vendredi 31 janvier 2014

Bonne Année ! (bis repetita)

Ce matin, dès 6 h, des pétards se font entendre un peu partout... Ben oui, braves gens, c'est le nouvel an Chinois !! Nous entrons dans l'année du Cheval :

2014 est l'année du cheval, la calligraphie chinoise. mot «cheval» Banque d'images - 22011525
                 


Comme le décrit un site local (linfo.re) :

Ce vendredi, les plats traditionnels seront disposés sur les tables ayant un plateau de forme ronde, symbole de la famille. Chacun des neuf compartiments accueillera des fruits et des graines correspondant à des voeux pour la nouvelle année.

La fête du Nouvel An chinois est fortement marquée par la notion de partage. L’aspect religieux est également très fort et les Ancêtres seront donc honorés tout au long de la journée. Les pétards font également partie de la tradition car ils sont destinés à écarter les mauvais esprits.
  

Je confirme qu'il n'y a pas de mauvais esprits dans les parages, vu le tintamarre ce matin.

D'après un grand maître du Feng Shui, cette année sera une année à gros risques : "Il y aura profusion de scandales, conflits, explosions et violentes disputes".

Ce n'est pas déjà ce qu'on a ??

lundi 27 janvier 2014

Il fait trop chaud pour travailler...

Pat plongeait du bateau, alors comme je n'avais pas envie de nourrir les poissons (pour cause de mal de mer !) et que ma rando a été annulée, je suis allée faire 1h30 de vélo puis 45 minutes de nage à la piscine du front de mer.

En longeant la plage de galets au Port, j'ai constaté les dégâts causés par la houle du dernier cyclone : l'aire engazonnée a été "avalée"...


Après le vélo et la piscine, je suis vite rentrée me calfeutrer. Dans l'après-midi, tentative de sortie dans le jardin...

Pas trop le choix comme activités d'ailleurs :
- Beaucoup de sentiers sont encore fermés, ou bien boueux vu ce qui tombe tous les jours dans les hauts, et dans les bas aussi !
- Nous sommes dans une atmosphère instable et presque tous les jours, ce sont pluies et orages (30 vaches ont même été foudroyées dans un champ !). Donc les sorties en plein air sont à éviter, et plonger quand il fait gris, ça ne me dit rien, car les fonds prennent une couleur uniforme et terne.
- Il fait vraiment chaud : mon thermomètre a atteint 45° hier après-midi en plein soleil... J'ai donc attendu qu'il y ait quelques nuages pour m'activer (lentement) dans le jardin.

Au programme :
rempotage du café-fleur, qui ne s'est jamais porté aussi bien, et repiquage d'un plant de citronnelle acheté au marché :


Il faut d'abord arracher les herbes envahissantes : un petit tas, mais beaucoup de transpiration !

 

La place est prête, juste sous la fenêtre de la chambre (c'est censé éloigner les moustiques) :
 
 

Et la voilà en place ; espérons qu'elle va croître et multiplier ! Et qu'elle ne se laissera pas phagocyter par les fougères, qui sont aussi très vigoureuses cette année.


Ensuite, arrachage des petits plants de bauhinia (arbre-orchidée, magnifique) qui ont germé ; je n'en avais jamais eu autant, mais les derniers étés étaient plus secs. J'en ai mis 5 dans des petits pots, on verra si ça grandit correctement...
En saison, ça donne ça : pas mal, non ?


 
(photo Internet)
 
En passant près du papayer qui fait un bon mètre maintenant, je repère des fleurs naissantes ! Le papayer donne des fruits dès la première année ; il faut juste avoir les fleurs femelles, et bien sûr des fleurs mâles dans les parages... L'avenir nous le dira.




Et pour finir : rempotage de deux boutures de ma liane hyperprolifique Tristellateia, maintenant qu'elles ont fait des racines après 15 jours dans l'eau :


Le but est d'obtenir ça : très couvrant, voire envahissant ! En plus, ça fleurit toute l'année...


Bon ben, ça suffit pour aujourd'hui ! Il est où, mon hamac ?

samedi 25 janvier 2014

Le Kruger avant l'heure


Le ciel est un peu voilé, empêchant le soleil de nous cuire.
Les herbes ont grandi et verdi.

 

Quelques épineux ici et là, offrent une maigre ombre. Tous les animaux se sont tus... L'humidité est à son paroxysme. Nous dégoulinons de sueur. Notre progression est difficile...


Par endroits, les graminées s'en donnent à cœur joie... Difficile de distinguer ce qui se cache parmi elles ! Attention, du bruit !! Est-ce l'un des Big Five tapi dans les herbes, prêt à bondir sur sa proie ??.

 

Ah ben zut alors, ce ne sont que des marcheurs dans la savane du Cap la Houssaye !


Une heure trente dans cet écosystème unique, de la boue plein les jambes, avec superbe vue sur la baie de St Paul.

On a bien mérité notre apéro et un plat maltais appelé "pâtes au four", fait par Martine.



J'ai beau avoir perdu 692 kcal pendant la marche rapide, je vais refaire le plein car dans les pâtes il y a de la chair à saucisse, des œufs, du fromage, et sur les pâtes, un gros poulet grillé ! Merci Martine de nous avoir évité l'hypoglycémie ! En tout cas, c'était bien bon !

samedi 18 janvier 2014

C'est pas d'bol

Le 28 décembre dernier (voir archives), sur le sentier de Sans-Souci, avec ma copine Martine nous avions trouvé des fruits de la passion par dizaines, mais ils n'étaient pas mûrs.
Aujourd'hui, je me rends sur le sentier, pour voir où ça en est.
Encore des traces de Béjisa :
un bout de rocher,


des racines de plus en plus à l'air libre,


toujours de l'eau dans la ravine...

 

Il fait une chaleur à crever, le taux d'humidité est au max et il n'y a pas beaucoup de nuages. Je reprends mon souffle, je bois de l'eau, en admirant cette vue de La Plaine, et la Rivière des Galets.


Je n'en finis plus de monter. Toujours rien... Mais où sont les fruits de la passion ? Envolés, déchiquetés par le cyclone ? Je finis par trouver une toute jeune pousse. Oui, vous la voyez, là, la feuille entre d'autres feuilles...! Bon, la gelée ça ne sera pas pour tout de suite.


Je scrute les fourrés, je m'use les yeux. Ya pas à tortiller !!! Les fruits de la passion, si prometteurs, se sont volatilisés !


C'est pas de chance. Pourtant, j'avais tout plein de gros trèfles à 4 feuilles avec moi. Ca serait donc une légende ??


Complètement dépitée, je me console en constatant que les goyaviers (pour la cuvée 2014), eux, sont toujours là ! Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle "peste végétale"...


En redescendant, je continue à chercher une trace d'un fruit de la passion qui aurait résisté à la fureur des vents. Je n'en trouverai pas, mais aurai l'occasion de belles découvertes botaniques.




En cette saison, le cardinal rougit de plus en plus.


Ici, un tek tek.


Ces orchidées ne dépassent pas les 2 cm.


Et pour celles-là, 1 cm maxi ! Vive la fonction "macro" !!


Les orangés de ce galabert sont tout simplement magnifiques.


Je tombe même sur un petit pied de chèvrefeuille du Japon ; les feuilles sont d'abord blanches, puis jaunes. Quelle délicatesse.


Deux autres tentatives d'approche du cardinal. Mais l'oiseau est craintif et seul mon zoom peut l'approcher !


Sur un fond vert, c'est pas mal non plus ; mais il n'a pas sa teinte la plus vive encore.

 

Je suis quand même déçue que les fruits aient disparu. Alors, pour ne pas jouer les Caliméro

caliméro 

je prépare un plat qui me déçoit toujours au restaurant, alors que j'ai une excellente recette donnée par une Réunionnaise : le tartare de poisson !
Ce matin j'ai acheté un bloc de 750 g de thon germon : il est si frais et tendre, qu'on peut le découper avec les doigts ! Mais pour ma recette, un couteau suffira !
 

Ensuite, vient l'assaisonnement : câpres, olives vertes, olives noires, cornichons, un filet d'huile d'olive et de citron,


et le tour est joué ! Au frais quelques heures...
C'est trop bon !

Et ça permet d'oublier tous les fruits de la passion !

samedi 11 janvier 2014

Bonne action

Ce samedi, Pat a organisé une plongée de nettoyage au Cap. Un geste pour l'environnement. Et ce site, c'est aussi un peu l'outil de travail de l'asso ! Tous les baptêmes y sont effectués.
On prend donc le matos habituel et 3 grands sacs de riz.


"La Plongée Lé Bon", représentée par son CA (Céline la secrétaire, Kevin le trésorier, moi-même la présidente et photographe donc jamais sur les photos !) et son moniteur de plongée (Patrice), et Frédéric (membre de l'asso et accessoirement, mari de Céline !).



Les premiers mètres sont un peu troubles. Mais on t'a reconnu Kevin le grand maître ès Zumba !


 On se rapproche du fond. On voit que l'activité a bien repris depuis Bejisa.


Céline me montre un poulpe, bien planqué dans son creux de rocher. Dommage, il n'en sortira pas.


Nous ne tardons pas à trouver les déchets à ramasser. Ici, de la boulonnerie,


là, du fil de pêche complètement entortillé autour d'un corail.


Tellement entortillé, qu'ils doivent s'y mettre à deux.


Non, tellement entortillé, qu'ils doivent s'y mettre à trois !


De jolis petits poissons bleus apparaissent, je ne les avais encore jamais vus ceux-là.


Leur couleur ne tranche pas vraiment avec les fonds, mais ils ne sont pas très farouches et se laissent relativement approcher.


Cette fois-ci, j'arrive à avoir un beau profil, plutôt que la face !


Un couple de poissons papillons se promène sous mon nez.


Pour une fois, ils ne prennent pas leurs nageoires à leur cou !


 Ici, Fred en lévitation, très gracieux...


Des morceaux de tissu sont agrippés aux coraux.


Plus loin, une forme étrange m'attire. Je pensais d'abord à un genre de serpent, mais ce sont les bords de la coquille d'un bénitier !



Tentative de stabilisation parfaite pour avoir la photo la plus nette possible et voir les milliers de petites "fleurs" :

 

Pat me montre ce truc étrange, qui doit séjourner depuis longtemps dans l'eau. Mais qu'est-ce que c'est ?


 Je le retourne et hop, la "bête" rentre dans sa cachette et referme son opercule !


Sur les patates de corail, il y a des êtres vivants étranges, complètement intégrés dans la masse ; bien souvent, ils se rétractent ou se referment à notre approche et on ne peut pas les photographier. Mais cette fois, j'ai réussi à en avoir un !


C'est une huître coralicole. Au moins, elle ne risque pas de se retrouver sur nos tables pendant les fêtes !

Un peu plus loin, une jolie étoile de mer, bien flashy.


Essai de gros plan.


Je reconnais que je suis très fière de la photo suivante... Ca m'a tout l'air d'être une éponge ! Une première pour moi encore !


D'autres organismes violets, vivant sur le corail.


Nous poursuivons notre ramassage. Les sacs commencent à peser.


Trouvaille insolite. Zut, il manque l'autre pied :o)


Ce poisson-lézard se laisse tranquillement photographier, il compte sur son camouflage pour passer inaperçu !


Kevin trouve une des plus belles pièces...


Une autre étoile de mer, qui fait moins rêver que la précédente...

 

Notre amie la murène javanaise nous remercie de lui donner un coup de main pour le nettoyage et prend la pause.On voit bien l'intérieur tout blanc de sa gueule.




Nous ne somme pas mécontents du résultat. Un plat métallique, une grille de BBQ, une nasse métallique, une vieille palme, et deux sacs bien remplis de fils nylon, hameçons, bouts de tissus, objets en tout genre. Le 3e sac contient des plombs de pêche dont Pat saura faire bon usage.


Plutôt sympa, ma 20e plongée ! Ca s'arrose !