lundi 21 juillet 2014

Ya d'la joie...!

Rando sur deux jours avec OVS ce weekend. Objectif : faire en une journée ce qu'on pourrait faire en 3 heures... Ce programme me tente bien !!
Tout le monde se retrouve devant l'église de la Rivière des Galets.


Les 4x4 arrivent, on embarque.


C'est parti pour une dizaine de kilomètres sous un soleil qui tape déjà bien.


La piste n'a été que récemment réparée des dégâts de Bejisa.


On passe à l'ombre, là c'est beaucoup plus frais...


30 minutes après, on est tous à la queue leu leu... Quelle circulation sur ce sentier !


Je traîne un peu pour laisser les autres s'éloigner et regarder autour de moi. Une superbe falaise nous surplombe.


Des éboulis ici et là.


On commence la série de petits passages à gué, trop facile ! Et même pas besoin de sortir les chaussures pour l'eau !


Nous atteignons le barrage, son raidillon et son tunnel.


De l'autre côté, le fameux bassin où certains vont se tremper...


ou faire des démonstrations de sauts



Il est 11 heures et on sort l'apéro...Quelle bonne idée !


Martine n'est pas la dernière à trinquer !


Quelques chips et cacahuètes plus tard, on reprend nos sacs à peine allégés et c'est reparti.


On va commencer la grimpette et l'ombre se fait rare. Tout le monde cherche un peu d'ombre dans cette végétation rabougrie...


Devant nous se dresse la "dent" du Piton Calumet. C'est à ses pieds que l'on va...


Nous voilà à la passerelle.


L'eau est transparente, ça donnerait presque envie d'y plonger si elle n'était pas si froide.


Nous voilà sur la seule difficulté de la journée, la montée en plein cagnard...


Au détour d'un virage j'aperçois une discrète cascade. On pourrait y tourner une pub pour Tahiti douche...


Les sacs se font de plus en plus lourd... est-ce à cause de leur poids ou à cause du punch ?


Allez courage !


 Nous approchons de jardins, bon signe, ça veut dire que l'ilet Cayenne n'est plus très loin !



Ces rochers au milieu d'une ravine ne tiennent qu'à un fil... ne traînons pas là !


Voilà enfin les premières cases.



Cayenne, l'ilet le plus bas du cirque, son église, ses bananiers...


et son troquet !


Avec cuisine de plein air s'il vous plaît, et une vue...


sans aucun vis-à-vis !


Pas d'alcool cette fois-ci, mais seulement un sage café...


Deux panoramiques depuis ce point de vue ; mais le soleil trop fort n'est pas copain avec mon objectif...







Il ne nous reste plus qu'à poursuivre jusqu'à Grand-Place les Hauts. Et qui dit "les hauts" dit "escaliers"...


On est au moins récompensé par le paysage.


Un ti bon dieu sur le sentier ; étrange assimilation de la Vierge et du whisky...


L'école de Grand-Place, sous la supervision du Piton Calumet.


Cerisiers roses et pommiers blancs... à moins que ce ne soit l'inverse ?


C'est de l'Art, ça ne s'explique pas :


Après les dernières marches nous atteignons enfin notre gîte "le Pavillon", au milieu de nulle part...


Il y a pire comme endroit...




Une fois la douche prise, on se délasse et on joue aux cartes...


ou on joue aux cartes...


En contrebas, le potager absolument nécessaire vu qu'ici, tout n'arrive qu'en hélico ou à dos d'homme.


Mais le temps fraîchit alors, comment peut-on se réchauffer ? Il y a plusieurs solutions, voici celle que nous avons choisie (avec un air de déjà-vu) :



L'alcool fait son petit effet :o)) ; ah non, on me dit que c'est comme ça même sans alcool !


Les dernières lueurs du soleil


Passage à table


Tiens, du rhum arrangé. On était en manque justement ! 


Après la salade de chou, le carri canard et le gâteau banane, certains vont se coucher et d'autres jouent aux cartes jusqu'à tard le soir...
Le lendemain, réveil vers 7 heures, beau temps, belle vue, et les bouteilles sont au frais en plus.


Le groupe va se séparer : il y a ceux qui retournent se coucher (pffff ces ados ça ne tient pas la route), il y a ceux qui vont jouer aux cartes, et il y a ceux qui ont toujours envie d'aller voir derrière la montagne ce qui se passe. J'en suis !
On part donc avant les autres ; on retrouvera le gros de la troupe vers midi, au bassin où on avait déjeuné la veille.


Nous devons passer au pied du Piton Calumet et descendre un quasi "kilomètre vertical", passer au site de la Roche Ancrée, traverser la rivière plusieurs fois, remonter sur Cayenne puis reprendre le chemin de la passerelle. Allez c'est parti !


Nous prenons vite de la hauteur et voyons notre gîte à gauche ; les nuages ont fait leur apparition, ça nous arrange dans la montée.


Nous sommes sur la crête et devant nous s'offre le rempart du Maïdo jusqu'au Grand Bénare, déjà dans les nuages.


Quelle vue !




Nous sommes prudentes dans la descente, ça dérape ces petits cailloux...


Les genoux sont bien sollicités, mais on se régale du panorama et son à-pic.


On se sent minuscule.


Une jolie cascade en contre-bas.


La végétation change, signe qu'on a bien descendu (je ne parle pas de boisson ;o)). Notre regard est attiré par ces plantes étranges :

 

En y regardant de plus près, on constate que ce sont des roses de bois. Séchées, elles servent de décoration à Noël.


Sur la paroi en face, quelques chèvres au pied agile.


Quelques derniers petits passages où il ne faut pas relâcher son attention...


Et nous voilà en bas, près de la rivière. Parmi tous ces rochers se trouve la fameuse "roche ancrée", à vous de trouver où...


Il n'y a plus qu'à suivre la flèche.


Vision insolite... s'est-il échappé du gîte pour ne pas finir dans notre assiette hier ?


On est obligé de se mouiller les pieds ; c'est vivifiant mais ça fait du bien !


Petite pause grignotage et séchage de pieds. Quelle plénitude...


Une roche en équilibre ; c'est peut-être elle la roche ancrée ?


Nous repassons au pied du Piton Calumet cette fois, mais beaucoup plus bas.


Après avoir remonté un bout, il ne nous reste plus qu'à suivre la ligne de niveau jusqu'à Cayenne.


L'arrivée dans l'ilet est très agréable, après ces paysages arides que nous venons de traverser.


Cette fois les escaliers, c'est en descendant.


Nous retrouvons tout le monde près du bassin ; les enragés du tarot sont déjà à l’œuvre... Ya pas d'heure pour y jouer !


Nous terminons tranquillement la dernière heure de marche jusqu'au parking des 4x4...

Ci-dessous, les deux blogueuses en goguette...


Merci à Mado et Camille pour l'organisation ; tous les ingrédients étaient réunis pour faire travailler nos zygomatiques encore plus que nos jambes...

1 commentaire:

  1. Parfait descriptif du week-end! Aujourd'hui, réveil à 12h pour les ados, c'est bizarre, non? moi, c'était nettement plus tôt... de 2h30!

    RépondreSupprimer