville du Port s'étale sous mes yeux. C'est la partie la plus occidentale de l'île, là où il fait le plus chaud aussi.


De l'autre côté, le vent joue son rôle de "mistral", frais mais associé à un beau ciel bleu.


Je commence à voir les sommets environnants. Je suis arrivée à plus de 1 200 mètres ! Je me régale du calme ambiant, juste quelques bruits d'insectes et de tek-teks.


En face de moi, le village de Dos d'Âne, un des potagers de l'île.


Un zoom permet de distinguer le toit triangulaire du kiosque du point de vue du Cap Noir, juste sur l'arête.


D'autres jolies fleurs sauvages


Je continue à monter encore un peu pour arriver au niveau des champs de géranium rosat. Si je continue encore par là, j'arriverai à l'ilet Alcide, mais je dois faire demi-tour.


J'ai enfin une vue plongeante dans l'entrée de Mafate.


De gauche à droite, la ville du Port (0 m d'altitude), Dos d'Âne (1 000 m) et la Roche écrite tout à droite (2 276 m), un peu dans les nuages.


Je me rince les yeux encore un peu puis entame ma redescente avant que le soleil tape trop fort.
Pat lui aura eu l'occasion de se mettre à l'eau avec deux baleines mais pas de photos car elles ont été trop rapides ! La prochaine fois peut-être...

1 commentaire:

  1. Tu aurais pu me faire signe, je serais bien allée marcher avec toi!

    RépondreSupprimer